Alex Lutz (Catherine de Catherine et Liliane dans le Petit Journal) passe à la réalisation avec LE TALENT DE MES AMIS, comédie dramatique sans prétentions ni qualités autre que la sensibilité de ses auteurs, Lutz et Bruno “liliane” Sanchez.

Attention – il s’agit d’un film destiné à une audience assez spécifique, ce cadre supérieur presque-quarantenaire, autrefois jeune, cool et cultivé, mais maintenant adulte écrasé par les responsabilités professionnelles et objectifs familiaux.
Pour traiter du mal-être de cette (sa) génération, Alex Lutz fait appel à la conscience collective de ce public précis. C’est une force, car on parle de la génération Petit Journal, de son humour, ses références, son regard en apparence dilettante mais finalement très concerné. Un ton au service d’un cinéma cathartique, proposant au spectateur cible de réaliser, par l’identification aux très empathiques personnages, ses fantasmes inavoués. Dans ce cas, LE TALENT DE MES AMIS sera exactement le feel-good-movie attendu.

Le talent de mes amis

© StudioCanal

Malheureusement, le film n’essaie nullement d’être sympathique en dehors de cette case, au contraire;
Cela fait de son ton très spécial, également sa limite… Enfin l’une de ses limites, l’autre étant son manque d’ambitions techniques, bien que ce soit une norme, dans une certaine branche du cinéma populaire français.
Malgré son enveloppe pop (2-3 digressions que reconnaîtront les fans de Spike Jonze), LE TALENT DE MES AMIS se pare d’une mise-en-scène télévisuelle sans aucune prétention, si ce n’est mettre l’acteur et son dialogue au premier plan;

Malgré tout, Alex Lutz réussit à capter deux-trois trucs. À l’instar de Nos Femmes avec les cinquantenaires, l’auteur parvient à transmettre quelque chose sur le malaise de sa génération.

“Un feel-good-movie destiné à un public très précis : le cadre moyen, trentenaire, autrefois cool, maintenant fatigué par sa vie.”

Une sorte d’incapacité à retranscrire/reproduire l’amour tel qu’on l’a perçu via le prisme culturel, via le modèle familial… Une incapacité à s’avérer à la hauteur de ce qu’on attend de nous, que ce soit dans les codes sociaux, ou sentimentalement parlant. Les personnages du film, conscients de ces objectifs inatteignables, sont empreints d’une certaine mélancolie qui parvient à nous toucher (mention spéciale à Tom Dingler/Thibaut Redinger, Bruno sanchez/Jeff Cortes, et à Anne Marivin/Carole, particulièrement justes).
Ce discours cathartique n’est absolument pas nouveau, chaque génération (en âge, en temps) possédant ses propres démons, ses propres obsessions.
Concernant les trentenaires, ceux d’il y a 50 ans choisissaient de changer les choses, puis il fallut ensuite, construire et sauvegarder l’avenir… Dans les années 2010, les principaux problèmes du trentenaire semble être l’héritage et la communication. Jason Reitman en parlait dans son moyen Men, Women & Children, Lutz également, mais avec un ton et une sensibilité bien françaises.

Les autres sorties du 6 mai 2015

PYRAMIDE, LES JARDINS DU ROIL’ÉPREUVE, MELODY, HYENA (critique / contre-critique)UN PEU BEAUCOUP AVEUGLÉMENTZANETA, PARTISAN, LADYGREYLE TALENT DE MES AMIS, etc.
INFORMATIONS

560_329876


Titre original : Le Talent de mes amis
Réalisation : Alex Lutz
Scénario :  Alex Lutz, Bruno Sanches
Acteurs principaux : Alex Lutz, Tom Dingler, Bruno Sanches
Pays d’origine : France
Sortie : 6 mai 2015
Durée :  1h40min
Distributeur : StudioCanal
Synopsis : Alex et Jeff, collègues de bureau dans une multinationale, sont aussi les meilleurs amis du monde. Pourtant l’arrivée de Thibaut ne va pas tarder à mettre à mal leur équilibre pépère… 

BANDE-ANNONCE

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[critique] LE TALENT DE MES AMIS

0