LES SUFFRAGETTES est un film important qu’il faut voir, revoir, l’avoir toujours en tête et montrer dans les écoles. Surtout aujourd’hui, à la nouvelle génération, celle du petit écran et de la télé-réalité, qui se désintéresse de tout et a cessé avec trop d’inconscience de s’insurger et même d’être seulement concerné par la question politique.

Suffragettes” est le terme qui désigne les militantes de la Women’s Social and Political Union, une organisation créée en 1903 pour revendiquer le droit de vote pour les femmes au Royaume-Uni. Le film retrace la bataille de ces femmes par le biais de l’engagement d’un groupuscule de Londoniennes.

LES SUFFRAGETTES nous rappelle de manière poignante qu’avant ce combat, les femmes étaient dominées, utilisées, humiliées, abusées, jusque dépossédées de leurs enfants. Le film est saisissant de vérité et excellemment bien portée par, entre autres, Helena Bonham Carter, Anne Marie Duff et Carey Mulligan dans le rôle principal d’une ouvrière soumise et sans histoire qui va s’engager dans la lutte pour une autre vie sans regarder derrière elle et à n’importe quel prix, même le plus cher. Elle livre une performance déchirante entre insoumission, force et abnégation. Fort est à parier qu’elle n’échappera pas à une nomination dans la catégorie meilleure actrice aux Oscars en 2015 ! Une brève mais réjouissante apparition de Meryl Streep en présidente du mouvement termine de nous conquérir et nous captiver pour l’Histoire de ces femmes.

Photo du film LES SUFFRAGETTES

© Focus Features

Sarah Gavron a choisi de s’en tenir à une réalisation sobre et discrète, qui se tient à la bonne distance et ne cherche pas à attirer l’attention et effacer l’histoire de ces femmes hors du commun. Le film n’a aucune ambition de donner à voir mais affiche sans équivoque sa vocation de donner à penser et taper au cœur de notre conscience collective.

Qu’y avait-il avant ce droit de vote qu’on déshumanise aujourd’hui et qui pourtant n’est pas encore mondialement acquis ? Il y avait un monde d’hommes aux femmes serviles et ce constat prend inévitablement une dimension ultra contemporaine. On pense aux pays où ce droit ne règne pas encore et on comprend pourquoi et comment d’autres lois puissent simplement y exister.

“Plus qu’un film sur le combat féministe, LES SUFFRAGETTES est un film grandement humaniste.”

Même si le film évoque le sujet de la bataille féminine, il réussit à n’être à aucun moment un pamphlet féministe ou un film totalement politique. Il est d’abord et c’est cela sa force, un film grandement humaniste. On regarde des êtres, certes des femmes, dans les yeux et on se demande si leur sort est tout simplement juste, humain ?

Le montage est parfaitement bien rythmé et n’a aucun mal à nous embarquer dans le combat. On est petit à petit mais assurément, gagné par leur enthousiasme et leur force qui transcendent tout et se hissent au-delà même du scénario. On vibre avec et pour elles.

Deux phrases restent gravées dans les esprits à la sortie du film :

“Si vous voulez que nous respections les lois, les lois doivent être respectables.” et “Les lois sont faites par les hommes pour des hommes, laissez aux femmes le droit de faire leurs propres lois.”.

Au-delà de son sujet prégnant, le film sait créer l’émotion avec une mise en scène fondée sur l’empathie. On est concerné, ému puis enragé. Le film ne nous laisse pas indemne, on en ressort sous le choc, tremblant, avec des convictions en plus.
On se sent forte et fière d’être une femme.

INFORMATIONS

Affiche du film LES SUFFRAGETTES

• Titre original : Suffragette
• Réalisation : Sarah Gavron
• Scénario : Abi Morgan
• Acteurs principaux : Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Anne-Marie Duff
• Pays d’origine : Angleterre
• Sortie : 18 novembre 2015
• Durée : 1h46
• Distributeur : Pathé Distribution
• Synopsis : Angleterre, 1912. Maud, une jeune femme issue d’un milieu modeste travaillant dans une blanchisserie, se retrouve engagée dans le mouvement féministe des Suffragettes. Se rendant compte que les manifestations pacifiques ne mènent à rien, elle commence à se radicaliser, quitte à perdre son foyer, ses enfants ou même sa vie, dans son combat pour l’obtention du droit de vote des femmes.

BANDE-ANNONCE

[CRITIQUE] LES SUFFRAGETTES

0