ROMA, le tant attendu Lion d’or à la dernière Mostra de Venise, se dévoile enfin sur Netflix après un itinéraire largement commenté. Au centre d’une guerre industrielle, économique mais également artistique, le réalisateur mexicain déploie un chef d’œuvre bouleversant à la fois intimiste et politique.

Alfonso Cuarón convoque ses souvenirs d’enfance pour reconstituer le tissu social d’une époque à travers la chronique d’une famille bourgeoise au début des années soixante-dix. Avec en ligne de mire une volonté de dessiner les rapports de classes qui caractérisent cette période de mutation sociale. Ainsi, le climat politique est constamment palpable, omniprésent à l’extérieur du foyer, il envahit peu à peu les rues, d’abord par le son, jusqu’à submerger totalement l’espace public. Cuarón distille parfaitement l’ambiance politique de l’époque qu’il noie dans l’histoire familiale.

Cuarón met en place un projet cinématographique qu’il tient admirablement du début à la fin. Dans une horizontalité qui balaye en permanence l’espace, les mouvements de cadre décloisonnent les personnages, en l’occurrence Cleo, la bonne de maison interprétée par Yalitza Aparicio, personnage central du film. L’oeil de la caméra se pose en narrateur omniscient néanmoins laissé à une certaine distance de ce qu’il observe. Il s’agit de la distance propre aux souvenirs, à la fois clairs et insaisissables, étincelants et vaporeux, elle nous maintient dans une position de spectateur privilégié.

Photo du film ROMA

© 2018 Netflix

Il est par ailleurs beaucoup question de cinéma au cours du film, appréhendé comme espace collectif et fédérateur. C’est un lieu privilégié pour la cohésion sociale qui voit se faire et se défaire les liens entre les individus. Une réflexion d’autant plus désarçonnante dans le contexte de distribution du film. Il est possible d’y voir une mise en abyme paradoxale qui prophétise l’écroulement d’un socle social fondamental et avec lui l’avènement d’un individualisme qu’il est urgent de remettre en question.

Car à travers ROMA, Alfonso Cuarón nous raconte l’importance, voire la nécessité, d’être ensemble. Se rassembler pour reformer une unité sociale. Le réalisateur nous rappelle une époque où se côtoyait, à l’intérieur d’un même foyer, différentes générations ainsi que différentes classes.

Photo du film ROMA

© 2018 Netflix

 Lors d’une scène qui voit partir le Docteur Antonio du domicile conjugal, sa femme (Marina de Tavira) le regarde s’éloigner avec inquiétude. Une procession militaire déferle alors sur la route pour investir l’espace et le cadre. A travers ce processus, le réalisateur relie la tragédie familiale à la tragédie historique qui se prépare et les entremêle dans la mécanique de son récit. Les indices sont disséminés de la même manière tout au long du film pour déboucher sur les manifestations de juin 1971 qui opposa violemment les étudiants aux groupes paramilitaires.

À travers une séquence remarquablement mise en scène Alfonso Cuarón fait la démonstration de son savoir-faire. Cleo et Teresa s’engouffrent au coeur de la manifestation, très vite le cadre est saturé par les forces de police. Dans un travelling latéral totalement obstrué, les personnages sont comme effacés du plan par l’omniprésence militaire.

Photo du film ROMA

© 2018 Netflix

Tchekhov n’est jamais très loin dans cette façon qu’a Cuarón de décrire l’effondrement de cette famille et avec elle la déliquescence d’une classe sociale toute entière. Il y a ce même désespoir d’une bourgeoisie aveugle face aux bouleversements et aux mutations à venir. Une séquence entière nous renvoie également à La règle du jeu de Renoir, à travers une scène de tir en forêt puis de fête estivale, l’évocation est annonciatrice du drame qui se profile à l’horizon et que personne ne semble pressentir.

Dans le contexte politique actuel dominé par la montée des populismes et l’effritement de la classe moyenne, le travail de reconstitution intimiste de Cuarón se télescope dans une réflexion bien contemporaine et universelle. Avec un final qui voit s’inverser le rapport de force, l’équilibre est fraîchement préservé par celle qui vient d’en bas, comme le répètent en choeur les enfants : “C’est Cleo qui nous a sauvé”, Cuarón peut alors conclure son vibrant hommage.

Photo du film ROMA

© 2018 Netflix

On retrouve également des thèmes chers au réalisateur Mexicain, la filiation et l’impossibilité d’enfanter en réaction au désordre politique et social. La question des générations à venir est constamment remise en cause. Dans une scène magistrale qui vient accomplir la tragédie longuement annoncée, les géniteurs deviennent les assassins de leur propre progéniture. Sans oublier un magnifique éloge aux femmes, malmenées et pourtant éternelles garantes d’une stabilité sociale.

ROMA est une victoire de plus pour Netflix qui frappe fort avec la sortie en exclusivité de ce chef-d’oeuvre récompensé à Venise. Une déception néanmoins de ne pas pouvoir profiter de l’expérience cinéma pour un film qui remplit un tel cahier des charges esthétique. La guerre entre les nouvelles plateformes et l’industrie classique n’est pas terminée et elle aura eu le mérite de poser des questions essentielles sur le statut d’une oeuvre de cinéma.

Pour Alfonso Cuarón la question ne se pose même pas, il assure que sans Netflix, le film n’aurait pas pu se faire. Alors il convient peut-être de repenser en profondeur un système de financement à bout de souffle qui ne parvient pas à arrêter la fuite inexorable des cinéastes iconiques vers ces nouveaux média. La liberté artistique promise aux auteurs par Netflix, bien qu’elle soit marketing, n’en demeure pas moins disruptive.

 

Aurélien Milhaud

Votre avis ?

Nous signaler une erreur dans l’article ?
Sélectionnez le texte (140 caractères maximum) en question et appuyez sur Ctrl+Entrée.

ROMA : attention, chef-d'œuvre - Critique
Titre original : Roma
Réalisation : Alfonso Cuarón
Scénario : Alfonso Cuarón
Acteurs principaux : Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Daniela Demesa, Marco Graf, Nancy Garcia, Veronica Garcia, Fernando Gredagia, Jorge Antonio Guerrero
Date de sortie : 14 décembre 2018
Durée : 2h15min
5.0chef-d'oeuvre
Avis des lecteurs 1 Avis

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
1 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
robert Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
robert
Invité
robert

(votre critique est bien vue – la mienne n’ajoutera sans doute pas grand chose)
Roma (2018)
Lion d’or au Festival de Venise.
Netflix.
Un film intéressant de Alfonso Cuarón

Un point de vue plutôt adulte sur ce qui devrait être un film sur l’enfance du réalisateur mexicain.

Cela se passe dans une ambiance fin des années 60 (mais supposé être début des années 70)
C’est crédible et bien joué.
On ne sent aucune pesanteur dans les 2h15 de ce film, volontairement filmé en noir et blanc.

Une famille bien castillane de la moyenne bourgeoisie. Dont un couple qui se délite en arrière plan. Là bas derrière la porte. La femme progressivement laissée pour compte mais qui affronte cela avec un certain courage. Des enfants vivants et turbulents.

Deux « bonnes » indiennes, à demeure. L’une d’entre elle Cléo (Yalitza Aparicio), est en fait le personnage central de l’histoire. Elle n’est sans doute pas très jolie à nos yeux occidentaux. Elle est pleine d’une générosité discrète, naïve et simple.
Elle sera elle aussi laissée en plan. Par un jeune mâle mexicain de passage, assez violent.

La vie ordinaire s’écoule dans une grande maison de la ville. Du nettoyage permanent des employées au semblant d’ordre imposé par la maîtresse de maison.
La voiture y prend une bonne place. Les chiens aussi.
Le tout avec une certaine esthétique de l’ordinaire. Comme pour la scène initiale, qui consiste en fait au nettoyage d’un sol.

On assiste au fur et à mesure d’évènements marquants, à la force du lien entre la famille toute entière et l’employée Cléo.
Tout en gardant la distance sociale et peut être raciale, Cléo occupera un rôle de nounou bienfaisante. Elle est vraiment aimée de cet entourage familial. Un peu comme la Mama de « Autant en emporte le vent ».

Des évènements importants viendront bouleverser le cours des choses :
Une manifestation qui se termine très mal. C’est mis en toile de fond, sans pathos ni connotation politique. Mais cela interfère avec le film.
Un accouchement très particulier. Avec un réalisme froid et saisissant.
Une baignade très dangereuse.

On voit également une scène para-coloniale dans une grande hacienda pleine à craquer de monde. Le feu de forêt est bien mis en scène.

Il y a toujours une certaine nonchalance et fatalité devant tous ces évènements. Pas de jugement. C’est sans doute en cela que réside la part de l’enfance dans le film.
Mais c’est ce mélange entre ce qui pourrait être un point de vue d’enfant et un point de vue adulte qui est parfois déroutant dans le film.

Ce n’est vraiment pas la peine de rappeler que Cueron est le réalisateur de Gravity. Là, cela n’a vraiment rien à voir.
A noter simplement qu’il intervient dans le film avec plusieurs casquettes. Réalisateur, directeur de la photographie, auto-biographie etc.

Il y a des clins d’oeil au cinéma français et à la France. Les rues de cette époque sont pleines de dauphines, 4l etc. La scène où Cléo est délaissée par son amant, se passe au cinéma où l’on joue « la grande vadrouille ». Le prénom Cléo aurait un rapport avec « Cléo de 5 à 7 ».

Pour le titre Roma. Rien à voir avec Rome. Roma est un quartier proche de Mexico.

ROMA : attention, chef-d’œuvre – Critique

1

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :