On vous parle de nos coups de cœur au Cartoon Movie 2018 et de ce qu’on a retenu de la qualité d’une pitching session : scénario, période historique, personnages et choix graphiques mais aussi savoir-faire scénique et enthousiasme communicatif des équipes.

On a de nouveau assisté à l’enthousiasmant Cartoon Movie, dont la 20ème édition s’est tenue du 7 au 9 mars 2018 -pour la seconde fois à Bordeaux. 60 projets d’animation ont été présentés par 22 pays, dont un tiers par la France, avec un cœur de cible qui reste la comédie familiale et le film d’aventure pour enfants (48 projets). L’événement a accueilli 900 participants (producteurs, réalisateurs, auteurs, investisseurs, distributeurs et agents de vente), venus de 41 pays différents.
Les budgets des projets varient entre 2 et 13 millions d’Euros et quand on sait que seulement 40 % des projets présentés aboutissent, on comprend mieux l’importance de ces deux journées pour les réalisateurs et producteurs, qui doivent convaincre un public indulgent mais exigeant, composé d’investisseurs potentiels. Les pitching sessions des projets en développement et en production durent 30 minutes, quand celles des projets en concept seulement 10 minutes.

On a vu 40 projets parmi les 60 sélectionnés car il faut bien faire un choix entre les films présentés en parallèle dans les deux amphithéâtres, à un rythme plutôt soutenu. Cette année, plusieurs thématiques communes se dégagent parmi les projets qu’on a appréciés. Nombre d’entre eux sont ainsi inspirés d’histoires vraies. Des histoires qui retracent les guerres en Afrique (Another Day of life en Angola ou Allah n’est pas obligé au Libéria) ou qui transportent le public dans l’Histoire du début du siècle, comme All Blood runs red, Human Nature ou Eugene. Tout comme Bartali’s Bicycle, Hopes for tomorrow qui fait un parallèle intéressant de conquête de liberté entre un homme qui sauva des Juifs pendant la guerre et ce qui se passe de nos jours à Jérusalem. Certains projets touchent même personnellement l’auteur, comme Anja Kofmel avec Chris the Swiss, Jean-François Laguionie avec Slocum ou Nicola Contini  avec Trip to Teulada.

De nombreux films sont des adaptations de romans ou de bandes dessinées: The Bear’s famous invasion of Sicily de Dino Buzzati, White Fang de Jack London ou encore les BD Buñuel in the Labyrinth of The Turtles de Fermin Solis, Dans la forêt sombre et mystérieuse de Winshluss ou Gabo, Mémoires de la vie magique de Oscar Pantoja. Si pour l’équipe de Allah n’est pas obligé de Ahmadou Kourouma, l’animation a été un choix évident d’adaptation de roman, l’équipe de A Greyhound of a Girl y a vu la meilleure route vers la légèreté et la poésie de l’auteur Roddy Doyle,  dont le message est plein de tendresse.
Les récits d’apprentissage et de quête des origines sont aussi mis en avant, comme dans Terra Willy à travers un récit de science fiction ou Hoodoo et Yuku et la fleur de l’Himalaya à travers le pouvoir de la musique. L’exploration des traditions n’est pas en reste: la culture amérindienne avec As long as the grass grows, l’Ukraine avec Mavka,the forest song ou le Groenland avec Raven,Girl and the mother of the sea.
Voici donc un focus sur nos 13 films coups de cœur, avec des teasers pour 6 d’entre eux, et l’interview de la productrice de l’un des projets.

Les films projetés en sneak preview

7 équipes de films sont venus présenter 15 minutes de leurs films en avant-première, dite sneak preview. On a été scotché par les extraits de 2 films, par la profondeur de leur histoire inspirée de personnages existants et par l’intensité de leur traitement de la guerre à destination d’un public adulte- jeune adulte. Ils ont d’ailleurs en commun de se présenter sous la forme d’un mélange très intéressant mi-fiction, mi-documentaire, intégrant une part de témoignages. 

ANOTHER DAY OF LIFE

Le puissant Another Day Of Life

Auteurs De La Fuente, D. Weber, A. Remirez & N. Johnson,  Réalisateurs R. De La Fuente & D. Nenow, Producteur Platige Image (Poland), Co-producteurs Kanaki Films (Espagne) Walking The Dog (WTD) (Belgique) Wüste Film et de Animation fabrik,  de Puppetworks (Hongrie) – Public adulte, jeune adulte– 75’

Ces 4 producteurs ont d’ailleurs obtenu le Cartoon Movie Tributes des Producteurs européens de l’année pour ce projet. 

PITCH

Warsaw, 1975. Kapuscinski (43) is a brilliant veteran journalist, an idealist and a friend of lost causes and revolutions. At the Polish Press Agency, he convinces his boss to send him to Angola where a bloody civil war has broken out on the eve of the country’s independence. He embarks on a seemingly suicidal road trip into the heart of the civil war. There, he witnesses once again the dirty reality of war and discovers a sense of helplessness previously unknown to him. Angola will change him forever: it was a reporter that left Poland, but it was a writer that returned.

Notre avis : Les images très réalistes, mix d’animation et d’images d’archives, sont particulièrement réalistes et foisonnantes, grâce au rythme, aux couleurs et à la narration qui impriment l’action du personnage principal, toujours en mouvement. Tantôt de son point de vue avec une caméra à l’épaule, tantôt filmé en pleine zone de guerre, le film mi-fiction mi-documentaire, avec intégration de témoignages filmés, fait très bien ressentir au spectateur les émotions ressenties, mêlées d’adrénaline, du journaliste. Another Day of life, par la guerre qu’il décrit en Angola, fait beaucoup penser au film Lettres de la guerre de Ivo M. Ferreira, du point de vue de l’écrivain Antonio Lobo Antunes.

CHRIS THE SWISS

Étonnant mélange d’animation, d’images d’archives et de témoignages

Auteure et Réalisatrice Anja Kofmel , Producteur Filmproduktion  (Allemagne), Co-producteurs Dschoint Ventschr Filmproduction (Suisse),  Nukleus Film (Croatie) Public adulte, jeune adulte– 90’

PITCH

Croatia, 7th of January 1992: In the middle of the war, a young journalist’s body is discovered dressed in the uniform of an international mercenary group. Twenty years later, his cousin Anja Kofmel investigates his story: Beginning with the day of his death and focusing on her thoughts at that time, “Chris the Swiss” tells the story of a young Swiss who got lost in a dark and brutal world. The director’s subjective perspective is told in the form of an animated film. Real scenes document the journalistic side. The narrative perspective changes gradually and develops from a child’s eye view to the more sophisticated and critical examination of the adult author.

Ce que la pitching session nous a appris : La réalisatrice Anja Kofmel avait 10 ans lorsqu’elle a appris la mort de son cousin Chris, héros de son enfance. Elle a reconstitué le parcours du journaliste qui ne supportant plus de n’être qu’un observateur de la guerre, à mercenaire. Assumant le côté noir de son Detective movie en noir et blanc, la réalisatrice a réalisé un objet unique, mix entre animation, documentaire avec images d’archives et témoignages filmés de proches- y compris elle-même-qui lui donne accès à différents types de festival.

Notre avis : Le type de vecteur choisi -animation ou images d’archives- est tout à fait au service de cette histoire glaçante. L’univers de la réalisatrice ne laisse pas indifférent, grâce à ses belles images en noir et blanc à la fois puissantes et oniriques.

Les films en production

Voici nos 3 coups de cœur parmi les 6 films au stade de Production présentés au Cartoon Movie 2018, qui devraient être livrés courant 2019.

 LA FAMEUSE INVASION DES OURS EN SICILE

L’éblouissante animation adaptée du livre de Dino Buzzati

Auteurs Thomas Bidegain, Jean-Luc Fromental & Lorenzo Mattotti , adapté de “La Famosa invasione degli orsi in Sicilia” de Dino Buzzati, Réalisateur Lorenzo Mattotti , Producteur Prima Linea Productions (France) , Co-producteurs Indigo Film (Italy) et France 3 Cinéma Public familial- 80’

PITCH

Tonio, the son of the King of the bears, is being kidnapped by some hunters in the Sicilian mountains. King Leonce decides to invade the land of men and finally succeeds finding his son. But bears are not meant to live in the land of men…

Ce que la pitching session nous a appris : Lorenzo Mattotti,  auteur de BD et affichiste reconnu (il a été à l’origine de plusieurs unes du New Yorker), a fait appel à Thomas Bidegain (scénariste habituel de Jacques Audiard et réalisateur de Les Cowboys) et Jean-Luc Fromental (scénariste de plusieurs films d’animation) . Avec l’accord de Almérina Buzzati, la veuve de l’écrivain, ils ont créé deux personnages permettant de raconter l’histoire: un personnage féminin Almérina, en son hommage et Gédéone. Le réalisateur a travaillé les 980 décors à partir des illustrations que Buzzati , qui était aussi peintre et dessinateur, avait lui-même réalisé pour sa fable écologique. Les voix de Pascal Demolon et Leila Beikti sont pressenties pour le film.

Notre avis : On a vu plusieurs planches et un trailer, et on a été enthousiasmé par l’histoire, les dessins foisonnants et les couleurs flamboyantes de ces ours en Sicile!

BUÑUEL IN THE LABYRINTH OF THE TURTLES

Luis avant de devenir Buñuel

Auteurs Eligio Montero & Salvador Simó, adapté de “Buñuel en el labrinto de las tortugas” by Fermín Solís , réalisateur Salvador Simó, Producteur The Glow Animation Studio (Espagne) et Co-Producteur Submarine (Pays-Bas) – Public adulte, jeune adulte– 90’

PITCH

1930, Paris, the film “The Golden Age” is a scandal and Luis Buñuel, who thought he was destined for stardom of surrealism, is left with nothing. He is offered a documentary on one of the poorest areas in Spain, Las Hurdes, but no money. His friend, the sculptor Ramón Acín, buys a lottery ticket with the promise that if he wins he will pay for the film. He wins and keeps his promise. The harshness of Las Hurdes and the extreme misery of its people affect Buñuel deeply. Reality, memories of his childhood, Salvador Dalí and dreams are mixed in his mind, endangering the film and his friendship with Ramón. Based on the true story of the shooting of “Las Hurdes: Land without Bread” by Luis Buñuel.

Ce que la pitching session nous a appris : A destination des adultes et jeunes adultes, le film a été présenté au stade de développement au Cartoon Movie 2017. L’équipe du film s’est attachée à faire un film non pas sur Buñuel, mais sur Luis -avant qu’il devienne le grand artiste- et les conditions qui lui ont permis de se transformer. L’équipe revendique une simplicité dans les personnages et un gros travail sur les couleurs, ainsi qu’une recherche d’équilibre entre techniques d’animation et art. C’est un film à propos d’un artiste qui commence à prendre position sur la politique et la société, très inspirant de nos jours. Enfin, l’univers autour de Buñuel se développe puisqu’il  fera notamment l’objet d’un Art Book et de déclinaison en Réalité Virtuelle (VR).

Notre avis : on a été enthousiasmé par les dix minutes du trailer, qui mêle astucieusement animation et images d’archives tournées par l’artiste. Le va et vient entre les deux permet effectivement de comprendre les ressentis et les positions de l’artiste.

 L’EXTRAORDINAIRE VOYAGE DE MARONA

L’univers très riche de Anca Damian

Auteurs Anghel & Anca Damian, Réalisatrice Anca Damian , Producteur Aparte Film (Roumanie) et Co-Producteur Sacrebleu Productions (France), Minds Meet (Belgium) – Public familial- 89’

PITCH

Victim of an accident, a small female dog is remembering her life, her different masters that she has unconditionally loved. With her unfailing empathy, her story is a contemporary tale of love.

Ce que la pitching session nous a appris : L’auteure Anca Damian (La Montagne Magique) souhaitait explorer les territoires de la famille. Son personnage de petite chienne s’ouvre au monde grâce à sa connexion avec l’art et ses rencontres avec des artistes, sur les trois temps de sa vie: jeunesse, adolescence et de nos jours. Elle assume ses personnages souvent bipolaires et créatifs. Le film devrait être livré en janvier 2019, sans doute présenté soit à Berlin, soit à Cannes.

Notre avis : On a beaucoup aimé l’univers graphique et onirique extrêmement riche (presque trop) en mouvement et les couleurs du trailer présenté par Anca Damian. Elle prend soin de créer différents types de dessins et de décors selon les périodes racontées, le tout enrobé de beaucoup d’humour.

Les films en développement

Voici nos 4 coups de cœur parmi les 26 présentés au stade de développement, et qui devraient être livrés entre mi 2020 et début 2021.

THE NEIGHBOURS OF MY NEIGHBOURS ARE NEIGHBOURS OF MINE

Le truculent Les voisins de mes voisins sont mes voisins

Auteurs Anne-Laure Daffis & Léo Marchand, Réalisateurs Anne-Laure Daffis & Léo Marchand, Producteur Lardux Films (France) – Public familial– 70’

PITCH

An ogre breaks his teeth the day before Saint-Festin, the ogres’ great celebration day. A magician botches his trick of sawing a woman in half, and loses his assistant’s legs. An over-equipped hiker gets stuck in the elevator for several days. An old man falls in love with a runaway pair of legs. A mother asks her neighbour to look after her children on the eve of Saint-Festin… In one building, the lives of ten nextdoor neighbours, or the neighbours of neighbours, intertwine as they grapple with the dramas, joys, surprises and dangers of everyday life.

Ce que la pitching session nous a appris : Le but des auteurs Anne-Laure Daffis & Léo Marchand est de rester en cohérence avec leurs courts-métrages (dont La Saint-Festin), qu’ils ont décidé de recycler pour réaliser leur premier long construit comme un film choral. Ils en conservent la liberté de ton, de proposition de mise en scène et de graphisme et créent ainsi une nouvelle vague du cinéma d’animation. Attachés à ce que leurs décors racontent autant que leurs histoires, ils tiennent à ce que les parents prennent autant de plaisir que leurs enfants à regarder cette comédie. 

Notre avis : Enthousiasment et intelligent sont les adjectifs qui viennent à l’esprit en regardant les extraits de Les voisins de mes voisins sont mes voisins. Les interprètes des voix des personnages à travers les 4 histoires d’une grande imagination rajoutent à la jubilation: François Morel est l’ogre belge, Valérie Mairesse est Amabilé,  l’assistante du magicien et Philippe Katerine est Francis Truducou. 

SLOCUM

Le poétique Slocum de Jean-François Laguionie

Auteurs Jean-François Laguionie & Anik Le Ray, Réalisateur Jean-François Laguionie , Producteur JPL Films (France) – Public familial- 75’

L’année dernière Jean-François Laguionie était déjà présent au Cartoon Movie 2017 pour présenter Le Voyage du prince, dont la livraison est prévue en décembre 2018.

PITCH

I can tell you about my father’s voyage on his boat, because I was with him all the time. It was a rather strange voyage, with no ocean or sea crossing, not even a lock to pass through… The boat stayed at home and so did my father. But that does not mean there was no adventure…

Ce que la pitching session nous a appris : Slocum s’inscrit avec Louise en Hiver dans un diptyque, dont les sujets se regardent et se complètent. L’équipe travaille dans une logique artisanale autour de Jean-François Laguionie, qui livre encore une histoire très personnelle: la relation complexe émouvante entre un père et son fils de 11 ans. Le prétexte est la construction sans fin d’un bateau dans le jardin familial, et la référence à Slocum, premier marin à avoir effectué en 1895 le tour du monde en solitaire à la voile. 

Notre avis : Toujours très poétiques, les histoires du réalisateur renvoient pudiquement le public à sa nostalgie d’enfance. Les couleurs douces type aquarelle renforcent aussi cette idée de la douceur d’un autre temps. 

ALLAH N’EST PAS OBLIGÉ

Allah n’est pas obligé, ou l’épopée d’un enfant soldat

Auteurs Zaven Najjar & Karine Winczura, adapté de  “Allah n’est pas obligé” de Ahmadou Kourouma, Réalisateur Zaven Najjar , Producteur Special Touch Studios (France) et Co-Producteurs Paul Thiltges Distributions (PTD) (Luxembourg) – Public adulte, jeune adulte– 80’

PITCH

When 10-year-old Birahima’s mother dies, he leaves his native village in Guinea, accompanied by the sorcerer and cook Yacouba, to search for his aunt Mahan. Crossing the border into Liberia, they are seized by rebels and forced into military service. Birahima becomes a child-soldier. Fighting in a chaotic civil war alongside many other boys, Birahima sees death, torture, dismemberment and madness but somehow manages to retain his own sanity.

Ce que la pitching session nous a appris : Allah n’est pas obligé, sur un sujet tragique, narre entre la Guinée et le Libéria, le duo de pied nickelés dans un road movie chaotique, flamboyant et politique. La quête du jeune enfant soldat et son ami grigriman est universelle: celle d’avoir une vie meilleure. C’est le premier long métrage de Zaven Najjar, jeune motion designer et illustrateur, pour lequel cette histoire a des résonances personnelles. Il a lui même grandi, bercé par les histoires tragi-comiques racontées par sa famille ayant connu la guerre civile au Liban. L’équipe a essayé de mettre au centre  les émotions des personnages tout en faisant découvrir la réalité historique et politique de ce conflit. 

Notre avis : L’histoire promet d’être intéressante, glaçante et amusante à la fois. On a trouvé de nombreux traits de ressemblance avec Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot: graphisme, couleurs, type de narration humoristique en voix off et musique. 

MAVKA. THE FOREST SONG     

La magie ukrainienne et l’univers de MAVKA

Auteur Yaroslav Voyceshek, adapté de “The Forest Song” by Lesia Ukrainka, Réalisateur Oleksandra Ruban, Producteur Animagrad Studio (Ukraine) – Public familial- 85’

PITCH

Mavka is a sylvan nymph, chosen to safeguard the life-giving Heart of the Forest. Opposed to any intrusions on her world, she risks everything when she falls in love with a human being – a young musician Lukash. Their union must survive formidable challenges, when predatory and selfish Kylina, a sawmill owner desperate to exploit the forest’s power, drives an impossible gulf between them. Ultimately, Mavka must choose between her love and her home she is duty-bound to protect.

L’année dernière l’équipe du film était déjà présente au Cartoon Movie 2017 pour présenter Mavkala forêt magique à l’état de projet en concept. Cette année elle pitchait à nouveau son projet passé au stade de développement. On en a profité pour interviewer la productrice de AnimagradIryna Kostyuk, pour savoir ce qui s’était passé durant cette année.

INTERVIEW DE LA PRODUCTRICE IRYNA KOSTYUK

Vous avez présenté l’année dernière au Cartoon Movie votre projet au stade de concept. Cette pitching session a-t-elle été utile pour développer votre projet et que s’est-il passé depuis un an?

Plein de choses se sont passées ! En fait, le Cartoon Movie nous a permis un très bon départ, on doit bien le reconnaître. C’était la première plateforme d’animation dans laquelle nous présentions notre film à la communauté internationale. Nous étions très heureux d’être acceptés l’année dernière pour la présentation au stade de concept et cette deuxième année au stade de développement ! Après notre pitch, nous avons été invités un peu partout dans le monde à de très nombreux événements, pitchs et conférences : au Silk Road en Chine et au World Animation and VFX Summit à Los Angeles, et on a même été invités au « New Global Power Players », on était très contents car c’était vraiment important pour nous de représenter l’industrie de l’animation ukrainienne. 
Et puis on a aussi commencé le story board animatique.

Avez-vous trouvé des co producteurs, des financiers après la pitching session ?

Depuis le Cartoon Movie 2017 et tous les autres événements, on a rencontré de possibles partenaires coproducteurs de Chine, d’Inde, du Canada, de France, d’Allemagne, de Belgique et de République Tchèque. Nous sommes toujours en pourparlers avec eux et nous prendrons une décision vers le milieu d’année.

C’est votre premier projet avec des coproducteurs, qu’avez-vous appris de cette expérience pouvez vous nous en parler ?

Film Group est une grande compagnie, avec 20 sociétés investies dans différentes sortes de projets comme la production de séries télévisées ou de fiction (NDLR : on avait d’ailleurs rencontré au Festival TV Fiction de 2016 le producteur chez Filma Group Yuriy Prylypko  venu présenter Battle for Sebastopol). Animagrad en charge de l’animation, a été fondé il y a 3 ou 4 ans. On a financé, produit et distribué nous-mêmes notre premier projet The Stolen princess. Mais avec Mavka, c’est notre première entrée sur le marché international et on prévoit d’intégrer chaque étape au niveau international. La production d’animation en Ukraine fournit de la très haute qualité à bas coûts, et on doit parler avec nos futurs coproducteurs internationaux, car s’ils permettent de boucler le budget, on doit aussi prendre en compte le fait que cette coproduction viendra augmenter notre budget, car personne ne peut entrer en concurrence avec les bas coûts de production ukrainiens.

Et puis, il est aussi temps pour nous d’ouvrir le film aux préventes, parce qu’on fait vraiment l’objet de beaucoup d’attention de la part du marché international. On a aussi la possibilité de distribuer nous-mêmes le film par notre département de Distribution, mais on décidera en Mai ce qui est le mieux adapté : soit distribuer par nous-mêmes, soit passer par l’intermédiaire d’agents à l’international.

Quand la livraison est-elle prévue ?

En 2020 , et peut-être reviendrons nous présenter au Cartoon movie le film au stade de la production !

L’année dernière, vous aviez attiré l’attention en pitchant votre projet en étant vêtues de robes traditionnelles ukrainiennes et de fleurs, qu’en est-il cette année ?

On a une nouvelle collection exclusive de robes, qu’on va vendre. On a même fait un défilé. Car on ne développe pas seulement un film, mais un univers autour du film. On a de nombreux partenaires avec lesquels on va développer des projets media croisés, avec des producteurs de jouets ou de bijoux. Et on lance notre livre avec un éditeur ukrainien.

L’univers Mavka, au delà du film

Notre avis : C’est toujours intéressant d’en apprendre un peu plus sur les traditions d’un autre pays, même si elles se veulent magiques. On aime le trait graphique, le ton humoristique des personnages et la musique. 

Les films en concept

21 films au stade de concept ont été présentés au Cartoon Movie 2018 et on les a tous vus! Voici nos 4 coups de cœur, qui ont en commun d’être tous inspirés d’une incroyable histoire vraie. Les équipes de films se sont emparées de la réalité des destinées de leurs protagonistes et des sujets dramatiques qu’elles véhiculent avec beaucoup d’émotion, résonnant encore dans la société contemporaine, tels l’identité ou le racisme. L’équipe de Trip to Teulada pense d’ailleurs que “le rôle des artistes est de s’emparer des drames et de les transformer en mémoire collective“.

ALL BLOOD RUNS RED

Folle épopée entre le Paris des années folles et l’Amérique

Auteurs Louis-Jean Gore & Caroline Vermalle von Ruben,  Réalisateur Louis-Jean Gore, Producteur La Luna Productions (France)- Public adulte, jeune adulte – 90’

PITCH

In 1959, Louise, a young white journalist in search of a story to sell, meets an old black man with a story to forget: Eugene Bullard, first black fighter pilot in history turned elevator operator at the Rockefeller Center. As Louise investigates his life, Eugene travels to the Deep South to atone for his sins. Voodoo gods, death-defying gambles and a French princess in jazz-age Paris: as told by Josephine Baker, Louis Armstrong and Ernest Hemingway, Eugene’s life reads like a flamboyant epic. But hidden within lies a dark tale of betrayal and loss. With death looming, Eugene knows that only truth can bring him redemption. And only Louise knows the truth. But is it already too late?

Ce que la pitching session nous a appris : L’équipe du film a volontairement choisi de ne pas présenter le film sous la forme d’un biopic, mais plutôt d’un récit d’enquête. Elle a ainsi introduit une journaliste qui tente de comprendre la destinée incroyable et mystérieuse du héros. Sont évoqués à travers son parcours la ségrégation américaine comme le Paris des années folles ou les tranchées de Verdun. Le titre du film provient d’ailleurs d’une phrase que Eugene Bullard avait peinte sur son avion de chasse. Fière de savoir que la vie de leur héros est en passe de réhabilitation aux Etats-Unis, avec des universitaires qui font de plus amples recherches sur lui, l’équipe du film voit en All blood runs red la transmission d’un témoignage et une source d’inspiration pour les jeunes générations.

Notre avis : Belle idée de s’emparer d’un tel destin sur deux continents et d’une telle traversée du 20ème siècle! On a aimé l’idée qui rajoute au suspense de la journaliste qui mène l’enquête et met en lumière les témoignages de Louis Armstrong, Joséphine Baker ou Ernst Hemingway!

TRIP TO TEULADA

Le destin peu commun de Assunta

Auteur et Réalisateur Nicola Contini, Producteur Mareterraniu (France) , Co-Producteurs 12 Pinguinos (Espagne) et Mommotty  (Italie) – Public familial- 90’

PITCH

In a middle-class apartment of Cagliari, Assunta, aged 86, wakes up after a stroke and is overwhelmed with visions. All the people she knew in her childhood in Teulada, South Sardinia, are suddenly looming out from the past. Through them, she lives again the drama of the NATO’s military basis that settled down there in the 50’s and devastated the life of these quiet farmers, leading them to exile and misery. Those visitors from the past urge the old maid to accomplish her destiny: going back to her childhood village. Along with her caregiver Antonella, she is taking her “viaggio a Teulada” toward this lost world and her childhood love.

Ce que la pitching session nous a appris : Nicola Contini s’est inspirée de l’histoire vraie de sa voisine de pallier Assunta, qui a dû s’exiler en Corse, après que la plus grande base militaire de l’Otan se soit implantée en 1950 en Sardaigne. Trip to Teulada raconte de quelle façon la communauté paysanne a vécu cette invasion et le destin de cette femme, lui offrant un dialogue avec les personnages de son passé.

Notre avis : On a beaucoup aimé le trait et les couleurs pastel, ainsi que la manière poétique dont les personnages du passé inter-réagissent avec Assunta d’aujourd’hui. Le paradoxe entre la douceur qui ressort du film et l’arrachement à son pays et l’exil qu’a vécu l’héroïne promet d’être intéressant.

HUMAN NATURE

Human Nature: une histoire qui fait froid dans le dos

Auteurs et Réalisateurs Sébastien Dupouey & Mezzo , Producteur Brotherfilms (France) – Public adulte, jeune adulte– 80’

PITCH

Eté 1906. Chaque jour, 40 000 visiteurs se pressent au Zoo de New York pour observer un petit être humain enfermé en cage avec des singes. Son nom est Ota Benga, jeune chasseur Pygmée ramené du Congo par Samuel Verner, « anthropologue » aux rêves de grandeurs qui finiront dans la honte et le scandale. Basé sur des faits réels, ce film raconte l’odyssée bouleversante de deux hommes aux destins scellés. Des forêts «sanglantes» de caoutchouc du Congo, à l’Exposition Universelle de Saint Louis, des bordels de la Nouvelle Orléans au zoo de New York, des orphelinats de Brooklyn aux cercles activistes afro américains… Une histoire d’amitié, de trahison et de lutte pour la liberté au cœur de la « Civilisation du Progrès ».

Ce que la pitching session nous a appris : l’objectif de l’équipe du film est que les spectateurs sortent grandis de cette épopée, dont l’histoire prête à un débat moral sur cette société occidentale du début du siècle, à la fois imbue d’elle-même et ignorante du reste du monde. Le film se veut fidèle au style de l’auteur de BD Mezzo, tout en étant à la croisée de deux esthétiques graphiques: BD et photochromes pour les décors et colorisation des photos afin de les transformer en réalité “pop”.

Notre avis : On n’a pu s’empêcher de penser au destin similaire qui fait froid dans le dos entre Ota Benga et Saartjie, dite la Vénus Hottentote, dont Abdellatif Kechiche avait brillamment rappelé le souvenir dans sa Vénus Noire. Le film promet de replonger le spectateur dans une dure réalité de colonialisme et de racisme, mais aussi de faire la part belle aux émotions du héros: peur, tristesse, honte.

EUGENE

Eugene Fallenie: une vie plus grande que la fiction

Auteure Joëlle Oosterlinck, Réalisatrice Anais Caura, Producteur My Fantasy (France),  Co-Producteur 2P2L (France)- Public adulte, jeune adulte– 90’

PITCH

Sydney, Australia 1920s. Eugene, in his thirties, flees the police who accuses him of burning his wife, Annie, alive. But why would he kill the one he loves? And what if Eugene was not the one we thought he was? What if Annie had discovered his secret? People do not like differences. When the truth breaks out, the whole city is going to stalk Eugene like a beast. Paradoxically, it is in prison that he will feel free to be himself, that will change the course of his life. The biography of the first transgender mediatised in contemporary history is incredible fictional material that echoes our current society: the battle of people with gender dysphoria for the recognition of their identity.

Ce que la pitching session nous a appris : L’auteure et la réalisatrice ont déjà réalisé une web série produite par France 2 sur le sujet de Eugene Falleni, homme née femme. Elles ont voulu transformer l’essai et produire un long métrage. Elles y ont vu une matière incroyable, à la fois drame psychologique, thriller et combat du héros contre lui-même et la société qui le pourchasse. Elles y rajoutent un troisième niveau de lecture: politique et contemporain cette fois-ci avec le combat des transgenres pour exister dans notre société. Elles revendiquent un graphisme proche de Colto Maltese par Hugo Pratt. Comme dans la web série, deux techniques seront utilisées afin de traduire les différents états émotionnels d’Eugène Falleni : sa réalité d’Eugène en noir et blanc et en rotoscopie avec de vrais comédiens, et ses souvenirs, cauchemars et introspections en animation 2D classique.

Notre avis : L’histoire et le parcours d’Eugene sont captivants et le beau graphisme et l’image, tantôt proche de la réalité, tantôt onirique et émotionnelle, renforcent l’envie du spectateur d’en connaître plus sur cette vie plus grande que la fiction.

 

On vous tient au courant dès que l’on a des informations sur les projets évoqués et leurs dates de sortie, et on vous donne rendez-vous pour la prochaine édition du Cartoon Movie 2019, qui se tiendra à nouveau à Bordeaux, du 6 au 8 mars 2019.

Sylvie-Noëlle