Crédits : Disney+ / Lucasfilm LTD

LE LIVRE DE BOBA FETT, chronique d’un joli plantage – Critique

Avec cette nouvelle série dérivée de l’univers Star Wars, Disney s’égare en démultipliant les incohérences et les péripéties insignifiantes. Cet échec s’explique par un constat sans équivoque : le studio est dépassé par le mythe, qu’il tente, en vain, de s’accaparer.

Depuis les grandes épopées antiques, le concept de masque est synonyme de mystère et a participé dans la fiction à ériger sur un solide piédestal nombre de figures cultes. Parmi elles, Boba Fett dans l’univers Star Wars. De chasseur de prime secondaire au rang d’antagoniste mystifié par les fans, son statut légendaire s’explique principalement par la part d’ombre qui l’entoure et par les mystères gravitant autour de lui. Si sa résurrection dans The Mandalorian nous avait laissés dubitatifs, celle-ci s’accompagnait toutefois d’un lot d’appétissantes réjouissances, entre clins d’oeil poussés et de vibrantes résurgences épiques.

Crédits : Disney+ / Lucasfilm LTD

Restait une interrogation et pas des moindres : outre le motif louable d’endosser à nouveau l’armure, quelle allait être la logique du travail opéré par Disney sur la mythologie, afin de concevoir nombre de péripéties cohérentes autour d’une pierre angulaire déjà amplement poncée ? Difficile d’apporter une réponse après sept épisodes et une jolie pagaille narrative, assez amère somme toute. Le récit se scinde en deux lignes jumelles, l’une axée sur ce qu’il advient de Boba suite à sa rencontre avec Din Djarin, l’autre expliquant sa survie depuis sa chute dans la gueule d’un Sarlacc (au début du Retour du Jedi). Empêtrés dans cette structure classique, les quatre premiers épisodes jouent des gammes maintes fois entendues au lieu d’opter pour la symphonie du grand banditisme galactique. Pourquoi chercher à humaniser un vilain si emblématique ? Avec la probité d’un cinéphile bercé par le divertissement populaire moyen, la série tergiverse entre un épisode spécial « Danse avec les Tuskens » et des problématiques plagiant Dune sans même le cacher.

Les sous-intrigues, plutôt que de nourrir l’exploration d’un mythe, ne font que parasiter un récit déjà peu propice au rythme ou à la tension. Attention : nous n’avons jamais demandé à Star Wars d’offrir autre chose qu’une épopée merveilleuse, où l’extraordinaire et l’épique se confondent avec brio. Ce sont les ingrédients savoureux qui ont fait de Rogue One et Mandalorian de délectables madeleines, qui, sans jouer la carte du fan-service, créaient des histoires avenantes. Aucune trace dans cette nouvelle anthologie d’une quelconque inventivité lorsque l’action se déploie. Il manque de tout : une réelle patte artistique, des motifs, des adjuvants, un cadrage… Prions pour que le studio s’en rende compte et évince Robert Rodriguez au plus vite tant ses épisodes sont teintés d’une tonalité pesante, avec comme point d’orgue cette horde de bikers, bel hommage aux pires heures des Power Rangers.

Crédits : Disney+ / Lucasfilm LTD

Boba opère tout de même deux caméos notables dans sa série éponyme, durant les épisodes cinq et six, annonce assumée de la saison 3 de Mandalorian. Nul doute que certains chez Disney se sont rendus compte que Grogu faisait vendre nombre de produits dérivés et son départ larmoyant vers sa formation de Jedi a dû en froisser plus d’un. Au détour d’une immense ellipse spatiale, les deux opus perdent définitivement de vue les enjeux initiaux de la série et prédisent déjà un avenir mercantile, où Disney polira ses diamants bruts. Cette virée est de meilleure qualité que tout ce qu’a pu proposer la « postlogie » et l’on remercie Dave Filoni d’avoir compris comment vaincre le côté obscur. Ces échappées lumineuses, les plus belles de cette longue saison, nous rappelle qu’il y a encore beaucoup à faire dans cet étrange microcosme hybride qu’est Star Wars. De loin la démarche la plus réussie au cœur d’un saisissant ratage.

Emeric

Note des lecteurs5 Notes
Titre original : The Book of Boba Fett
Créateur.rice.s : Jon Favreau, Dave Filoni
Acteurs : Temuera Morrison, Ming Na-Wen, Pedro Pascal
Date de sortie : Janvier 2022 sur Disney+
Durée des épisodes : 45 minutes
1
À oublier

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x