Soutenir Le Blog Du Cinéma ? Cliquez ici !

3 bonnes raisons de (re)voir LE BAL DE L’HORREUR

Cet article a pu être réalisé grâce à notre partenaire Ciné+. Son contenu est indépendant et conçu par la rédaction.

Réalisé par Paul Lynch, LE BAL DE L’HORREUR est souvent considéré comme l’un des grands classiques du slasher. Pourtant, si le long-métrage a marqué les mémoires, c’est pour son esthétique héritée du disco et pour le rôle de Jamie Lee Curtis plutôt que pour son approche du genre d’horreur. 

1. Pour son tueur en série que l’on finit par aimer

Les années 1980 est une période faste pour les films d’horreur. Vendredi 13, Cannibal Holocaust, Shining, Le Loup-garou de Londres, Evil Dead, The Thing… tous ces longs-métrages sortent sur les quelques années qui précèdent le déclin de ce genre cinématographique dans les années 1990. LE BAL DE L’HORREUR, enfant illégitime de Carrie (1976) et de Halloween (1978), se détache des autres classiques de l’époque en proposant une histoire qui se passe dans le milieu scolaire. Ainsi, le film raconte l’histoire d’une bande de jeunes qui assiste à la mort accidentelle d’une petite fille et qui décide de ne jamais révéler la vérité jusqu’à ce que ce passé les rattrape lors du bal de fin d’année. 

Lors d’un échange avec Irwin Yablans (le producteur d’Halloween), celui-ci avait en effet conseillé à Paul Lynch d’utiliser un jour férié comme base pour son film. Après quelques discussions, c’était décidé : ce sera le bal du lycée. Même s’il ne s’agit pas réellement d’un jour férié, le bal est un événement incontournable dans la vie des jeunes américains et américaines. Avec l’aide du scénariste Robert Guza Jr, Paul Lynch développe donc cette histoire autour d’un groupe de jeunes hantés par un drame de leur enfance. Ce scénario, qui ne laisse pas de place au suspense malgré sa tentative de mettre en place une intrigue policière, réussit néanmoins un exploit : faire sympathiser le public avec le tueur. Un sentiment unique qui n’était certainement pas partagé avec Freddy Krueger, Michael Myers ou Jason Voorhes. 

Photo du film LE BAL DE L'HORREUR

2. Pour assister au début de Jamie Lee Curtis

Avec LE BAL DE L’HORREUR, Jamie Lee Curtis enchaîne plusieurs films d’horreur entre Halloween (1978) et Terror Train (1980). L’actrice, qui jouissait d’une forte popularité depuis son rôle de Laurie Strode dans le film de John Carpenter, a d’ailleurs permis d’assurer le financement du long-métrage. Jusqu’à ce qu’elle confirme son engouement pour le projet, Paul Lynch avait en effet du mal à obtenir un financement pour son film. Or, au début des années 1980, l’actrice était considérée comme la « Jennifer Lawrence de l’époque » (Paul Lynch) : une jeune femme talentueuse qui apprenait tout très vite. Sa participation au slasher était ainsi considérée comme une assurance, le dernier film de l’actrice ayant été un succès mondial rapportant 47 millions de dollars au box-office (Halloween). 

Grâce au BAL DE L’HORREUR mais aussi aux films qui suivront cette année-là (Terror Train, The Fog), Jamie Lee Curtis confirme son titre de Scream Queen, des années après l’interprétation mythique de sa mère Janet Leigh dans Psychose (1960). Bien qu’elle n’était pas une étrangère dans le microcosme hollywoodien, ce sont les films d’horreur qui vont véritablement la propulser au rang de « star ». Néanmoins, ayant peur de ne plus pouvoir se débarasser de cette étiquette, elle refusa par la suite toutes les propositions de genre horrifique qu’elle recevra après Halloween 2 (1981). Jusqu’en 1998, lorsqu’elle décida de reprendre le rôle de Laurie Strode pour la troisième fois dans Halloween 20 ans après, il revient. Bien qu’il puisse paraître anecdotique dans la carrière de Jamie Lee Curtis, LE BAL DE L’HORREUR n’en est pas moins l’un des premiers signes du règne de la Scream Queen qui durera plus de quarante ans.

Photo du film LE BAL DE L'HORREUR

3. Pour son esthétique disco hypnotisante

Néanmoins, si LE BAL DE L’HORREUR est devenu l’un des grands classiques du slasher, c’est surtout grâce à son esthétique disco. Entre les tenues du casting, les coupes de cheveux et la musique, tous les détails permettent au film de se démarquer des autres slashers grâce à son ambiance. Même les chorégraphies, réalisées par la sœur de Paul Lynch, ont permis au long-métrage d’entrer au Panthéon des films d’horreur avec une scène dansée de Jamie Lee Curtis désormais devenue culte. Lors du duo, Casey Stevens, le partenaire de l’actrice, avait d’ailleurs tellement de mal à suivre l’hypnotisante jeune femme qu’une doublure a dû être engagée pour le remplacer. 

La musique a aussi permis au long-métrage de Paul Lynch de se faire une place à part aux côtés de John Carpenter et Wes Craven puisque le réalisateur a privilégié de la musique disco aux morceaux synthétiques. Lors du tournage du bal de promo, les acteurs et actrices ont ainsi dansé sur des hits de l’époque signés Pat Benatar, Gloria Gaynor ou encore Donna Summer. Malheureusement, les droits de ces chansons étaient si élevés que Paul Zaza dû ré-écrire en seulement cinq jours une série de musiques pour remplacer celles qui auraient dû être utilisées initialement. À l’époque, Paul Lynch conseilla au compositeur de créer des morceaux qui soient « assez similaires aux originaux pour être poursuivis mais pas assez similaires pour qu’ils puissent gagner ». Paul Zaza réussit l’exploit puisque le film fut poursuivi à hauteur de 10 millions de dollars avant que l’affaire ne se régla avec un accord de seulement 50 000 dollars. 

Bien qu’il ait souvent été réduit à l’enfant illégitime de Carrie et de Halloween, LE BAL DE L’HORREUR n’en est pas moins un slasher agréable à visionner grâce à son ambiance délicieusement disco. Rétro et fier de l’être, le long-métrage ne cherche jamais à aller plus loin que ce qu’il propose : un slasher porté par Jamie Lee Curtis dont l’esthétisme constitue 90% de son charme. 

Sarah Cerange

Note des lecteurs0 Note
Titre original : Prom Night
Réalisation : Paul Lynch
Acteurs : Jamie Lee Curtis, Leslie Nielsen
Date de sortie : 19 décembre 1980
Durée : 92 minutes
3

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Soutenez-nous !
Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x