© 2020 Jérôme Prébois – ADCB Films

ADIEU LES CONS, un Dupontel triste mais exalté – Critique

Trois ans après le succès d’Au revoir là haut, Albert Dupontel revient avec Adieu les cons, une tragédie burlesque dans laquelle Virginie Efira part à la recherche de son enfant abandonné.

S’il est souvent difficile d’enchaîner à la suite d’un imposant succès, Albert Dupontel réussit l’exploit, plus libéré que jamais. Bien loin de se laisser tétaniser par les attentes médiatiques qu’il peut susciter, le réalisateur déroule son cinéma à l’intérieur d’une comédie teintée d’une mélancolie poignante. ADIEU LES CONS raconte l’histoire de Suze qui, se sachant gravement malade, décide de retrouver l’enfant qu’elle fut contrainte d’abandonner alors qu’elle était adolescente. Mais la tâche semble très vite compromise lorsqu’elle se confronte à une administration sourde à sa requête. Elle croise alors la route de JB, interprété par Albert Dupontel, un informaticien poussé vers la sortie et plongé malgré lui dans un imbroglio avec la police.

AU REVOIR LA-HAUT, tourbillonnante explosion visuelle

© 2020 Jérôme Prébois – ADCB Films

Dans ADIEU LES CONS, Dupontel esquisse un monde déshumanisé, une société embourbée dans un dédale bureaucratique dont les rapports entre les individus n’existent plus. Au milieu de cet enfer moderniste, il fera se rencontrer trois personnages dysfonctionnels, trois personnages exclus, dont la productivité arrive à péremption. On retrouve l’affection de Dupontel pour les personnages marginaux qui questionne, depuis leur regard, un monde qui les traque sans relâche. Si la société a décidé de leur inutilité, JB et M.Blin vont retrouver une raison d’exister à travers la quête désespérée de Suze. La poésie manifeste qui émane de ce trio pittoresque vient réenchanter un monde triste et aseptisé. Propulsés dans une course folle, nos protagonistes se cognent à l’environnement pour faire voler en éclat l’équilibre d’un monde insensible. Chez Dupontel, le burlesque est pensé comme un procédé comique quasi politique qui répond à l’absurdité de la société.

Il faut par ailleurs souligner l’interprétation de l’ensemble de la troupe des comédiens dont de nombreux sont des habitués de l’univers du réalisateur. C’est le cas du génial Nicolas Marié qui incarne avec beaucoup de drôlerie mais aussi énormément de tendresse l’aveugle M.Blin. On retrouve également Philippe Uchan dans le rôle du patron qui forme avec Michel Vuillermoz un duo hilarant. Sans oublier Jackie Berroyer pour une séquence profondément touchante. JB est quant à lui l’archétype du personnage Dupontelien par excellence, avec son phrasé et sa langue reconnaissable pour des dialogues à la fois drôles et poétiques. Virginie Efira est, comme à son habitude, excellente. Elle se retourne vers son passé et ouvre une brèche à l’intérieur d’émotions qui viennent nous cueillir avec délicatesse.

© 2020 Jérôme Prébois – ADCB Films

La caméra virevolte et les mouvements déchirent l’espace. C’est à travers le burlesque que Dupontel matérialise la violence de la société sur des corps qui se heurtent, se cognent et se fracassent. Le rire rejoint toujours une forme de tragédie humaine, une poésie désespérée qui naît de l’entraide entre ces personnages que l’on croyait condamnés. ADIEU LES CONS se révèle extrêmement réjouissant esthétiquement, redoublant de trouvailles et de gags visuels. Des idées géniales de mise en scène qui réactivent en permanence le rythme et la narration du film.

Dans la lignée de son travail sur Au Revoir Là Haut, Dupontel signe un ouvrage minutieusement référencé. De Brazil à Chaplin en passant par Harold Lloyd, le réalisateur salue les maîtres auquel il emprunte et rend hommage. Dans le marasme de l’actualité, ADIEU LES CONS se présentait comme un candidat idéal pour le retour en salle. Les dernières mesures sanitaires sont un coup dur pour le film qui aurait pu faire beaucoup de bien à l’industrie malmenée du cinéma. À la fois drôle, intelligent et populaire, le dernier film de Dupontel répond parfaitement à l’époque que nous vivons. Il se moque d’un monde absurde qui détruit à petit feu notre humanité, il le fait avec élégance et impertinence, sans aucun cynisme, mais avec une forte dose de désespoir.

Hadrien

Votre avis ?

Note lecteurs0 Note
Titre original : Adieu les cons
Réalisation : Albert Dupontel
Scénario : Albert Dupontel
Acteurs principaux : Virginie Eifira, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Jackie Berroyer, Philippe Uchan, Bastien Ughetto,
Date de sortie : 21 octobre 2020
Durée : 1h27min
4
Excellent

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
LES MEILLEURES INTENTIONS, histoire d’une séparation – Critique