Repéré au dernier festival de Cannes dans la section Un Certain Regard dont il remporta le prix, le deuxième long-métrage d’Ali Abbasi est la sensation cinéma de cette rentrée 2019.

Tina est une douanière un peu spéciale, elle possède un don qui lui assure une place particulière au sein de sa brigade : son odorat extraordinaire lui permet de flairer la culpabilité des individus. Lorsqu’elle croise le chemin de Vore, ses certitudes et ses habitudes volent en éclats. Le mystérieux inconnu lui ressemble et, plus étrange encore, l’attire d’une manière irrépressible.

À cause de son apparence physique, traits grossiers et visage d’ogresse, Tina est un personnage marginalisé. Déterminée par une animalité exacerbée, son statut professionnel ressemble davantage à celui d’un chien douanier. Mais c’est paradoxalement cette particularité bestiale qui lui assure une place dans une société qui la tolère bien plus qu’elle ne l’accepte. Une connexion manifeste relie Tina aux animaux sauvages qu’elle croise et cajole sans crainte. Une affinité qui nous indique l’appartenance de la jeune femme à un monde qui n’est peut-être pas celui des humains.

Photo du film BORDER

© 2018 Metropolitan Filmexport

BORDER trace l’itinéraire d’un personnage perdu entre deux mondes dans un récit d’apprentissage fantastique. La rencontre avec Vore lui révèle un univers qu’elle ne soupçonnait pas, aussi mystérieux qu’attrayant. Tina prend alors conscience de sa véritable nature et avec elle un nouveau monde qui semble lui tendre les bras.

Le film explore successivement ces deux mondes conçus comme deux espaces cinématographiques distincts. D’un côté le monde des hommes avec la ville, la douane, le commissariat et l’hospice. À chaque fois ce sont des lieux clos, mornes et aseptisés. De l’autre il y a la forêt qui borde la maison de Tina, véritable refuge, aussi organique qu’onirique. Un espace pour matérialiser la réalité, le monde des hommes, un autre pour le conte et le fantastique propice à la métamorphose et l’émancipation.

Photo du film BORDER

© 2018 Metropolitan Filmexport

Le scénario est adapté d’une nouvelle de John Ajvide Lindqvist auteur du célèbre Laisse-moi entrer adapté en 2008 dans Morse. Le traitement du genre avec ces incursions du fantastique dans le réel rend la filiation entre les deux films évidente. La lente et diffuse propagation des éléments fantastiques dans cet univers hyper-réaliste participe à produire le sentiment d’étrangeté caractéristique du film.

Ainsi, Ali Abbasi s’évertue à toujours repousser les frontières du genre, se jouant des codes pour façonner, à l’image de ses personnages, une fiscanante hybridation cinématographique. L’intrigue slalome avec élégance entre drame social, romance féérique et enquête policière.

Photo du film BORDER

© 2018 Metropolitan Filmexport

Au-delà de l’expérience féérique déjà réussie, le film propose une réflexion subtile autour des concepts de nature/culture. Contrainte de choisir l’un des deux camps, Tina se refuse à épouser pleinement sa condition originelle qui suppose l’acceptation d’une vie fondamentalement cruelle et brutale dans un total reniement des valeurs morales de sa culture d’adoption. Un dilemme qui pose les bases d’une méditation sur les composantes de sa propre humanité.

Vore quant à lui renvoie le visage d’une altérité inhumaine ou anti-humaine et pose ainsi la question de l’origine du mal comme d’une fatalité existentialiste. Face au questionnement identitaire qui la tiraille, la jeune femme choisit le compromis et continue son chemin à la lisière des deux mondes. Si elle accepte enfin sa véritable nature, elle refuse par ailleurs d’abandonner sa culture humaine. Une dialectique pertinente pour conclure ce conte moderne à la hauteur des ambitions qu’il engage.

Aurélien Milhaud

Votre avis ?

BORDER, un conte moderne à la frontière de deux mondes - Critique
Titre original : Gräns
Réalisation : Ali Abbasi
Scénario : Ali Abbasi, Isabella Eklof, John Ajvide Lindqvist
Acteurs principaux : Eva Melander, Eero Milonoff, Jorgen Thorsson, Ann Petren
Date de sortie : 09 Janvier 2019
Durée : 1h50min
3.5Fantastique
Avis des lecteurs 8 Avis

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

BORDER, un conte moderne à la frontière de deux mondes – Critique

0