Affiche du film SKYFALL

Lorsque la dernière mission de Bond tourne mal, plusieurs agents infiltrés se retrouvent exposés dans le monde entier. Le MI6 est attaqué, et M est obligée de relocaliser l’Agence. Ces événements ébranlent son autorité, et elle est remise en cause par Mallory, le nouveau président de l’ISC, le comité chargé du renseignement et de la sécurité. Le MI6 est à présent sous le coup d’une double menace, intérieure et extérieure. Il ne reste à M qu’un seul allié de confiance vers qui se tourner : Bond. Plus que jamais, 007 va devoir agir dans l’ombre. Avec l’aide d’Eve, un agent de terrain, il se lance sur la piste du mystérieux Silva, dont il doit identifier coûte que coûte l’objectif secret et mortel…

Note de l’Auteur

[rating:9/10]

Date de sortie : 26 octobre 2012
Réalisé par
Film Américaine/Britannique
Avec , ,
Durée : 2h23min
Titre original :
Bande-Annonce :

La saga James Bond fête ses 50 ans et démontre avec Skyfall qu’elle est décidément une franchise pleine de ressources. Une fois n’est pas coutume, l’audace sera venue des producteurs. L’effort a été initié avec . En forme de prequelle, nous retrouvions alors l’espion britannique avec qu’il soit un agent 00 ; James Bond avant 007. Le virage est radical lorsque les producteurs recrutent Daniel Craig. Un acteur musculeux au jeu brut, parfait pour incarner la fougue du jeune agent. L’acteur britannique est bien loin des codes quasi-unanimement admis de l’Actor Studio. Il est plus sanguin, sans intellectualisation outrancière ; James Bond trouve un corps un vrai, une incarnation en laquelle on croit. Avec Casino Royale, James Bond devient un personnage meurtri, ayant ses propres conflits internes et gagnant en épaisseur. L’icône archaïque et simpliste de James Bond disparait pour devenir un véritable personnage de cinéma.

Photo (1) du film SKYFALL

Pour autant, nous connaissons la musique, chaque opus de 007 se résume en une digression sur une série de contraintes, ces invariants que nous prenons toujours autant de plaisir à retrouver : « My name is Bond, James Bond. », les James Bond girls, la vodka-martini, l’Aston Martin, les gadgets de Q. et ainsi de suite. C’est dans ces digressions, dans la broderie entourant ce canevas connu de tous et si confortable que chaque épisode trouve sa spécificité. Malheureusement, même les plus brillants exercices de la saga sont restés des plaisirs fugaces, vite digérés. Avec Skyfall, James Bond devient enfin un grand film. Ce qu’il manquait à 007 ? Un grand réalisateur.

A priori, Sam Mendes n’est pas l’homme de la situation, auteur psychologisant et critique de la société américaine, il ne s’est jamais frotté aux films d’action. L’homme connait ses limites et a délégué les scènes d’action (par ailleurs très réussies). Le réalisateur s’est concentré à se faufiler entre les goutes du code. Les James Bond Girls, expédiées (l’habituelle drague lourde à la petite phrase, oubliée) ; les gadgets, minimalistes ; le scénario géopolitique, troqué pour une tragédie œdipienne au sein du MI6. Ni iconoclaste, ni faussement respectueux, Sam Mendes s’amuse de son personnage et trouve le juste milieu entre la continuité et le supplément d’âme. Les problématiques sont franchement inédites pour la franchise.

S’il ne devait en rester qu’un de toute la saga ? Nous crierions Skyfall !

James Bond, espion infaillible, accusant habituellement un impact de balle en pleine poitrine par un vague rictus, est ici confronté à un corps défaillant. C’est l’occasion pour le réalisateur de filmer un agent moins solitaire réclamant la confiance en une équipe. Sam Mendes pousse les limites transgressives via le trio formé par James Bond, M. et le méchant (campé par Javier Bardem, une fois de plus magistral). Le gentil et le méchant ? Deux orphelins recueillis par le MI6 en la personne de M. (sûrement pour Mère de substitution), prennent deux voies radicalement différentes. Le film devient alors quasiment un drame familial. Les deux enfants terribles devront se disputer l’amour maternel. Sam Mendes en vient même à questionner l’inquestionnable, la sexualité de l’espion (pied de nez à l’encontre de la virilité toute en poils façon Sean Connery).

Photo (2) du film SKYFALL

James Bond fait un pas de géant grâce à Sam Mendes. Epaulé par l’admirable (, , Les évadés, …), 007 s’offre même une réalisation digne de ce nom avec de la mise en scène et une image sublime (la direction artistique vintage est également excellente).

Le geste initié avec Casino Royale trouve ici sa sublimation. Après 50 ans de vie commune, Skyfall nous permet enfin de faire connaissance avec James Bond. L’espion n’aura jamais été aussi humain et incarné notamment grâce à un miroir génial rendu possible par Javier Bardem (la scène de la rencontre en plan fixe est fabuleuse).

S’il ne devait en rester qu’un de toute la saga ? Nous crierions Skyfall !