Aussi bien connu des petits que des grands, Hayao Miyazaki continue d’annoncer inlassablement sa “retraite” à chacun de ses long-métrages… Mais s’arrêtera-t-il vraiment un jour ?

Le documentaire s’ouvre sur l’image d’un Japon enneigé. Calme et vide, le paysage l’est autant que les locaux de Ghibli que le maître Hayao Miyazaki semble avoir abandonné. Pourtant, c’est bien à l’occasion de la confection d’un nouveau court-métrage que Kaku Arakawa a tourné NEVER-ENDING MAN – HAYAO MIYAZAKI. Depuis la première annonce de sa retraite en 1998 à la sortie de Princesse Mononoké, le réalisateur n’a  jamais cessé de créer, d’innover et de faire rêver des générations toutes entières. À l’occasion de la création de Boro La Chenille, un court diffusé dans le Musée Ghibli, le senseï a accepté de se laisser filmer au plus près de son art pour un résultat aussi intime que révélateur.Photo du film NEVER-ENDING MANDerrière la caméra, Kaku Arakawa, un réalisateur complice et ami, s’immisce dans la vie personnelle et professionnelle d’Hayao Miyazaki. En 2013, alors que le maître de l’animation japonaise a 72 ans, le réalisateur va quotidiennement accompagner le senseï. Premier étonnement : l’angle de prise de vue dû à la position de la caméra, paradoxalement cachée et pourtant bien présente.

“Je ne devais pas être là pour travailler mais pour discuter et si je voulais prendre des images, il fallait que ce soit fait discrètement.” Kaku Arakawa

Malgré les premières appréhensions, cette démarche permet une approche intime du réalisateur, qui se révèle au public comme il se révèle à son ami, Kaku Arakawa. La caméra n’est pas celle d’un documentariste qui cherche à décortiquer et à analyser son sujet sous tous les angles. Elle est celle d’un proche et confident qui se laisse aller à capturer quelques moments de la vie d’un homme. C’est donc cette proximité qui explique le rythme calme et latent de NEVER-ENDING MAN – HAYAO MIYAZAKI. Avec des plans installant une sensation d’apaisement, Miyazaki confie ses pensées sur la mort, la vie et son héritage.Photo du film NEVER-ENDING MANAvec ce documentaire, nul besoin de connaître toute l’œuvre de Miyazaki dont les réalisations ne sont que brièvement montrées. Le cœur de NEVER-ENDING MAN – HAYAO MIYAZAKI repose sur un portrait intime, paradoxal et inédit qui est brossé du réalisateur. Alors que son entourage semble s’éteindre peu à peu, le senseï continue de travailler et d’innover pour montrer “la beauté du monde, une beauté qui sans cela passerait inaperçue.” À l’instar de la demeure du Château ambulant, il semble tomber en ruine à chacune des annonces de sa retraite et pourtant il se métamorphose aussitôt dans l’espoir de créer “quelque chose d’extraordinaire.

C’est donc pour cela qu’après plus de quarante ans dans le monde de l’animation, Hayao Miyazaki s’interroge sur les utilisations des nouvelles technologies et notamment du deep learning. Mais après la démonstration de jeunes professionnels lui montrant un mort-vivant, pour lui tout ceci n’est qu’une “insulte à la vie.” Une injure lourde de sens d’un homme qui n’a cessé de dénoncer l’inutilité de la violence et de la bêtise humaine. De Princesse Mononoké où les lépreux et les prostitués avaient un rôle central, à Nausicaä où encore une fois l’honneur et la valeur des personnes âgés ne cessaient d’être illustrés, la vie humaine a toujours été représentée sous toutes ses formes et ses “défauts.”

C’est ce respect pour la vie qui caractérise l’ensemble de l’œuvre d’Hayao Miyazaki ainsi que sa personne. Si l’écologie ou le pacifisme sont des thèmes récurrents dans son œuvre, c’est  l’humilité qu’il exprime à l’égard de ses personnages qui se retrouve dans tous ses films. Et c’est  pour cela que le réalisateur attache autant d’importance aux détails. Après avoir passé des heures à observer des jupes voler pour Kiki le petite sorcière, c’est désormais une chenille qu’il observe inlassablement au microscope. L’essentiel réside toujours dans les détails. Cette obsession de la perfection s’illustre aussi dans la tristesse et la déception qu’exprime le réalisateur vis-à-vis de son entourage, tel un génie créateur ayant le sentiment d’être entouré d’idiots et d’incompétents.Photo du film NEVER-ENDING MANMalgré une approche inhabituelle, NEVER-ENDING MAN – HAYAO MIYAZAKI est une invitation dans l’intimité du réalisateur. Ce dernier, alors septuagénaire, confie ses inquiétudes, sa profonde mélancolie et ses rêves et défend également ses valeurs. Comme ses personnages, le réalisateur n’est pas prisonnier d’une logique manichéenne et dévoile ainsi son talent et ses imperfections; des défauts bien humains pour un homme qui a pourtant tout le talent d’un dieu.

Sarah Cerange

Votre avis ?

NEVER-ENDING MAN - HAYAO MIYAZAKI, ou une plongée intimiste dans l'univers du senseï - Critique
Titre original : Never-Ending Man
Réalisation : Kaku Arakawa
Production : NHK
Acteurs principaux : Hayao Miyazaki
Date de sortie : 2 janvier 2019
Durée : 70 min
3.5Inspirant
Avis des lecteurs 4 Avis

NEVER-ENDING MAN – HAYAO MIYAZAKI, ou une plongée intimiste dans l’univers du senseï – Critique

0