La 17ème édition du Arras Film Festival a démarré vendredi dernier et se tiendra jusqu’au 13 novembre. Au programme de cette édition, des avant-premières, une compétition européenne, deux rétrospectives (La Guerre d’Espagne et Les films d’évasion) et des cinés concerts. Au total 114 films seront présentés dont 80 inédits.

Anne Laure y sera pour Le Blog du Cinéma et vous fera vivre le Festival à travers sa sélection.

Nos critiques :
TU NE TUERAS POINT : http://bit.ly/2eeJ6h6
LE CLIENT : http://bit.ly/2eeMmsJ
LOVING : http://bit.ly/2frnCe6
MOI, DANIEL BLAKE : http://bit.ly/2eNMxre
BACCALAUREAT : http://bit.ly/2eeNwEx
CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD : http://bit.ly/2frlOlC
SOUVENIR : http://bit.ly/2fKrniU
PATERSON : http://bit.ly/2frk9wn
CAROLE MATTHIEU : http://bit.ly/2eeL40P
NOCES : http://bit.ly/2fKwGi0
HEDI : http://bit.ly/2eeMict
TANNA : http://bit.ly/2eNMz2h

Parmi les avant-premières, nous pourrons découvrir Baccalauréat du roumain Cristian Mungiu Mungiu qui avait remporté la Palme d’or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 joursi, mais aussi La confession de Nicolas Boukhrief, nouvelle adaptation de Léon Morin prêtre de Melville avec Romain Duris et Marine Vacth, Dans la forêt de Gilles Marchand avec Jérémie Elkaim ou encore La mécanique de l’ombre de Thomas Kruithof avec François Cluzet et Denis Podalydès.

Cette année 9 films seront en « compétition européenne » et le jury sera présidé par Jean-Pierre Améris (réalisateur des Emotifs anonymes). Parmi cette sélection de films d’Europe du nord et de l’est, on ira voir Roues libres du hongrois Attila Till, un thriller prometteur dont les protagonistes sont en fauteuil roulant. Egalement en compétition Paula de l’allemand Christian Scwochow, portrait d’une femme peintre avant-gardiste au début du siècle dernier.

Comme tous les ans, le Arras Film Festival propose deux rétrospectives, l’une consacrée à la Guerre d’Espagne, l’autre aux films d’évasion. On se réjouit de pouvoir revoir sur grand écran l’indispensable Mourir à Madrid de Frédéric Rossif et La grande illusion de Jean Renoir ou Le trou de Jacques Becker.

Le cinéaste à l’honneur cette année est Stéphane Brizé avec une rétrospective de ses films et la présentation en avant-première de son dernier né qu’on a bien hâte de découvrir : Une vie d’après le célèbre roman de Maupassant avec Judith Chemla (déjà formidable dans Ce sentiment de l’été) et Jean-Pierre Daroussin.

Mais ce n’est pas tout ! Egalement au programme, des “Visions de l’est“ avec notamment Eclairage intime d’Ivan Passer en copie restaurée, des “Cinémas du monde“ avec Une semaine et un jour de l’israélien Asaph Polonsky et d’autres “Découvertes européennes“ comme Le voyage au Groenland de Sébastien Betbeder (2 automnes 3 hivers).
De quoi satisafaire les visiteurs de plus en plus nombreux chaque année ! Même les enfants ne sont pas oubliés puisqu’il y a aussi une programmation jeune public.

Anne Laure Farges

Arras Film Festival 2016 : le programme

1