C’est toujours un plaisir d’aller se réfugier au Arras Film Festival au coeur de l’automne. La ville d’Arras prend les couleurs du festival et la Grand place se transforme en village chaleureux pour accueillir les festivaliers et les invités entre deux séances. Focus sur cette 19ème édition qui se tient du 2 au 11 novembre 2018.

Concoctée comme tous les ans par Nadia Paschetto, directrice du festival, et Eric Miot, délégué général, cette édition nous promet encore de belles découvertes. Au programme, 125 films dont 80 inédits, des rencontres, 150 invités attendus parmi lesquels Vincent Cassel pour le film évènement L’empereur de Paris de Jean François Richet et Jean-Paul Rouve dont le film Lola et ses frères ouvre les festivités. Le Festival rendra hommage à une cinéaste aussi discrète que talentueuse : Pascale Ferran, réalisatrice de Lady Chatterley, Bird people et L’âge des possibles. Une rencontre avec la réalisatrice animée par un autre invité, l’incontournable critique Michel Ciment, clôturera cet hommage à l’Université d’Artois.

Pascale Ferran, invitée d’honneur du AFF 2018

Michel Ciment se voit par ailleurs offrir une carte blanche et nous donnera l’occasion de voir ou revoir Ida de Pawel Pawlikowski, Toni Erdmann ou Manchester by the sea de Kenneth Lonergan. Et pour clore cette carte blanche, nous irons découvrir le portrait de cet immense cinéphile dans le documentaire de Simone Lainé,  Le cinéma en partage, projection suivie d’une rencontre animée par le journaliste Jean-Claude Raspiengeas.

La compétition européenne

Neuf films ont été sélectionnés en compétition européenne que délibérera le jury présidé par Emmanuel Finkiel aux côtés de Maryline Canto, Grégoire Leprince-Ringuet, Lucia Sanchez et le scénariste Jacques Fieschi. On pourra découvrir entre autres Winter flies du tchèque Olmo Omerzu et Take it or leave it de l’estonienne Liina Trishkina-Vanhatalo.

24 films en avant-première

Le Arras Film Festival n’est pas avare en avant-premières. Ainsi pourra-t-on découvrir DOUBLES VIES d’Olivier Assayas avec Vincent Macaigne et Juliette Binoche, PUPILLE de Jeanne Henry et NOS VIES FORMIDABLES de Fabienne Godet. On regrette néanmoins de passer à côté de THE BOOKSHOP d’Isabel Coixet et du dernier film de Julie Bertucelli  LA DERNIERE FOLIE DE CLAIRE DARLING, projetés les premiers jours du festival.

Doubles vies d’Olivier Assayas

Découvertes européennes

Vous l’aurez compris, l’Arras Film Festival est un festival dédié avant tout au cinéma européen. Outre les avant-premières et les films en compétition, le festival propose une sélection de films européens dont AMANDA de Mikhaël Hers (réalisateur du très beau CE SENTIMENT DE L’ETE) avec Vincent Lacoste et SIBEL de Çagla Zencirci et Guillaume Giovanetti, portrait d’une jeune femme dans une Turquie patriarcale.

Ce panorama s’ouvre également au cinéma d’animation et l’on pourra rattraper nos deux séances manquées à Annecy avec CHRIS THE SWISS de Anja Kofmel, enquête sur un journaliste suisse tué en pleine guerre en 1992 en Croatie, et FUNAN de Denis Do (prix du meilleur film au dernier Festival d’Annecy) sur les Khmers rouges.

Visions de l’est et Cinémas du monde

Laszlo Nemes, réalisateur inspiré du Fils de Saul – également projeté dans le cadre de la carte blanche à Michel Ciment – revient avec un nouveau film, SUNSET, qui se situe cette fois pendant la première guerre mondiale. La sélection “Cinémas du monde“ nous emmènera en Israël et en Palestine avec deux films THE REPORTS ON SARAH AND SALEEM de Muayad Alayan et TEL AVIV ON FIRE de Sameh Zoabi. Petit pincement au coeur toutefois, le dernier film de Jia Zhan Ke, LES ETERNELS, sera également présenté mais avant notre venue.

SUNSET de Laszlo Nemes

Les rétrospectives

Enfin, deux rétrospectives s’ajoutent à la sélection, l’une consacrée au “Conflit dans les Balkans“ (Underground de Kusturica, Before the rain de Milcho Manchevski ou No man’s land de Danis Tanovic) et l’autre, “Good cop bad cop“, au personnage du policier au cinéma, tantôt flic tantôt voyou (La soif du mal d’Orson Welles, Le Prince de New York de Sidney Lumet ou Police Python 357 d’Alain Corneau).

Arras Film Festival n’oublie pas les enfants avec une sélection destinée au jeune public parmi laquelle MIA ET LE LION BLANC de Gilles De Maistre et le merveilleux MIRAI MA PETITE SOEUR de Mamoru Hosoda, découvert à Cannes 2018.

Une édition prometteuse pour un festival qui rassemble plus de 45000 personnes tous les ans !  Arras, the place to be in november !

Anne Laure Farges

Votre avis ?

Arras Film Festival 2018 : focus sur la 19ème édition

0