LA TORTUE ROUGE est un long métrage d’animation réalisé par le Néerlandais Michael Dudok de Wit, co-écrit par la française Pascale Ferran (Lady Chatterley, Bird People) et co-produit par le mythique studio GHIBLI

En voici la jolie bande annonce !

TRAILER

Une bien belle bande annonce comportant sa part de mystère… Sachant que le synopsis annonce un film relatant les grandes étapes de la vie d’un être humain à travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte. Qui et d’ou vient cette femme ? Aapprentissage, initiation, amour, naissance, transmission, deuil semble être traités dans le film… Comment ? Quel est le rôle de la fameuse Tortue Rouge ?

LA TORTUE ROUGE sortira le 29 juin 2016 en France; avant cela, il sera dévoilé au Festival de Cannes, dans la section Un Certain Regard. Nous aurons donc réponse à nos questions bientôt.

LA TORTUE ROUGE : GHIBLI n'est pas mort !

LA TORTUE ROUGE : GHIBLI n’est pas mort !

Quant au studio GHIBLI, on ne pouvait manquer de reparler de lui. LA TORTUE ROUGE est en efffet co-produit par le mythique studio japonais, Isao Takahata étant même producteur artistique du film ! Une excellente nouvelle tant nous étions chagrinés par l’annonce de l’arrêt de la production de longs métrages, en 2014.

Le studio GHIBLI en quelques œuvres et noms

Il y a deux auteurs majeurs au studio GHIBLI : Hayao Miyazaki et Isao Takahata.

Chez Isao Takahata, les thématiques de la famille, de l’héritage culturel, de la transmission et de la nostalgie sont récurrentes, qu’il s’agisse de parler d’écologie (Pompoko), de la guerre avec peut-être le film le plus justement triste de l’histoire du cinéma: Le Tombeau des Lucioles, ou du souvenir et du présent comme dans Mes Voisins les Yamada, ou dans le fantastique mais malheureusement méconnu Omoide Poroporo. La particularité du réalisateur est de ne pas être un dessinateur, ce qui permis à ses films de ne pas avoir une personnalité esthétique unique, mais plusieurs, toutes cohérentes.

Quant à Hayao Miyazaki, faisant fusionner avec une immense sensibilité les notions d’animisme, d’écologie, de famille, et d’aventures, nous a fait rêver , réfléchir et ému avec Mon Voisin Totoro, Le Château dans le cel ou Princesse Mononoke. A titre personnel, Le Voyage de Chihiro est peut-être le film le plus important dans ma vie de cinéphile, en cela qu’il m’a littéralement appris le pouvoir poétique du cinéma et l’éveil  à la richesse d’autres cultures.

En marge de ces deux auteurs phares, évoluent de “petits” réalisateurs dont les œuvres sont également très riches en cela qu’elles synthétisent quelques obsessions propres à Miyazaki et Takahata, tout en essayant de trouver leur ton propre. C’est ainsi que le passage à l’age adulte sera une thématique récurrente dans ces “autres merveilles”, qu’il s’agisse de le faire à travers la découverte d’un autre monde, comme dans Le Royaume des Chats ou Arrietty, ou à travers les épreuves et l’exploration d’un univers comme dans Les Contes de Terremer, ou simplement à travers l’expérience du réel, comme dans La Colline aux Coquelicots, ou même Souvenirs de Marnie, qui d’ailleurs, tentait avec beaucoup de pertinence, de se placer dans une certaine ambiguïté. On reprochera peut-être à toutes ces œuvres de trop reposer sur leur high-concept et les aventures qui lui étaient intimement liées, au détriment de la pluralité des pistes d’interprétations.

Les Derniers films du studio GHIBLI

Isao Takahata et Hayao Miyazaki ont proposé leurs films-testament avec Le Conte de la Princesse Kaguya et Le Vent se Lève. FIlms-testaments, car chacun d’eux rassemblait les obsessions propres aux réalisateurs, à travers l’exploration d’une sensibilité assez unique, sage et introspective dans leur filmographie. Beaucoup moins accessibles, mais remplis de partis pris esthétiques (les bruitage “à la voix du Vent se lève, le dessin au fusain de Kaguya), mais également en termes de sensibilité; Miyazaki proposait un personnage ambigu comme héros, moyen d’observer avec distance le Japon d’avant guerre et ses décisions politiques, tandis que Takahata devenait beaucoup plus allégorique pour nous parler de vie et de mort, d’ouverture au monde par l’apprentissage, thèmes rarement traités dans son cinéma.

Quant au dernier film du studio GHIBLI lui même, Souvenirs de Marnie, il était primordial de ne pas le comparer aux autres œuvres du studio et encore moins à celles des deux maîtres, pour pouvoir l’apprécier. Une chronique adolescente dont la profondeur ne se révèle que dans la subtilité, en dépit de légers problèmes de rythme ou de justesse.

Bref. Hâte, Joie.

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

INFORMATIONS

Affiche du film LA TORTUE ROUGETitre original : The Red Turtle
Réalisation : Michael Dudok de Wit
Scénario : Michael Dudok de Wit ,Pascale Ferran
Acteurs principaux :-
Pays d’origine : France, Belgique, Japon
Sortie : 29 juin 2016
Durée : 1h20min
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Synopsis : Les grandes étapes de la vie d’un être humain à travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux.

 

 

 

 

Bande-annonce de LA TORTUE ROUGE

0