Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Kim Seong-hun fait parti de ces nouveaux réalisateurs talentueux que nous offre encore et toujours la Corée du Sud. D’abord remarqué avec le génial Hard Day (passé un peu inaperçu en France), on le retrouvera avec le passionnant film catastrophe Tunnel le 3 mai 2017.

Notre critique de Tunnel
L’année dernière, le cinéma coréen avait marqué les esprits en renouvelant le genre du film de zombie avec Dernier train pour Busan a donc décidé de combiner les deux en confiant à Kim Seong-hun la réalisation de la série , scénarisée par Kim Eun-hee (Signal). Une série de zombies donc, qui se déroulera en Corée durant la dynastie Joseon (fondée en 1392). Bien que le travail de Kim Seong-hun et le cinéma coréen en général soient particulièrement appréciables, on reste un peu sceptique sur ce projet. Car encore une fois Netflix prouve sa capacité, non pas à faire preuve d’originalité et de réelle nouveauté, mais plutôt à capter les attentes du public dans l’immédiat en se basant sur des œuvres déjà établies. A l’image notamment de Stranger Thing – voir notre article sur la saison 1 : « une coquille vide singeant (à la perfection) l’Esprit Amblins ».

S’il faudra attendre 2018 pour découvrir les 8 épisodes de Kingdom, on pourra déjà se faire une meilleure idée sur la collaboration naissante entre Netflix et la Corée du Sud avec OKJAle prochain film du réalisateur Bong Joon-ho diffusé en juin prochain. Un film qu’on aurait préféré voir en salle, tout comme le Scorsese, The Irishman, dont Netflix vient d’annoncer la production. Une annonce qui a, par ailleurs, fait réagir le scénariste Paul Schrader (Taxi Driver, Raging Bullsur Facebook : « les studios ont vu le jour comme des mécanismes de livraisons. Ils finançaient des films pour livrer des produits à leurs salles de cinéma. Amazon, Netflix et Google sont les nouveaux mécanismes de livraisons. Les studios sont devenus des dinosaures agonisant de leurs salaires surpayés et autres gaspillages injustifiables ».

Le groupe américain est donc clairement en train de changer la donne, mais est-ce vraiment une bonne nouvelle pour les cinéphiles ? L’avenir nous le dira. Espérons au moins que, devant ces annonces successives les studios hollywoodiens réagissent en conséquence.

Pierre Siclier

Votre avis ?