Les drive-ins : une alternative aux salles de cinéma ?

Depuis le début du confinement et de la mise en place des règles de distanciation sociale, les salles de cinéma sont restées portes closes. Alors qu’aucune date de réouverture n’est vraiment prévue, une autre forme de diffusion commence à renaître dans quelques pays d’Europe et du reste du monde : les drive-ins.

En quoi consistent les drive-ins et peuvent-ils aider le cinéma pendant la crise sanitaire ?

Drive-in : les origines

Le drive-in est un concept typiquement américain qui voit le jour en 1933. Il consiste en la projection de films en plein air auxquelles les spectateurs peuvent assister directement depuis leur voiture.

Inventé par Richard M. Hallingshead Jr, l’année précédente dans son jardin, il dépose le brevet et ouvre son premier drive-in dans le New Jersey. Ce dernier reste ouvert durant 3 ans, mais entre temps plusieurs états achètent l’idée. Durant cette décennie, de nombreux drive-ins apparaissent dans tout le pays.

Vendu comme une activité familiale et intimiste, le drive-in connait un succès immédiat. Dans les années 50 et début des années 60, le concept de cinéma de plein air est à son apogée. Près de 5 000 drive-ins sont recensés sur le territoire américain, principalement dans les zones rurales.

Au cours des années 70, certains drive-ins se sont spécialisés dans le cinéma d’exploitation. Certaines séances sont alors réservées aux films pornographiques, d’autres aux films d’horreur, etc.

Pour ce qui est du système sonore, il connait une importante évolution au fil des années. À l’origine, des hauts parleurs étaient placés au niveau de l’écran. Puis de petit hauts parleurs individuels firent leurs apparitions. Enfin, c’est par bande radio captée directement par l’automobiliste que le son fut diffusé à l’intérieur de la voiture.

Une solution antivirus ?

Alors que la crise sanitaire prend une ampleur mondiale et qu’un déconfinement total reste encore assez flou, les salles de cinéma sont des lieux à haut risques en terme de contamination. En plus des questions de santé publique que soulève cette pandémie, le secteur économique est lui aussi fortement impacté. L’industrie du cinéma et par conséquent, les salles d’exploitations accusent le coup.

Quel avenir pour le cinéma ?

Les avantages du drive-in

L’atout principal que peut fournir aujourd’hui, des séances de cinéma en drive-in est bien évidemment que cela permet de respecter les distanciations sociales. En restant à l’intérieur de leur habitacle, les spectateurs seraient ainsi protégés des divers risques de propagation du virus.

Mais il semble que l’argument majeur d’un retour des drive-ins soit celui du divertissement. En ces temps difficiles et moroses, les gens souhaitent retrouver un peu d’évasion et le drive-in reste l’expérience cinématographique la plus sûre. C’est l’occasion de quitter sa maison ou son appartement pour prendre, durant quelques heures, une autre forme de distance avec le quotidien et le monde triste et incertain qui nous entoure actuellement.

Une alternative sérieuse ?

Du côté des sorties des films, on sait que certaines dates de report ont déjà étaient annoncées. Mais rien n’est encore figé. Les multiplexes nagent toujours dans le flou quant à leur réouverture. Tout cela risque de créer un véritable chamboulement dans le calendrier des sorties de 2020, voir de 2021.

Du coup, le drive-in peut il être considéré comme une alternative idéale pour maintenir l’activité cinématographique ?

Même s’il connaît un regain d’intérêt dans certains pays, comme l’Allemagne, les Etats-Unis ou encore la Corée du Sud, la structure d’exploitation du drive-in est loin de rivaliser avec les salles de cinéma actuelles. Avec une qualité d’image toujours plus perfectionnée, l’utilisation de la 3D et d’un système sonore toujours plus immersive, une grande majorité des productions mondiales actuelles, ne peuvent être projetées dans les conditions que proposent actuellement les drive-ins.

Par ailleurs, les plateformes de streaming et de VOD font également office de solutions alternatives pour aider les films à être vu. Étant déjà de sérieuses concurrentes bien avant la crise du coronavirus, il est fort à parier que les spectateurs préféreront se tourner vers ce genre de diffusion, plus ancrer dans leurs habitudes.

SVOD : la guerre des plateformes

Le drive-in en France

En France, les drive-ins ne sont pas très répandus. Quelques essais ont eu lieu à la fin des années 60, début 70, mais le succès ne fut pas vraiment au rendez-vous. Depuis, aucune réelle tentative n’a été mis en œuvre. Cependant, de nombreuses projections en plein air (mais sans voiture), ont lieu régulièrement tous les étés dans de nombreuses villes.

Fortement ancré dans la culture pop américaine, le drive-in n’a pas vraiment réussi à trouver sa place en Europe, surtout en France. Cependant, l’engouement pour la mode vintage et toutes les résurgences culturelles nostalgiques de ces derniers temps laissent penser que ce genre d’expérience cinématographique pourrait devenir plus populaire.

Un outil de découvertes

D’après une enquête réalisée en 2018, les Français sont les plus cinéphiles du vieux continent. On compte dans le pays, près de 6 000 écrans, tout genre de salles confondu. Néanmoins, on peut s’imaginer que l’installation de drive-ins dans certaines zones rurales par exemple, pourrait permettre un accès plus facile au cinéma et à la culture en général. L’occasion de découvrir ou redécouvrir les grands classiques du septième art, ou des films méconnus du grand public.

Depuis le début du confinement, regarder des films est devenus une des activités les plus populaire. Le retour vers les salles obscures est attendu pour un grand nombre de personnes avec impatience. La renaissance des drive-ins un peu partout sur le globe, traduit l’importance du cinéma et de son pouvoir d’évasion en ces temps de crise et de morosité ambiante.

Car si la vraie vie et son scénario catastrophe ne nous garantie pas forcément un happy end en bonne et due forme, au cinéma, on sait qu’à la fin le méchant sera anéanti et que la foule laissera exploser sa joie en s’embrassant devant les décombres d’un monde à reconstruire.

Morgan Tatincloux

Article écrit par un.e contributeur.rice. Envie de vous lancer ?

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
Xavier Dolan prépare trois futurs projets dont un film d’horreur