Much Loved, présentait par le prisme du sexe divers aspects du Maroc contemporain (rôle de la femme, sentiments, argent, famille, clichés de la femme, rapport au travail et à la carrière, pauvreté, richesse, système judiciaire défaillant, tourisme, etc.) pointant ainsi du doigt l’évidente hypocrisie d’une société qui récuse violemment le sexe autant qu’elle l’insère dans son quotidien – tous aspects suscités confondus. Un tel film ne pouvait ainsi exister sans choquer certaines opinions.

Précisément, il constitue
« un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume »
selon le ministère de la communication du Maroc. Much Loved est par conséquent censuré et interdit dans son propre pays.

Toutefois, ce qu’il représente prend d’autant plus de valeur suite à l’agression, le 6 novembre 2015 à Casablanca, de Loubna Abidar, interprète de Noha l’une des prostituées mises en scène par le film.

image_2_6

Loubna Abidar accompagne cette photo d’une vidéo où elle déclare, en arabe :

« J’ai été agressée ; les médecins, les cliniques et les commissariats ont refusé de m’accueillir. Je suis allée au grand commissariat de Casablanca en pleine nuit et on m’a reçue avec des rires. Le policier a dit : ‘Enfin, Abidar a été frappée !' »

Un geste qui, à l’instar du film, dénonce la condition de la société marocaine et renvoie ainsi à cet impossible dialogue à propos de la condition de la femme, sujet filigrane du film… Plus qu’étouffer la parole de l’auteur Nabil Ayouch et celles de ses actrices et acteurs, cette agression décuple au contraire la portée de leur discours.

Much Loved parvenait à s’extirper des clichés habituels de la représentation de prostituées pour présenter une société avec un regard à la fois pudique (malgré les scènes de sexe) et touchant, à même de bouleverser nos préconceptions à propos d’un pays que nous ne connaissons que bien peu.

Un film important au-delà de ses qualités cinématographiques, et que nous vous invitons à découvrir – en soutien à Loubna Abidar, Nabil Ayouch, et au peuple marocain dans son ensemble.

MAJ – 12 novembre 2015

Loubna Abidar décide de quitter le Maroc. L’actrice accorde un entretien au Monde éclairant grandement sur la campagne de détestation dont elle a été victime:
« Sur Facebook et Twitter, mon nom est associé à celui de « sale pute » des milliers de fois par jour. Quand une fille se comporte mal, on lui dit « tu finiras comme Abidar ». Tous les jours, je lis que je suis la honte des femmes marocaines. Chaque semaine, je reçois des menaces de mort […] J’ai décidé de quitter le Maroc. C’est mon pays, je l’aime, j’y ai ma vie et ma fille, j’ai foi en ses forces vives, mais je ne veux plus vivre dans la peur. » Loubna Abidar

Nous vous engageons à lire l’intégralité de l’entretien pour recontextualiser ces déclarations.

INFORMATIONS



+ CRITIQUE
+ QUINZAINE 2015 : la programmation

Titre original : Much Loved
Réalisation : Nabil Ayouch
Scénario : Nabil Ayouch
Acteurs principaux :  Loubna Abidar, Asmaa Lazrak, Halima Karaouane
Pays d’origine : Maroc / France
Sortie : 16 Septembre 2015
Durée : 1h44min
Distributeur : Pyramide Distribution
Synopsis : Marrakech, aujourd’hui. Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifées. Ce sont des prostituées, des objets de désir. Vivantes et complices, dignes et émancipées, elles surmontent au quotidien la violence d’une société qui les utilise tout en les condamnant.

BANDE ANNONCE