Soit l’association ultime. Matthew-McConaughey-650x355 Winding Refn a prouvé (entre autre) sa propension à magnifier avec minimalisme un acteur au volant d’une voiture. Matthew McConaughey… Ben c’est Matthew Mc Conaughey. The Man. D’une classe internationale, il déclame six, sept phrases à travers les trois spots. Son accent texan fait des merveilles, comme d’habitude. Winding Refn s’amuse avec son regard, ses demi-sourires, ses expressions, ses tics. Il est mis en valeur comme pas possible, comme jadis Ryan Gosling. On adore ! Trois phrases, justes parfaites :

“Yes, you can.”

“I can respect that… take the long way.”

“I just liked it.”

Chaleur,  ébullition, envie irrépressible d’acheter une Lincoln. Lincoln, justement, la marque qui marque la deuxième carrière de l’acteur. Car en 2011, juste après Hanté par ses Ex, on hallucine subitement en (re)découvrant MmC en avocat charismatique, complexe et torturé dans La Défense Lincoln. Un rôle qui contient déjà Rust CohleMud, Dallas (Magic Mike), Killer Joe, Ron Woodroof et Mark Hanna, tout en étant singulièrement différent. Dans le film de Brad Furman, Matthew McConaughey utilise la banquette arrière d’une Lincoln Town Car 1986, comme bureau. Lincoln donc, symbole d’un renouveau pour l’acteur. Soit trois spots d’une logique absolue.

SPOTS LINCOLN AVEC MATTHEW MCCONAUGHEY, PAR NICOLAS WINDING REFN

Matthew McConaughey, Lincoln et Nicolas Winding Refn

4