Votre mot de passe vous sera envoyé.

Sony nous a fait une intéressante proposition: tester le lecteur blu-ray 4K X800 ainsi que son écran Ultra HD, le XE93). Nous les avons donc essayé avec plaisir, sur deux films: Premier Contact, et Inferno.

Nous ne parlerons pas vraiment de la qualité des films (Premier Contact est notre film de l’année 2016 tandis que nous avons trouvé Inferno assez raté, en gros), mais tenterons en outre d’aborder quelques points techniques, et même philosophiques.

Il nous semble important de distinguer deux choses: le master du film, et la qualité de l’équipement. La première caractéristique étant évidemment différente pour chaque oeuvre, elle permet de tester assez précisément la seconde. C’est ainsi que chacun des deux films a prouvé à quel point le lecteur blu-ray 4K ET l’écran de Sony sont d’excellente qualité: après batteries de tests pour trouver la meilleur configuration sur les deux appareils (4K, HDR et Deep Colour activés), nous avons pu juger à quel point les contrastes affichés par le Bravia XE93 sont impressionnants. Premier Contact et sa photographie par Bradford Young – elle même contraste idéal de couleurs froides et chaudes -, le mettent parfaitement en avant.

En revanche, la définition 4K sur Premier Contact n’apporte rien de franchement évident par rapport au blu-ray 1080p; pour être estomaqué de ce coté, il faudra se tourner vers Inferno.

Typiquement, le genre d’images vaporeuses idéales pour tester des contrastes et imprimer une ambiance mais qui, à l’échelle d’un film, ne permet pas de tester ce qui relève de la définition et du piqué de l’image.

Visuellement, le film permet deux choses. D’un coté de tester l’adaptation du combo écran X93 /lecteur 4K X800 face à la batterie d’effets et gimmicks visuels mis en avant durant le premier quart d’heure du film, à savoir différents filtres, des ralentis et accélérations de l’image, des zooms / dezooms, quelques effets spéciaux bien dégueulasses (des reconstitutions en “réel” de tableaux mythiques tels que L’Enfer de Dante), de la caméra à l’épaule, de la vidéo YouTube ou GoPro; L’équipement n’a ainsi jamais été pris en défaut, rendant même presque agréable à regarder cet insoutenable délire visuel. Par ailleurs, le film nous montre moult gros plans de personnages qui discutent ainsi que ces intérieurs & extérieurs impressionnants, l’action du film se passant à Florence, Venise, et Istambul, devant leurs incroyable monuments et dans leurs magnifiques musées.

Dans tous les cas, l’ultra HD définit tellement les choses qu’elle donne l’impression de regarder une sorte de fenêtre vers une autre dimension… Où les personnages paraîtraient réels au même titre que les lieux qu’ils visitent, les œuvres qu’ils regardent et analysent. La notion de film d’aventure et d’enquête exotique, ainsi proposée par le prisme du réalisme, transforme presque Inferno en quelque chose d’interactif; On n’ose alors imaginer ce que donneraient dans cette définition ET avec cette qualité, certains films questionnant justement les notions de spectacle et de réalité, tels que ceux de Christopher Nolan, ou de Ron Fricke… Où encore Premier Contact dont le test en 4K ne nous a vraiment pas satisfait.

Inferno, visionné sur un équipement 4K Sony

De par son imagerie réaliste, Inferno se voit transcendé par la 4K, au point de lui donner un réel intérêt qu’il n’aurait autrement pas.

Nous avons donc conclu nos tests du matériel de Sony par le visionnage de “simples” blu-ray, ceux d’Interstellar, Inception et The Dark Knight, certes parce que nous lui consacrons une rétro et que leur visionnage participe à la réflexion suggérée ci-dessus, mais surtout parce que certaines de leurs scènes ont été shootés en IMAX, permettant par là d’approcher la qualité 4K à l’honneur dans cet article. Et effectivement, le combo X800 / X93 transforme les films, leur donnant un cachet presque surréel, absorbant, toutefois très différent de l’expérience salles; La 4K agit plutôt comme un miroir de notre imaginaire lorsque l’écran de cinéma reste une projection de l’imaginaire d’autres. Il sera très intéressant dans le futur, de voir comment les auteurs assimileront (ou pas) ce moyen d’expression.

Georgeslechameau

VOTRE AVIS ?

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :