susan delfino desperate housewives

DESPERATE HOUSEWIVES : pourquoi Susan Delfino est le pire personnage de la série ?

Nous souhaitons recueillir votre avis sur votre façon de nous lire. Merci de prendre 2 minutes de votre temps en cliquant ici !


Vous êtes-vous déjà demandé quelle desperate housewives était la pire ? Gabrielle, pour son égoïsme et son goût pour les jardiniers mineurs ? Bree, pour son impitoyable désir de perfection et son obsession pour les apparences ? Lynette, pour son insatiable envie d’avoir raison et sa tendance à faire kidnapper ses jumeaux ? Ou Susan, pour son amour de la manipulation et son indéfectible maladresse ? Dans nos têtes, la réponse est toute faite.

Susan Delfino est à DESPERATE HOUSEWIVES ce que Ron Weasley est à Harry Potter, ce que Ross Geller est à Friends et ce que Serena Van der Woodsen est à Gossip Girl. Vous l’aurez compris, une espèce d’empotée légèrement attachante, bourrée de daddy, mommy ou on-ne-sait-qui issues, et qui passe son temps à rabaisser les autres en toute subtilité pour combler un manque plus que certain de considération.

Wisteria Lane nous aura, au cours des saisons, offert plus d’un moment de tendresse et de larmes aux yeux. Elle nous aura également apporter quelques rires, parfois quelques indignations, mais aussi des minutes entières de la voix criarde et insupportable de Susan, qui ne pouvait pas vivre une minute sans renverser un maudit vase ou lancer une vacherie de l’autre côté de la rue.

Susan n’aimait pas trop Edie Britt

Outre le fait que les femmes de Wisteria Lane avaient toutes un véritable problème avec Edie, Susan a été particulièrement odieuse avec elle. Doit-on vraiment rappeler à tout le monde qu’elle a littéralement brûlé sa maison avec une bougie parce qu’elle avait peur qu’Edie couche avec Mike, que Susan connaissait depuis une semaine et demi ? Bien sûr, l’incendie était involontaire. Madame Delfino a juste fait ce qu’elle sait faire le mieux : se déplacer dans l’espace-temps et créer un cataclysme. Quand bien même, Susan a attendue des semaines avant d’avouer, sous la contrainte, qu’elle était responsable de la disparition de tous ses biens. Sa motivation ? Martha Huber est morte, et la défunte avait décrit le crime de Susan dans son journal intime. Elle ne voulait donc pas que la meilleure amie de Martha, Edie, découvre son acte par le biais de la police. Elle a attendu que la jeune femme soit vulnérable, en plein deuil, pour tout lui avouer sur une barque au milieu de l’eau. La meilleure manière de lui montrer son soutien.

Que diriez-vous d’un bon manque de loyauté ? Souvenez-vous, Karl a trompé Susan avant de la quitter pour sa secrétaire. Elle apprend ensuite q’Edie a couché avec lui alors qu’ils étaient mariés. Plus tard dans la série, Edie et Karl commencent une relation sérieuse. Notre chère Suzie est évidemment jalouse, et va tenter le tout pour le tout pour revenir au centre de l’attention et avoir une relation sexuelle avec son ex-mari, ce qu’elle va obtenir. Edie se doute que son homme la trompe, mais ne sait pas avec qui. Pour ne pas être démasquée, le personnage de Teri Hatcher va lui faire croire que la maîtresse est une serveuse. Lâche, diriez-vous ? Vous avez raison. Edie a peut-être donné le premier coup, mais Suzie a simplement oublié le dicton « ne fais pas à quelqu’un ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse ».

DESPERATE HOUSEWIVES était une belle peinture sexiste qui dénonçait sans nul doute les diktats de la société et sur ce à quoi devait ressembler une femme. Edie était la fille facile de service, pour la simple et bonne raison qu’elle aimait s’habiller court, assumait son corps, sa sensualité, sa sexualité, et qu’elle se fichait pas mal de ce qu’on pouvait penser d’elle. On ne compte même pas les fois où Susan, peut-être plus que les autres, a voulu la descendre en se servant de ces points-ci. Edie était une femme légère, qui n’avait rien à proposer, et qui fallait à tout prix éloigner des hommes. Rectification chère Susan, Edie Britt était juste une femme moderne.

susan delfino susan mayer
Crédits : ABC

Susan n’est pas très douée en amour

Comme il est important de ne pas être trop injuste, on ne peut pas vraiment dire que Susan est une mauvaise amie. Elle n’est pas toujours parfaite, certes, mais aucun lecteur ni aucune lectrice ne peut prétendre l’être non plus. En revanche, Susan n’a pas été une bonne amante, ni une bonne petite amie. Évidemment, aucun, absolument aucun personnage de DESPERATE HOUSEWIVES n’en est un, vu qu’ils sont pratiquement tous égoïstes, pour une partie particulièrement sexistes et bourrés de clichés à en faire pâlir les sitcoms des années 90. Mais revenons à nos moutons, revenons à Susan.

Mike et Susan, c’est un peu le couple goal, le duo parfait de la série. Parfait, vous avez dit ? Ces deux-là passent leur temps à se séparer, à se trouver des excuses pour ne pas être heureux, dans le but d’être toujours au centre des dramas. Et dans ses relations annexes, Susan n’a jamais été honnête avec ses amoureux, à cause de son obsession pour Mike. Lorsqu’elle entame une relation avec Ron, le docteur, Susan décide de faire totalement l’impasse sur son histoire avec le plombier. Elle se décide bien à lui mentir, coûte que coûte. Résultat des courses ? Sa énième gamelle fait que Ron l’apprend de quelqu’un d’autre. Et Ian. Vous vous souvenez du gentil Ian ? Elle le rencontre à l’hôpital, lorsque Monsieur Delfino est dans le coma. Les deux démarrent une jolie idylle, mais Mike finit par se réveiller. S’il perd la mémoire pendant un temps, il veut vite regagner le cœur de sa belle. Et évidemment, elle craque. Alors qu’elle vient de dire à Ian qu’elle l’aime de tout son cœur, elle embrasse Mike. On comprend bien que la situation est périlleuse, mais rien, absolument rien ne justifie la tromperie, Suzie.

0284272.jpg r 654 368 f jpg q x
Crédits : ABC

Un grand merci, Julie

Comment le personnage le plus détestable de DESPERATE HOUSEWIVES a pu donner la vie au plus fantastique ? Julie Mayer est, incontestablement le meilleur personnage de la série. Elle est drôle, a de la répartie, est sensible, compréhensive, emphatique, ambitieuse, et a toujours sortie sa mère du pétrin. Julie le dit elle-même dans la saison 1 : elle a d’ores et déjà élever un enfant. Lorsque Karl a quitté Susan, de la pire manière qu’il soit on en convient, elle a complètement sombré dans la déprime. Et on le comprend. N’empêche que c’est Julie qui a dû la consoler, essuyer ses larmes, faire le ménage de toute la maison, faire à manger tous les soirs, et s’occuper de payer les factures. Ce pendant des mois.

Au-delà de son immaturité envers sa fille, Susan a toujours pensé qu’elle lui appartenait. Quand Julie portait sa mère vers le haut, Suzie la traitait comme sa propriété, et usait de sa facilité à manipuler pour la garder de son côté. Lorsqu’elle a découvert que Martha Huber avait décrit l’incendie de la maison d’Edie dans son journal, elle a envoyé Julie le récupérer dans la maison de la défunte. Une belle leçon de responsabilité digne d’une maman très mature. Puis, Susan n’a jamais accepté que sa fille chérie grandisse. Elle a toujours tenu Julie écartée des réalités comme l’amour, ou le sexe. Vous comprenez, elle était trop jeune pour avoir un petit-ami. Rien ne devait détourner Julie de l’attention de sa mère. Finalement, le pire exemple de son incapacité à être une mère saine, c’est quand Julie a eu une merveilleuse opportunité de stage dans une autre ville. Le stage de ses rêves. Mais non, Julie ne devait pas quitter le petit nid bordélique. Susan a alors feint des problèmes d’argent importants pour ne pas l’y envoyer. Suzie a préféré briser les chances et les ambitions de Julie, plutôt que de devoir s’occuper d’elle toute seule pendant quelques temps.

susan and julie
Crédits : ABC

Oui, c’est vrai, Susan peut être mignonne parfois. Il lui arrive même d’être drôle. On peut même peut-être se retrouver en elle, à certains moments. Puis d’un coup, un éclair frappe notre attendrissement et nous rappelle que Susan a peint et exposé un tableau qui la représente elle et ses amies en train d’enterrer le beau-père pédophile de Gabrielle, que Carlos a tué. On se rappelle aussi que Suzie est parfaitement insupportable tellement elle est sotte. Avez-vous déjà rencontré quelqu’un d’aussi maladroit ? C’est à demander si elle n’en joue pas. Attachante, vous dites ? On dirait plutôt insatiable d’attention.

Quoi qu’il en soit, Susan a quitté Wisteria Lane depuis longtemps, et on ne doute pas du fait que les assiettes, les verres et les vases de ses voisins se portent mieux depuis son départ.

Cécile Fischer

Auteur·rice

Nos dernières bandes-annonces

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Nathy
Nathy
Invité.e
8 juillet 2023 19 h 21 min

Suzanne est un personnage insupportable d’égoïsme, hystérique et obsessionnelle qu’on ne peut faire confiance et la saison avec le beau père de Gaby en est la preuve absolue. Là où bree est « exemplaires » Suzan elle fait tout pour trahir ses amis avec ses actes. Elle se mêle de tout, est envahissante, obsessionnelle, j’ai jamais autant détesté un personnage de série, l’actrice est fantastique !!

1
0
Un avis sur cet article ?x