Après la sortie des 5 premiers épisodes de la nouvelle saison de la série ARCHER, on peut déjà dire que c’est une énième réussite.

Depuis 3 saisons, ARCHER qui avait déjà grandement parodié le film d’action et notamment les grands classiques tels que James Bond, change de genre en nous offrant tropiques et agents secrets tout droit sortis de films noirs. Avec l’arrivée de cette nouvelle saison, nous passons aux pistolets lasers et autres aliens limaces, nous y sommes bel et bien, ARCHER .

Aussi surpris de se retrouver dans l’espace que nous

Après 7 saisons à se moquer de la société américaine et des délires mysogines de notre héros , on pourrait penser que la série commence à perdre son souffle de fraicheur. Pourtant, il n’en est rien. En abordant la science-fiction, ARCHER devient parfois quelque peu prévisible dans ses moqueries mais réussit toujours à surprendre, à renouveller sa formule pour arriver à nous faire rire.

Archer, un héros mysogine au coeur d’une série féministe?

Plus que jamais, ARCHER joue avec les codes du film de science-fiction pour se réveler une série vraiment féministe. Quelle femme n’a jamais rêvé, en grandissant, de voir une fille aux cheveux courts au volant d’un vaisseau spatiale tirer sur tous les bad guys avec virtuosité ? En tout cas c’était notre cas et c’est un vrai plaisir de pouvoir voir ça ! Nous sommes devant pléthore de femmes fortes et différentes, de la mère froide d’Archer à l’intelligente et déterminée Lana en passant par la tendre brute Pam.

Des femmes gladiateurs, woohoo !

Grâce aux multiples références faites à d’autres films de science-fiction comme que Blade Runner et Fireflycertains choix d’écriture paraissent aussi poursuivre cette volonté féministe. Dans la saison 10, le plus marquant sera sûrement le fait que le personnage de la prostituée, référence à Fireflyest ici remplacé par un homme, Ray pendant que plusieurs femmes sont présentées comme capitaine, notamment Lana et Price.

« Phrasing » – Un humour toujours aussi particulier

Si ARCHER plaît, c’est pour son humour particulier qui, on en convient, ne plaira pas à tout le monde. Entre sexe, flatulences et abolition du quatrième mur, ce n’est pas ici que vous trouverez un humour « distingué ». Pourtant, on se retrouve toujours à rire aux éclats devant chaque épisode. En effet, l’écriture et l’excentricité des personnages est sans cesse au rendez-vous. On peut regretter quelques maladresse mais dans l’ensemble, les trouvailles inhérentes à la SF apportent toujours plus à cette bizarreries qui est le sel de la série.

Danger Zone

Un équipage pour le moins varié

Pour être plus objectif, il faut néanmoins faire preuve de quelques réserves. L’arc narratif dans lequel se sont engagés les scénaristes – c’est à dire le coma d’Archer – transforme cette saison plus en une anthologie qu’en une succession d’épisodes cohérents. L’arc des personnages s’en retrouve stoppé dans sa progression. Un petit regret alors car cette progression était tout à fait mesurée jusqu’à maintenant tout en étant constante. Malgré cela, on se prend d’amitié pour chacun des membres de l’équipe, tous plus originaux les uns que les autres.Une série, donc, à regarder absolument si on est préparé à un humour particulier. Quelques lenteurs qui ne brident en rien l’esprit de la série, en espérant qu’Archer se réveille bientôt pour assister à la suite de ses aventures !

Nastassia

Votre avis ?

ARCHER 1999, l'humour aux trousses -
Titre original : Archer 1999
Scénario :
Voix principales : , , Amber Nash, , ,
Date de sortie : 29 Mai 2019
Durée : 20 minutes
3.5super
Avis des lecteurs 4 Avis

1
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Vince Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
Vince
Invité
Vince

Archer n’est pas une série netflix, c’est une série FX dont les droits de diffusion france on été brigué par netflix, nuance !