À l’occasion du festival Lumière, qui se déroule à Lyon du 12 au 18 octobre 2015, une nuit sera consacrée à la projection de quatre classiques à la Halle Tony Garnier.

Après la quadrilogie Alien de l’an dernier, c’est une nouvelle fois l’horreur et le cinéma américain qui seront mis en avant, cette fois avec des monuments reconnus comme cultes par tous les amateurs du genre. Georges Romero, John Carpenter, Sam Raimi, et le petit rejeton James Wan seront donc représentés, dans une sélection bien plus éparse que les années précédentes et dont la cohérence thématique semble logiquement plus floue. Passer de INSIDIOUS à EVIL DEAD, c’est un choc dont le public doit être conscient, et si les films sélectionnés ont effectivement parfois quelques liens dans leur genèse ou leur propos, certains choix sont assez surprenants.

Vous retrouverez une critique détaillée de chaque film, en cliquant sur les affiches correspondantes, ci-dessous.

LA NUIT DE LA PEUR 
Samedi 17 octobre de 21h à l’aube / Halle Tony Garnier

Thing_poster_01
night_of_the_living_dead_xlg
insidious_xlg
Evil-Dead-Poster-cover
Cliquer sur l’affiche pour lire la critique associée

Difficile en effet de trouver une logique à la programmation de cette nuit de l’horreur. Avec trois films réalisés entre 1960 et 1980, et INSIDIOUS qui arrive comme un cheveu sur la soupe du haut de ses 4 années, on ne peut pas dire que le Festival Lumière ait voulu creuser une époque précise ni s’étaler sur plusieurs représentations de l’horreur à travers les âges. Certes, par ses fulgurances dans le montage, sa capacité à passer de lents mouvement à un découpage très rapide et saccadé, l’influence de John Carpenter est palpable durant le film de Wan. De plus, les deux premiers films projetés ont d’évidents liens ; THE THING et LA NUIT DES MORTS-VIVANTS reposent sur la même ambition, la même construction, et presque les mêmes situations. En cela, l’écho entre les deux films est évident ; l’analyse sociologique prédomine, fait partie intégrante de l’horreur du film, et le constat est le même : l’égoïsme et l’incapacité à communiquer des personnages donne lieu à des séquences terrifiantes et pleines de tension. L’horreur provient du discours social, et en cela, les deux films semblent se répondre tout à fait. L’arrivée d’EVIL DEAD complique un peu la donne. On aurait également pu penser que le Festival Lumière comptait mettre en avant les débuts des réalisateurs, avec le premier film de Sam Raimi et de Georges Romero, ainsi que l’aspect « kitsch » d’INSIDIOUS; ces trois films cultivent un aspect de petite production, réalisées avec un petit budget. Mais alors, que vient faire THE THING dans cette sélection ?

Bref. En dépit de ambiguïté de cette programmation, il est incontestable que ces quatre films garantissent à cette NUIT DE LA PEUR un énorme succès. Ils sont tous de qualité, et les voir en salle est une expérience essentielle pour pouvoir profiter d’eux entièrement. On ne peut donc que vous conseiller de vous jeter sur les places mises en vente par le Festival, et vous préparer psychologiquement à frissonner devant des monuments du cinéma d’horreur dont le (re)visionnage est toujours un énorme moment, même en 2015.

LA NUIT DE LA PEUR fait partie de la programmation dantesque du Festival Lumière 2015, dédiée cette année à Martin Scorsese.

Le FESTIVAL LUMIÈRE sur Le Blog du Cinéma
MARTIN SCORSESE: Analyse de ses films

MARTIN SCORSESE: portrait de l’auteur

Ses films présentés au festival Lumière :

Hugo Cabret (2011)
Les Infiltrés (2006)
Casino (1995)
Le Temps de l’innocence (1993)
Les Nerfs à vif (1991)
Les Affranchis (1990)
La dernière tentation du Christ (1988)
La valse des pantins (1982)
Raging Bull (1980)
New York, New York (1977)
Taxi Driver (1975)
Alice n’est plus ici (1974)
Mean Streets (1973)
Boxcar Bertha (1972)
Who’s that knoocking at my door (1968)

Chroniqués par Georgeslechameau

martin-scorsese-visuel-affiche-web

8 films de JULIEN DUVIVIER

JULIEN DUVIVIER: portrait de l’auteur

David Golder (1931)
La Bandera (1935)
La Belle Équipe (1936)
Pépé le Moko (1937)
Un carnet de bal (1937)
La fin du Jour (1939)
Panique (1946)
– Le Temps des Assassins (1956)

Chroniqués par Louis

DUVIVIER

AKIRA KUROSAWA : les anées Toho

Le Plus dignement (1944)
– Qui marche sur la queue du tigre… (1945$)
– Je ne regrette rien de ma jeunesse (1946)
– Un merveilleux dimanche (1947)
– L’Ange ivre (1948)
– Chien enragé (1949)
– Vivre (1952)
– Vivre dans la peur (1955)
– La Forteresse cachée (1958)
– Les Salauds dorment en paix (1960)
– Yojimbo – Le Garde du corps (1961)
– Sanjuro (1962)
– Entre le ciel et l’enfer (1963)

akira-kurosawa-main-image

la cinéaste russe LARISSA CHEPITKO

Un portrait de la Larissa Chepitko

– Chaleur torride (1963)
– Les Ailes (1966)
– Le Début d’un siècle inconnu – composé de L’Ange d’Andrei Smirnov et de Le Pays de l’électricité de Larissa Chepitko (1967)
– Toi et moi (1971)
L’Ascension (1977)

larissachepitko

LUMIERE 2014 : Pedro Almodovar

Programmation de Lumière 2014

PEDRO ALMODOVAR :

Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier de Pedro Almodóvar (Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón, 1980, 1h18)
Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? de Pedro Almodóvar (¿ Qué he hecho yo para merecer esto !!, 1984, 1h47)
Matador de Pedro Almodóvar (1986, 1h45)
La Loi du désir de Pedro Almodóvar (La ley del deseo, 1987, 1h44)
Femmes au bord de la crise de nerfs de Pedro Almodóvar (Mujeres al borde de un ataque de nervios, 1988, 1h35)
Attache-moi ! de Pedro Almodóvar (Átame !, 1989, 1h41)
Talons aiguilles de Pedro Almodóvar (Tacones lejanos, 1991, 1h53)
La Fleur de mon secret de Pedro Almodóvar (La flor de mi secreto, 1995, 1h42)
En chair et en os de Pedro Almodóvar (Carne trémula, 1997, 1h39)
Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar (Todo sobre mi madre, 1999, 1h40)
Parle avec elle de Pedro Almodóvar (Hable con ella, 2002, 1h52)
Volver de Pedro Almodóvar (2006, 2h02)
La piel que habito de Pedro Almodóvar (2011, 2h01)

SAGA MUSASHI MIYAMOTO : CRITIQUE des 6 films

PARADIS PERDU, d’Abel Gance: CRITIQUE

OPENING NIGHT, de John Cassavettes : CRITIQUE

Une Femme Dangereuse, avec Ida Lupino: CRITIQUE

Chroniqués par Georgeslechameau

La traversée de Paris

Chroniqué par Louis

lumiere2014 (2)

[LUMIÈRE 2015] LA NUIT DE LA PEUR

0