Comme beaucoup d’autres festivals, le Champs Élysée Film Festival a lui aussi opté pour une 9e édition en ligne. Elle se déroulera du 9 au 16 juin 2020 et son accès sera entièrement gratuit.

« Notre ambition aujourd’hui est de pouvoir présenter au public la jeune création du cinéma indépendant français et américain qui a plus que jamais besoin d’être soutenue et mise en lumière. Par solidarité avec tou·te·s, et pour la première fois dans son histoire, le festival sera accessible gratuitement et cela dans toute la France depuis notre site internet du 9 au 16 juin. »
Sophie Dulac, Présidente et Fondatrice du festival.

Stephen Frears et Edgar Wright seront les invités d’honneur du festival. Deux masterclass seront retransmises en direct sur le site officiel du festival et ses réseaux sociaux. (le mercredi 10 juin à 18h pour Stephen Frears et le samedi 13 juin à 18h pour Edgar Wright).

Le jury longs-métrages sera présidé par la réalisatrice Mounia Meddour entourée de l’actrice et humoriste Camille Chamoux, de l’acteur William Lebghil, du réalisateur Sébastien Lifshitz, de l’actrice Elina Löwensohn, et du réalisateur Sébastien Marnier.
Les longs-métrages concourront également pour le Prix de la Critique dont le jury sera composé des journalistes Charlotte Blum (OCS), Bruno Deruisseau (Les Inrocks), Sophie Rosemont (Rolling Stone) et Nicolas Martin (France Culture).

C’est le film Jumbo de Zoé Wittock, avec Noémie Merlant et Emmanuelle Bercot qui ouvrira à 20h30 cette 9e édition.

Noémie Merlant dans Jumbo de Zoé Wittock

La Compétition Longs-Métrages Américain

17 BLOCKS de Davy Rothbart

En 1999, Emmanuel Sanford-Durant, 19 ans, et sa famille commencent à filmer leur quotidien dans le quartier le plus dangereux des États-Unis, juste à 17 pâtés de maison du Capitole. Ils n’ont pas arrêté de filmer depuis. Réalisé dans une unique collaboration avec le réalisateur et journaliste Davy Rothbart sur une période de deux décennies, « 17 Blocks » nous éclaire sur la crise actuelle d’une nation à travers une saga familiale profondément personnelle, brute et émouvante

BLOODY NOSE, EMPTY POCKETS de Bill & Turner Ross

Dans l’ombre des lumières vives de Las Vegas, sonne le dernier appel d’un bar de quartier affectueusement connu sous le nom de Roaring 20s. Prémices d’une histoire où la réalité semble aussi irréelle que le monde extérieur duquel les habitués du bar s’échappent. « Bloody Nose, Empty Pockets » est une mosaïque de vies disparates, où chacun vacille entre dignité et débauche, se remémore son passé face à un avenir incertain, et continue de chanter tandis que sombre le navire.Le duo de réalisateurs Bill et Turner Ross (« Western », 2015, Festival de Sundance) revient avec un portrait élégiaque d’un monde minuscule qui disparaît peu à peu, mais qui chaud encore, continue de battre au rythme réconfortant d’une communauté. Leur captivante approche de la narration non-fictionnelle crée une mémoire brumeuse d’expériences égarées parmi les verres vides et les bouffées de cigarettes.

CRESTONE de Marnie Ellen Hertzler

Dans un monde oscillant entre réalité et fiction, numérique et physique, un groupe de rappeurs œuvrant sur SoundCloud vit une existence post-sociétale et solitaire dans la ville de Crestone, en plein désert du Colorado. Jadis une Mecque religieuse et spirituelle, ses dunes infinies, ses cascades et ses grottes sombres constituent désormais une toile de fond pour les images de corps tatoués, de garde-robes fantaisistes et de nuages de fumées d’herbe. « Crestone » explore les aspects souvent dissimulés de la coopération et de l’amitié, mais aussi le désir humain d’avancer contre vents et marées.À quoi ressemblerait la musique s’il n’y avait plus personne pour la partager ?

SLOW MACHINE de Paul Felten & Joe Denardo

Stephanie, notre héroïne, est une actrice résidant dans le New York d’aujourd’hui. C’est une personne vibrante et tourmentée pour qui chaque rencontre contient la promesse d’un potentiel changement de vie. Professionnellement, Stephanie traverse un passage à vide, comme en connaissent régulièrement la plupart des artistes. Apparaît alors Gerard, un expert dans la lutte anti-terroriste de la police new-yorkaise, passionné de petites productions théâtrales et probablement fou. Les deux entretiennent une amourette malsaine qui n’aboutit à… rien.

La Compétition Longs-Métrages Français

À L’ABORDAGE de Guillaume Brac

Paris, un soir au mois d’août. Un garçon rencontre une fille. Ils ont le même âge, mais n’appartiennent pas au même monde. Félix travaille, Alma part en vacances le lendemain. Qu’à cela ne tienne. Félix décide de rejoindre Alma à l’autre bout de la France. Par surprise. Il embarque son ami Chérif, parce qu’à deux c’est plus drôle. Et comme ils n’ont pas de voiture, ils font le voyage avec Édouard. Évidemment, rien ne se passe comme prévu. Peut-il en être autrement quand on prend ses rêves pour la réalité ?

GRÈVE OU CRÈVE de Jonathan Rescigno

Décembre 1995. Un millier de mineurs se soulèvent dans l’un des plus violents combats pour la justice sociale de l’histoire contemporaine française. Un quart de siècle plus tard, la rage continue de grandir et la lutte est plus présente que jamais.Composé de vidéos d’archives exclusives de cette période et d’images des habitants actuels de la ville, « Grève ou crève » dépeint le portrait de deux générations pour lesquelles la lutte n’a jamais cessé, malgré les apparences.

LA NUIT VENUE de Frédéric Farrucci

Paris 2018. Jin, jeune immigré sans papiers, est un chauffeur de VTC soumis à la mafia chinoise depuis son arrivée en France, il y a cinq ans. Cet ancien DJ, passionné d’électro, est sur le point de solder « sa dette » en multipliant les heures de conduite. Une nuit, au sortir d’une boîte, une troublante jeune femme, Naomi, monte à bord de sa berline. Intriguée par Jin et entêtée par sa musique, elle lui propose d’être son chauffeur attitré pour ses virées nocturnes. Au fil de leurs courses dans la ville interlope, une histoire naît entre ces deux noctambules solitaires et pousse Jin à enfreindre les règles du milieu.

LE KIOSQUE de Alexandra Pianelli

Le Kiosque est le journal filmé d’Alexandra, jeune plasticienne venue prêter main forte à sa mère, vendeuse de journaux dans un quartier chic de Paris. De la découverte du métier à la complicité qui se noue avec la clientèle, la réalisatrice joue à la marchande, comme dans un vieux rêve d’enfant. Derrière la caisse, où se succèdent depuis un siècle les membres de sa famille, Alexandra s’amuse à enregistrer le monde comme il va avec son téléphone. Mais la presse papier est en crise et ce petit jeu s’avère finalement plus compliqué que prévu…

LOS CONDUCTOS de Camilo Restrepo

Pinky est en fuite. Il vient de se libérer de l’emprise d’une secte religieuse. Il se trouve un abri de fortune et un petit boulot dans une fabrique de t-shirts. Trompé par sa propre foi, il questionne tout.Mais alors qu’il tente de reconstruire sa vie, il est bientôt rattrapé par des réminiscences violentes qui demandent Revanche.

RETIENS JOHNNY de Simon Depardon, Arthur Verret, Baptiste Drouillac

À la mort de Johnny Hallyday en décembre 2017, des milliers de fans, orphelins, éprouvent le besoin de se réunir pour faire revivre leur idole. À leur demande, l’église de la Madeleine ouvre ses portes et organise chaque mois, un hommage à l’intention du chanteur disparu.

Toutes les informations ainsi que le programme sont à retrouver sur le site du festival

Hadrien Salducci

Le Champs Élysée Film Festival dévoile sa programmation

0