Il ne reste plus que quelques heures avant de passer à l’année suivante. C’est à ce moment que nous avons décidé de jeter un dernier coup d’œil en arrière pour faire le bilan de 2018. Une année riche, comme souvent, qui a vu de grands noms comme Steven Spielberg, Paul Thomas Anderson, Guillermo del Toro ou encore Jacques Audiard livrer respectivement leur nouvelle proposition. En France comme à l’international, il y avait des choses à ne pas manquer.

Chaque rédacteur du Blog du Cinéma a ainsi voté en son âme et conscience. Il en résulte un TOP composé de cinq films américains, de deux français, de deux européens et d’un coréen. Autant le dire de suite, la dernière Palme d’Or, à savoir Une Affaire de Famille, est totalement absente de notre palmarès. Tout comme La Forme de L’Eau, pourtant salué aux Oscars. Pour découvrir qui sont les heureux élus, c’est juste en-dessous que ça se passe, avec à la suite également le FLOP !

TOP 10 DE LA RÉDACTION

10 – JUSQU’À LA GARDE de Xavier Legrand

Le cinéma français a globalement fait une très bonne année 2018, avec des propositions variées mais surtout de grande qualité. Le thriller conjugal de Xavier Legrand a forcément été l’un des films les plus remarqués dans nos contrées. Ce qui est d’autant plus remarquable, c’est qu’il s’agit d’un premier essai. Legrand dirige un Denis Ménochet phénoménal dans une intrigue qui convoque autant Hitchcock que Chabrol. On en ressort secoué, déchiré, épuisé. Retrouvez également notre critique intégrale.

9 – PHANTOM THREAD de Paul Thomas Anderson

Un des maîtres du cinéma américain contemporain a refait parler de lui cette année. Paul Thomas Anderson nous a concocté une histoire d’amour perfide soutenue par un raffinement visuel et sonore indéniable. Rarement au cinéma une telle relation a été mise en scène. Un très grand film doublé d’une histoire d’amour moderne,  a la saveur du meilleur du cinéma d’auteur américain, la saveur d’une des meilleures œuvres de Paul Thomas Anderson. Dans la filmographie du réalisateur, si There Will Be Blood était un diamant noir étincelant, Phantom Thread pourrait être une perle blanche éclatante à la beauté inquiétante. Retrouvez également notre critique intégrale.

8 – FIRST MAN – LE PREMIER HOMME SUR LA LUNE de Damien Chazelle

Après l’immense succès de La La Land, et son crépuscule des rêves, Damien Chazelle se met en orbite avec First Man, et déconstruit la conquête de l’espace sous un angle intimiste, immersif, mélancolique et désenchanté. Une œuvre qui vise grand pour parler de petits hommes contraints de composer avec leur solitude. Chazelle va gratter derrière l’icône qu’est Armstrong pour apercevoir l’homme brisé que l’on n’a pas l’habitude de voir. Une interstellaire réussite qui prolonge l’impeccable filmographie d’un auteur à suivre absolument. Retrouvez également notre critique intégrale.

7 – de Lars Von Trier

Ce garnement de Lars Von Trier était de retour cette année au , après ses propos mal sentis lors de sa précédente venue. En se rangeant du côté d’un tueur fortement dérangé, il se questionne sur l’art et sur son art, en déployant un humour noir grinçant. Le réalisateur porte un regard emprunt de lucidité sur sa propre personne, qu’il estime apparemment détestable et vouée irréfutablement à arpenter les ruelles du Pandémonium. Dans le dernier acte, c’est comme s’il se conduisait lui-même au purgatoire après toutes ses provocations. Une manière peut-être de s’excuser, d’assouvir in fine les envies d’un public qui a passé plus de temps à refouler son cinéma plutôt qu’à le comprendre. On a le cinéma que l’on mérite après tout. Et celui-là est démentiel ! Retrouvez également notre critique intégrale.

6 – LETO de Kirill Serebrennikov

Le réalisateur russe parle d’une jeunesse qui cherche à exister dans une société stricte. Son film, enraciné dans un noir et blanc tout bonnement divin, respire la liberté. Une épopée musicale ample, portée par des personnages passionnants. Aussi furieux que délicat quand il se doit de l’être, est de la trempe de ces films qui font battre fort nos cœurs. Retrouvez également notre critique intégrale. 

5 – UNDER THE SILVER LAKE de David Robert Mitchell

Il est très simple de décrocher d’Under The Silver Lake ou de ne simplement pas accrocher. Son intrigue nébuleuse et cryptique ne fait pas grand chose pour nous concerner. Mais si on ose faire l’effort, il est possible de prendre part à un voyage comme le cinéma en propose que trop rarement. Avec son esthétique sidérante, le film de David Robert Mitchell nous jette un sort et nous plonge la tête dans l’eau pour nous faire découvrir un horizon narratif aussi foutraque que captivant. Retrouvez également notre critique intégrale.

4 – 3 BILLBOARDS, LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE de Martin McDonagh

McDonagh donne un rôle en or à une Frances McDormand saisissante en mère endeuillée. Féroce et malin, 3 Billboards est du cinéma surprenant qui ne cède pas au manichéisme pour se placer dans une zone intermédiaire. Jusqu’à la dernière scène, Martin McDonagh se promet de ne jamais être où on l’attend. Lorsque le film glisse dangereusement vers une morale très douteuse, c’est pour mieux nous mener sur un autre sentier. Encore une fois le cinéma américain prouve sa capacité à se montrer surprenant avec des motifs déjà usés. Retrouvez également notre critique intégrale.

3 – MEKTOUB MY LOVE – CANTO UNO d’Abdellatif Kechiche

Lors de sa sortie dans les salles, on ne s’attendait pas vraiment à ce que le film de Kechiche se retrouve dans le top final, et encore moins dans les trois premiers. Parce qu’il a été au centre de nombreux débats. La critique que nous avons publié à cette période allait d’ailleurs bien dans ce sens. Mais le fait est qu’il a réussi à se faufiler et à atterrir à la place que vous découvrez actuellement. À vous de voir si l’inconsistance du scénario ne sera pas un frein pour accéder aux prodigieux moments emplis de grâce qui parsèment les 2h55. Retrouvez également notre critique intégrale.

2 – READY PLAYER ONE de Steven Spielberg

Steven Spielberg sort d’une énorme année. Il était inconcevable qu’il ne soit pas quelque part dans ce top tant ses deux films sont remarquables. Ready Player One a été plébiscité, comme aurait pu l’être aussi Pentagon Papers. En questionnant la réalité et le virtuel, Steven Spielberg offre un constat lucide sur le monde actuel. Toujours doté de sa capacité à explorer, montrer et nuancer le monde dans lequel il vit, le réalisateur offre, une nouvelle fois, un film vertigineux où sa créativité et sa maîtrise dans la réalisation n’a, pour le moment, pas d’égal. Si seule l’histoire révélera si Ready Player One est le film de la décennie, il est certain qu’il marque et marquera les spectateurs d’aujourd’hui et de demain. Retrouvez également notre critique intégrale.

1 – de Lee Chang-Dong

Âgé de 64 ans, le cinéaste coréen Lee Chang-Dong nous assène, avec Burning, un uppercut que l’on avait pas vu venir. Implacable dans la rigueur de son écriture épurée et du montage, le réalisateur nous offre également une leçon de maîtrise technique, en nous régalant avec de nombreux plans-séquences exigeants, dont une scène centrale à la puissance dévastatrice. Cette volonté de ne rien affirmer explicitement jusqu’à la toute fin, laisse des portes ouvertes et des pistes à explorer pour conférer à l’œuvre différents niveaux de lecture. C’est remarquable et c’est logiquement notre film de l’année. Découvrez également notre critique intégrale.

FLOP 10 DE LA RÉDACTION
  1. UN PEUPLE ET SON ROI de Pierre Schoeller
  2. TAXI 5 de Franck Gastambide
  3. OCEAN’S EIGHT de Gary Ross
  4. THE CLOVERFIELD PARADOX de Julius Onah
  5. ANT-MAN ET LA GUÊPE de Peyton Reed
  6. À GENOUX LES GARS d’Antoine Desrosières
  7. SOLO – A STAR WARS STORY de Ron Howard
  8. JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM de Juan Antonio Bayona
  9. GUEULE D’ANGE de Vanessa Filho
  10. LES ANIMAUX FANTASTIQUES : LES CRIMES DE GRINDELWALD de David Yates

Toute l’équipe du Blog du Cinéma vous souhaite une bonne fin d’année et vous attend pour une flopée de nouveaux textes en 2019. Merci de continuer à nous suivre dans l’expression de notre passion.

La Rédaction

Et vous, venez partager votre TOP/FLOP dans les commentaires !