Une femme, deux villes, des retrouvailles et l’amour adultère en suspens. Avec SEULE SUR LA PLAGE LA NUIT, Hong San Soo continue son exploration vertigineuse de l’amour et du hasard au goût de soju. Magique !

Younghee revient d’Europe où elle s’est réfugié quelques années laissant derrière elle une histoire d’amour avec un réalisateur marié. Le film démarre en Allemagne avec son amie Jeeyoung qui est partie elle aussi pour fuir un mari volage. “Il avait du désir, pas moi. Je l’espère heureux aujourd’hui”. Du désir Younghee en a encore pour l’homme marié censé la rejoindre là-bas. Une promenade dans un parc où elle rend hommage à celle qu’elle a envie d’être sans plus jamais se renier, une balade au bord de la mer avec un couple d’amis allemands et une disparition soudaine qui se termine par un générique de film (un classique chez Hong San-Soo qui nous a déjà fait le coup dans Un jour avec un jour sans) avant de reprendre dans une salle de cinéma avec Younghee. Encore une fameuse mise en abyme chère au cinéaste mais cette fois il va encore plus loin, brouillant davantage les frontières du film dans le film.  Un nouveau chapitre s’ouvre en Corée du sud à Gangneung où Younghee retrouve ses vieux amis. Réapparait l’homme fantôme qui l’emporte sur la plage en Allemagne et que l’on retrouve en train de nettoyer une baie vitrée. Est-il le reflet de son âme, celui qui la ramène chez elle et qui l’oblige à y voir clair ?Younghee (sublime Kim Minhee, Prix d’interprétation féminine à Berlin) est fatiguée par l’amour, le cinéma, les hommes. Dans un moment d’ivresse attablée avec ses amis, elle s’emporte, leur reproche de n’être pas qualifiés pour l’amour, de n’être pas digne d’aimer ou d’être aimés. “Il faut mourir avec élégance” scande-t-elle. Pour Younghee, l’amour se place très haut mais ses désillusions et ses échecs la rendent aussi plus clairvoyante. Qu’est ce que l’amour finalement ? Une assurance contre la solitude ? Younghee refuse d’attendre le réalisateur avec qui elle a vécu une romance. Elle préfère le hasard à l’attente. Le même hasard qui la fait croiser sur une plage son équipe de tournage. Et dans cette solitude, lovée sur le sable froid de l’hiver, elle retrouve l’homme aimé sans plus le reconnaitre. Le temps est cruel, il a vieilli et en perdant sa muse a perdu aussi son inspiration.

Car une autre des questions de Hong San-Soo est bien le rapport au temps qui passe, à la vieillesse inéluctable. Même la très belle Younghee a changé, “a mûri” disent ses amis. Le cinéaste ne s’épargne pas à travers le portrait en écho d’un réalisateur vieillissant qui a créé le scandale en trompant sa femme. Toute ressemblance avec des faits réels n’est évidemment pas fortuite quand on connait l’histoire qui lie Hong San Soo à la jeune Kim Minhee. De la même manière, Younghee interroge son viel amant sur les raisons pour lesquelles il l’aimait et l’aime encore. La jolie assistante à sa gauche aussi est belle. Cela ne suffit pas à la rassurer. Dans la multitude des possibles, qu’est ce qui fait qu’un être en aime un seul autre ? Vaste question à laquelle le cinéaste tente toujours de répondre.SEULE SUR LA PLAGE LA NUIT évoque sans cesse l’empreinte du temps à travers les dialogues entre les personnages (“tu as mauvaise mine, tu as pris un coup de vieux, tu as changé, tu as quel âge ?…”) mais aussi à travers les paysages d’automne, les cafés défraichis, les rengaines chantées sur le pas de la porte en fumant sa cigarette ou les soirées entre amis qui s’enchainent avec la même sonorité. Chez Hong San-Soo tout semble pareil et pourtant tout nous surprend. Ainsi va la vie.

Younghee en revenant en Corée comprend qu’on ne laisse jamais les choses derrière nous. Fuir ne sert à rien et à l’instar d’une autre héroïne d’Hong San-Soo, Sunhi, Younghee doit suivre sa voie coûte que coûte. Pour tenter de vivre. Et mourir avec élégance.

Anne Laure Farges

Votre avis ?

[CRITIQUE] SEULE SUR LA PLAGE LA NUIT
Titre original : Seule sur la plage la nuit
Réalisation : Hong San Soo
Scénario :Hong San Soo
Acteurs principaux : Kim Minhee, Hae-hyo Kwon, Jae Yeong Jeong
Date de sortie : 10 janvier 2018
Durée : 1h41min
4.5Magnifique
Avis des lecteurs 1 Avis


D'accord ? Pas d'accord ?

Notifications :
avatar