1718455

STRANGER THINGS 4, l’upside down n’aura jamais été aussi proche – Critique

Exit les Goonies et la couleur des années 80, on passe dans l’antre d’une sombre et terrifiante destinée pour les habitants de Hawkins. STRANGER THINGS est enfin ce qu’on attendait, un mix parfait entre la science-fiction, l’horreur et le fantastique. Un peu de sang par ci et quelques morts par là et nous voilà avec une saison qui défie toutes les lois de l’univers.

« Friends don’t lie » comme dirait Eleven. Les Frères Duffer non plus, n’ont pas menti. Ils nous avaient pourtant prévenus : nous aurions effectivement dû nous inquiéter pour les personnages de STRANGER THINGS. Plus encore, nous aurions dû avoir peur pour nous-mêmes. Oui parce que, la saison 4 a habillé nos yeux, nos esprits, mais aussi nos espoirs d’une bonne grosse tâche de sang. Le genre de tâche de sang bien incrustée dans le tissu de notre sweatshirt préféré. Quoi qu’il en soit, Eddie est mort, Max est cassée, Will est en danger, Eleven est condamnée, Nancy est armée, Robin est amoureuse, Steve est perdu, Dustin est brisé, Lucas est désespéré, Jonathan n’est presque plus défoncé, Erica est traumatisée, et Mike est enfin rentré.

Le club (du feu) de l’enfer

Où est passé Will Byers ? Celui qui s’est fait enlevé par le Demogorgon dans le tout premier épisode, celui qui a marché le premier dans le monde à l’envers. Celui que Mike, Dustin, Lucas, Joyce et Hopper ont cherché à sauver pendant des jours. Mais dans STRANGER THINGS 4, Will est devenu un personnage secondaire. En fait, tout ceux qui sont partis en Californie sont passés à la trappe. Pourtant, Will est le point de départ, Mike est le noyau du groupe, Eleven est la super-héroïne, Jonathan est le gardien de Should I Stay Or Should I Go et Joyce est Winona Ryder.

Petit reminder. Mike arrive donc en vacances pour voir sa petite copine, El, et son meilleur ami, Will. Ces deux-là sont censés s’être fait des amis depuis leur arrivée en Californie, mais clairement, ce n’est pas le cas. La plus grosse interaction sociale qu’Eleven a eu, c’est quand elle a fracassé le crâne d’Angela avec un patin à roulettes. Bref, Mike découvre donc qu’ils ne se font pas à leur nouvelle vie. Et nous, on ne se fait pas au fait d’à quel point l’énergie de leur petit groupe est molle. Les Frères Duffer l’ont certainement voulu, parce qu’ils ne laissent pas grand chose au hasard, mais quand même, Mike, Will, Jonathan et Eleven ont presque perdu notre intérêt. Où est passé le Mike ultra sensible, qui nous mettait les larmes aux yeux dans les premières saisons ? Où est passé le Jonathan ultra badass et sexy qui affrontait les méchants comme personne ? Heureusement, ils se sont fait tirer dessus par des membres du gouvernement et El s’est faite à nouveau enlever par des scientifiques complètement timbrés.

Le groupe dans le camion de pizza est fadasse, c’est limite si on ne souffle pas quand l’épisode se concentre sur eux. Tout ce dont on a envie, c’est de retrouver les autres à Hawkins, ou Hopper, Joyce et Murray en Russie. Etait-ce vraiment nécessaire de creuser un fossé aussi profond entre tous les personnages ? Si on devait reprocher une chose aux Frères Duffer, c’est bien cela. Mais pour leur défense, le groupe dans le camion de pizza se réveille dans la seconde partie. Là, on comprend bien que Will est gay, et qu’il est amoureux de Mike. On voit qu’il souffre. Pour les années 80, c’est un point de vue ultra intéressant, et on a hâte qu’il soit développé. On comprend aussi que Mike aime profondément Eleven, enfin. Will fait une jolie tirade où il explique pourquoi et comment Mike est le noyau du groupe, et nous rappelle pourquoi on l’aime tellement à la base. Il était temps, parce qu’on avait clairement oublié. Ils arrivent par la suite à sauver El, à la faire voyager dans l’univers psychique pour aider Max, et à revenir à Hawkins. L’équipe de l’enfer redevient cool, et un peu utile. On sait d’ailleurs que Will sera au coeur de la saison 5 de STRANGER THINGS. Nous sommes tous ravis, mais c’est un peu brutal, non ?

Photo de la saison 4 de la série STRANGER THINGS
Crédits : Netflix

Hawkins

La jolie petite ville paumée de Hawkins a quelque peu perdu de son charme, quand on sait ce qu’il s’est passé. Heureusement, Steve et Robin sont là pour nous rappeler à quel point ils nous avaient manqué. Nouveau job, nouvel uniforme, nouvelle histoire. Cette fois-ci, ils vendent des cassettes vidéos. Et ça leur va si bien. Si ces deux-là sont ultra soudés et complices, on ne peut pas dire que ce soit la même chose du côté des plus jeunes. Dustin et Mike font partie du club du feu de l’enfer, mais Lucas veut devenir une star du basketball aux côtés de Jason le naze, et Max est en dépression. Sauf que, si pouvait penser que les autres seraient là pour elle, en fait, elle est totalement isolée. Franchement, ça fait mal au coeur de les voir tous si distants, quand on se rappelle de leur amitié si forte dans les première saisons. Nancy de son côté est toujours badass, elle dirige le journal du lycée, elle a de grands projets pour l’avenir. C’est la seule qui s’en sort à peu près, outre le fait que Jonathan lui manque.

Quand STRANGER THINGS 4 nous ramène à Hawkins, c’est un peu réconfortant. Comment expliquer. C’est un peu comme quand on se retrouve dans les rues de Wisteria Lane dans Desperate Housewives. On a grandi avec les décors et les maisons de cette ville, alors quand on les voit, on se sent un peu chez nous. Mais d’un autre côté, Hawkins est si sombre que ce n’est pas loin d’être déprimant. Heureusement, Eddie est là pour ajouter un peu de couleur au tableau tout gris. Eddie Munson, c’est le vent frais qu’avait rapporté Max dans la saison 2. Un nouveau personnage un peu zinzin, un outsider qu’on adore et qui prend une place aussi grande que les autres dans nos coeurs, et ce en 30 secondes chrono. Dommage qu’il soit mort. Son amitié avec Dustin et sa bromance avec Steve nous aurons régalées. Son personnage était incroyablement bien écrit et rien ne le décrit mieux que le terme freak. Joseph Quinn est un monstre dans son jeu d’acteur, et il nous a offert une performance sensationnelle. Bien qu’on aurait aimé que son personnage dure plus longtemps, en réalité, on a eu de lui juste ce qu’il fallait. En une seule saison, il a réussi a prendre une place aussi importante qu’un Steve ou qu’un Dustin, alors qu’on pensait que nos sentiments leur étaient fidèles.

On aurait aussi aimé un peu plus de Chrissy. C’est sans doute une des seules cheerleaders du monde du cinéma qu’on ne déteste pas au premier abord. Elle est si mignonne, si torturée, et si tordue. Comme tous les fans de STRANGER THINGS, on aurait tué pour une histoire d’amour entre Chrissy et Eddie. Mais en soi, qui sait ce qui pourrait se passer dans l’upside down…

Un petit mot pour Hopper, avant de passer à Kate Bush. S’il ne se trouve pas vraiment à Hawkins, il appartient à cette ville. Mais en Russie, il n’est pas si mal non plus. De la saison 3 à la 4, on passe du courageux shérif un peu grassouillet au prisonnier de guerre ultra badass. Quand on sait que David Harbour, son interprète, a perdu 36 kilos pour la saison 4… Respect. Le bisou entre Joyce et lui a d’ailleurs balayé le grand froid de la Russie. Bref, Hopper reste une des meilleures choses qui soit arrivé à cette série, bien qu’on se demande encore comme il a fait pour gambader et sauter partout dans la neige avec un pied cassé. Mettons-ça sur le dos de l’adrénaline, et non pas sur une facilité scénaristique.

Photo de la saison 4 de la série STRANGER THINGS
Crédits : Netflix

Kate Bush

C’est un sans faute magistral pour la bande son de STRANGER THINGS 4. Les Frères Duffer nous ont amené dans le groove des années 80 sans pour autant être dans les clichés d’Eye Of The Tiger ou encore d’I Will Survive. Non, ils ont plutôt choisi de nous ressortir du fin fond du bac un morceau de Kate Bush, Running Up That Hill, sorti en 1985. Quel choix magnifique. Au cinéma, les acteurs, la mise en scène et les décors sont le coeur même d’une production artistique, mais honnêtement, la musique fait un bon quart du travail, si ce n’est plus. Aussi belle soit la scène de Max qui court pour sortir de l’entre de Vecna, elle aurait eu une toute autre saveur sans Kate. C’est particulièrement intelligent de ne pas avoir choisi une musique apocalyptique sur fond de mélancolie. C’est funk, c’est pop, ça ne colle pas du tout au personnage de Max, et c’est ça qui fonctionne. La chanson rythme la saison 4 sans la bouffer, et retrouver quelques notes dans le dernier épisode, c’est juste ce qui nous fallait.

STRANGER THINGS a un super pouvoir : nous faire aimer des choses qu’on n’aurait jamais imaginé apprécier. Jamais. La coupe de cheveux de Steve ? Les fringues de Nancy ? Le mulet de Billy ? Les gaufres surgelées ? Kate Bush ? Soyons honnête, la plupart des gens avaient oublié son talent, et même son existence. Si la population avait réécouté cette musique sans le contexte de la série, mais aussi sans l’influence de TikTok et de Twitter, elle serait aussitôt retombée aux oubliettes.

Mais Running Up That Hill est revenue dans le top 5 du Billboard Hot 100 Songs, est la musique la plus streamée sur Spotify, a fait gagné 2,3 millions de dollars à Kate Bush. Un exploit, en somme, comme le fait que Mad Max ne soit pas morte. Ces deux-là se sont un peu sorties de l’ombre l’une l’autre.

Photo de la saison 4 de la série STRANGER THINGS
Crédits : Netflix

La malédiction de Vecna

Jamie Campbell, Ô Jamie Campbell. Henry Creel, aka 001, aka Vecna. Merci d’avoir lâché tes crocs de vampire pour des tentacules répugnantes. Vecna est un super méchant que nul autre méchant n’égal. Désolé Flagelleur Mental, mais tu n’es qu’un pion comme dans une magnifique partie de Donjons et Dragons. Vecna est la version stranger thingsée de Freddy dans les Griffes de la Nuit, et pour les fans de films d’horreur, c’est un véritable banger. Il nous a peut-être prit Eddie – qui reviendra peut-être comme Kas le Sanglant, son bras droit dans le jeu -, et Max, qui va certainement ressortir aveugle de sa situation ou même ne pas revenir du tout, mais on ne peut pas s’empêcher d’être fascinés par Vecna, aka Henry, aka 001.

Toute son écriture est parfaitement alignée avec tout ce qu’on a vu depuis la saison 1. Son lien avec Eleven, avec Will, l’horloge, les Demogorgons, le Flagelleur Mental, Hawkins, et Papa. Rien, absolument rien n’a été laissé au hasard, à part le pied cassé de Hopper et l’anniversaire de Will. Et à chaque saison, le boss final est un peu plus dingue. C’est comme dans un jeu vidéo. On va de méchant en méchant, de bataille en bataille, jusqu’à tomber sur le boss, le vrai boss de fin, qui a souvent plusieurs têtes et qui vole.

Oui trois têtes, comme le dragon qu’a dessiné Will sur sa peinture. Et on le sait, Will est connecté au monde à l’envers, et avait notamment prédit l’arrivée du Flagelleur Mental à Hawkins. Aura-t-il raison cette fois encore ? Rappelez-vous de ce qu’a dit Nancy : Vecna lui a montré l’avenir d’Hawkins et du monde, et elle a vu des monstres. Non, Vecna n’est pas la seule chose que les héros vont devoir affronter. Si on ne comprend toujours absolument rien aux règles de Donjons et Dragons, on sait que le jeu abrite des dragons (oui, c’est logique), et notamment une Hydre, un monstre à trois têtes, mais aussi Tiamat, une divinité reptilienne à plusieurs têtes et mère de tous les dragons. Et pas type mère des dragons stylée comme Daenerys dans Game of Thrones. Plutôt bestiole maléfique qui va tout défoncer sur son passage. Vecna n’est pas mort, il a juste disparu pour faire diversion. Et à notre humble avis, les héros de STRANGER THINGS vont avoir besoin de beaucoup plus qu’un peu de télékinésie, deux trois flingues, des lances pierres et une épée pour s’en sortir.

La fin de STRANGER THINGS 4 s’arrête pile poil au bon moment. C’est frustrant, parce qu’on veut savoir ce qu’il se cache dans le nuage rouge et noir, on veut savoir comment notre monde va réagir à la miction avec l’upside down, on veut savoir combien de fois Eleven va encore saigner du nez. Mais nous en dire davantage, cela aurait été gâcher la surprise. Alors Hawkins, on se dit à dans deux ans, et jusque là, tiens bon.

Photo de la saison 4 de la série STRANGER THINGS
Crédits : Netflix

Cécile Fischer

Note des lecteurs0 Note
Titre original : Stranger Things
Créateur.rice.s : Matt Duffer, Ross Duffer
Acteurs : Millie Bobby Brown, Winona Ryder, David Harbour
Durée des épisodes : 55 minutes
4

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x