STRANGER THINGS Saison 4 – Chapitre 1 : le club du feu de l’enfer, immersion dans le cirque de l’upside down – Critique

STRANGER THINGS s’est perdue dans l’upside down depuis trois ans. Mais le premier épisode de la saison 4 est là, en avant-première, avec Freddy, et des amis. Pas de spoilers dans cette article, sauf pour présenter le festival au Cirque d’Hiver, que chacun peut découvrir jusqu’au 29 mai. Mais sinon, pas de spoilers. Promis. Et puis comme on(ze) le dit, les amis ne mentent jamais.

Bienvenue dans l’uspide down du Cirque d’Hiver Bouglione. Pendant le voyage, qui dure environ 3 heures, vous êtes plongés dans un décor aux lumières rouges, avec des miroirs, et un couloir circulaire dans lequel se dessine les silhouettes des visiteurs. Vous montez l’escalier, certainement pas en colimaçon, et vous prenez votre siège, celui que vous voulez. Une dame habillée de bleu, blonde je crois, vous précise que le spectacle commence bientôt. Et pour vous faire attendre, la dame bleue propose un quizz. Si vous répondez juste, vous gagnez un sac de goodies. Si vous répondez faux, il est possible que vous disparaissiez (dans votre siège). C’est alors que de majestueux hommes de cirque vous offrent du pop corn, et même une bouteille d’eau, si vous le voulez.

On peut apercevoir la volupté et la nonchalance affolante des VIP, assis juste en dessous, près de la scène colorée par des spots de lumières rouges. Et c’est là, à ce moment, que la musique, celle du générique, commence. La dame bleue indique que les acteurs arrivent, et qu’ils vont même user de la parole. Ils apparaissent, dans les lumières rouges. Noah Schnapp et Priah Ferguson sont là, sous les cliquetis des mains des visiteurs, et évoquent sincèrement l’évolution de ce que nous allons voir. Des Goonies à Freddy les Griffes de la Nuit, il n’y a qu’un pied. Avec un français terriblement cliché, ils nous disent « au revoir », et « je t’aime ». Et la musique retentit à nouveau, les lumières rouges dansent, la dame bleue annonce le début et les lumières s’éteignent. Il est là, le premier épisode de STRANGER THINGS 4, en avant-première.

Crédits : Netflix

Stranger Things de la Nuit (4)

Merci aux frères Duffer de nous embarquer, une nouvelle fois, dans l’aventure fantasmagorique et monstrueuse de STRANGER THINGS. Sans spoilers, le premier épisode va vous faire peur. Pour un pitch vergogneux, car il est ennuyeux, on peut vous dire qu’on retrouve Will, Onze, Jonathan et Joyce dans leur nouvelle maison, en Californie. Onze, correspond avec un anglais trop forcé avec Mike, qui est resté dans la petite ville charmante et abominable de Hawkins, avec Dustin, Lucas, Max, Nancy, Steve et Robin. Lucas veut devenir une star du basket pour ne plus faire partie de la team des losers, et Mike et Dustin eux, ne trouvent pas ça si mal d’être des losers. Ils ont d’ailleurs intégré un nouveau groupe : le club du feu de l’enfer. C’est d’ailleurs le nom de l’épisode 1. Le leader du club, c’est Eddie, un garçon barré au cheveux longs qui vend de la drogue à la reine du lycée, Chrissy la pom-pom girl. Cet Eddie, on ne sait pas encore si on va l’adorer ou s’il va nous surprendre un peu. Max ne parle pas beaucoup, normal, puisqu’elle est traumatisée par la mort de son frère Billy. Steve pense avoir trouvé l’amour de sa vie, encore, et Robin tente de séduire une trompettiste. Nancy et Jonathan sont amoureux, mais loin, c’est dur. Joyce téléphone à Jim et éclate une poupée russe en porcelaine avec une corde et un sceau.

Crédits : Netflix

Le club du feu de l’enfer nous plonge enfin dans l’horreur qu’on devinait dans la saison 3. Qu’on devinait beaucoup d’ailleurs, puisqu’il y avait du sang partout. Un joyeux foutoir de tripes aliens. Cette fois, c’est Freddy. Il est là, mais pas sous le nom qu’on lui connait. Ce n’est pas Freddy Freddy, c’est plutôt le Freddy de l’univers de STRANGER THINGS. (C’est donc ça, le multiverse).

Crédits : Netflix

Les Duffer sont fidèles à la franchise, les couleurs sont percutantes, les sons sont bruts. C’est rythmé comme un bon vieux slasher, mais c’est filmé intelligemment. On nous montre un million de chose et on mélange un milliard d’histoires, comme pour nous perdre un peu. Après tout, il n’y a pas de carte de l’upside down. On continue de nous plonger dans les années 80, avec un parfait mélange de teintes et de textures, des tenues aussi ringardes qu’on les adore, des coupes de cheveux auxquelles on n’oserait même plus penser. C’est de l’immersion dans un film d’horreur des années 80, en 2022. On se fiche pas mal de savoir si la fin va valoir le début, on se laisse emporter par l’odeur de l’air ambiant d’une ville perdue des Etats-Unis, contrastée avec le soleil de Californie.

Bref, l’ultime saison de STRANGER THINGS a du coffre, et elle va certainement soulever toutes les autres du bout des doigts. Pas parce qu’elle est meilleure, mais parce qu’elle est ce qu’on attendait depuis le jour où on a aperçu le tout premier démogorgon. De l’horreur, du paranormal, et des choses, vraiment, vraiment étranges.

Et là, c’est le cirque

Les lumières de la salle se rallument, et la dame bleue vous annonce que la projection est finie. Maintenant, c’est l’heure du cirque. Le cirque d’Hiver de Bouglione a été décoré en l’honneur de la nouvelle et dernière saison, et se transforme alors en festival STRANGER THINGS. Vous sortez de la salle de spectacle, et découvrez au fil du couloir des pièces toutes plus Hawkinesques les unes que les autres.

La salle d’arcade, une jolie pièce en longueur, armée de ses jeux d’arcade. Vous pouvez manier le joystick sur PacMan, Street Fighter, Mario Kart. Il y a même un stand de jeu auquel vous pouvez gagner des gels hydroalcooliques Merci Handy en collaboration avec Stranger Things. Dingue. Les machines à jeux sont alignées, elles sont lustrées, elles sont vintages, elles sont d’un autre temps, dans l’air du temps.

Le collège d’Hawkins, une pièce en L qui représente les couloirs et les casiers du collège d’Hawkins. Pour celles et ceux qui ont toujours rêvé des casiers tout pétés des couloirs des écoles américaines, c’est la salle parfaite. Une gentille dame vous propose de prendre une photo dans l’upside down, caché derrière un mur. Une autre gentille dame vous dit que derrière cette porte vous attend une expérience sensorielle. On vous bande les yeux avec un masque qui n’est sûrement pas en soie, on vous enferme dans une fausse salle radio, et vous entendez des cris de Démogorgons. En sortant, un gentil monsieur vous propose de participer à une étude scientifique. Vous vous asseyez sur une chaise, et on vous demande de broyer une cannette avec vos pensées. Vous y parvenez au bout de la cinquième fois, et vous repartez avec la cannette.

La salle du Démogorgon, il est là, posé au milieu de la pièce, la gueule ouverte. Vous pouvez vous prendre en photo avec, mais c’est tout.

Le spectacle est terminé, c’est le moment pour vous de vous en aller. Vous retraverser toutes les salles, à l’envers. L’uspide down, on vous a dit. En sortant, vous vous voyez offrir des bulles. Non, vous ne rêvez pas, on vous offre une demi cannette de coca zéro. Puis vous pouvez vous procurer une part de pizza, ou juste vous engouffrer dans la pénombre des rues parisiennes, quittes à croiser un ou deux Démogorgons derrière les panneaux. Pas besoin de panneau pour savoir que la première partie de la saison 4 sort ce vendredi 27 mai. Jusque là, attention où vous marchez…

Cécile Fischer

Note des lecteurs12 Notes
Titre original : Stranger Things 4, épisode 1
Créateur.rice.s : Matt et Ross Duffer
Acteurs : Millie Bobby Brown, Finn Wolfhard, Noah Schnapp, Winona Ryder
Date de sortie : 27 mai 2022
Durée des épisodes : 1h16
4.5
Excellent

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x