Votre mot de passe vous sera envoyé.

Première réalisation de Philippe Mechelen et Julien Hervé, scénaristes de Les Tuche 2 et 3, LE DOUDOU est une jolie surprise, tendre et drôle.

Le premier film des réalisateurs Philippe Mechelen et Julien Hervé aurait pu s’appeler “A la recherche du doudou perdu”. Mais comme souvent en comédie, le sujet dépasse l’objet même du film et n’est qu’un prétexte à une autre réflexion. On pense ainsi au vide existentiel ressenti par les jeunes actifs dans Ami-Ami ou à l’émancipation des femmes évoquée dans Comme des garçons. Ici, c’est la rencontre inattendue de deux hommes que tout sépare (âge, origine milieu social, métier, préoccupations, degré d’humour) et qui, grâce à une aventure commune, vont finalement nouer une belle relation complice quasi filiale.Photo du film LE DOUDOU
On connaît le travail du duo MechelenHervé pour leur contribution scénaristique dans Les Tuche, et il y avait fort à craindre que leur premier film soit de la même étoffe. Il n’en n’est rien, car l’humour qu’ils proposent dans LE DOUDOU est moins premier degré et fait preuve d’un peu plus de finesse et de retenue. Tout comme les deux héros Michel/Kad Merad et Sofiane/Malik Bentalha, dont les interprètes sont bien loin de leurs rôles d’abattage habituels respectifs dans les comédies. Ainsi, Malik Bentalha, qui interprète souvent un gros benêt criard (Pattaya, Taxi 5) se voit enfin offrir la possibilité d’incarner un vrai héros au cœur tendre, jeune homme pudique, un peu naïf, un peu lâche aussi mais plutôt malin, auquel pourront facilement s’identifier les jeunes gens du public.

Le rôle outrancier souvent nécessaire dans une comédie pour signifier un décalage comportemental avec les deux héros est en réalité tenu par tous les autres personnages de LE DOUDOU. Et on doit bien reconnaître que les scénaristes ont fait une part belle à ces seconds rôles, dont les attitudes sont sources de franche rigolade. Il faut d’abord citer le premier cercle impayable des collègues de Sofiane: Alex (Romain Lancry) en gaffeur sympathique (beaucoup plus que Gaston Lagaffe lui-même) et Thierry (David Salles) en chef de la sécurité violent et pas très futé.

Jolie surprise, LE DOUDOU est une comédie familiale pleine de tendresse et un véritable feel good movie.

Les deux compères Sofiane et Michel s’allient donc et suivent, avec l’aide de Alex et Thierry, la trace du doudou disparu à l’aéroport et passé de mains en mains au cours des dernières heures. Ce qui donne lieu à de multiples péripéties, filmées de manière suffisamment dynamique pour maintenir un rythme soutenu tout du long.

Les rencontres avec des protagonistes souvent hauts en couleur et même assez barges donnent également lieu à des moments fort improbables, mais assez savoureux. On a ainsi beaucoup aimé la famille du châtelain et celle de la grand-mère pas aussi résistante que sa famille le croit. Bien sur, certains personnages sont parfois poussifs, voire sans réel intérêt si ce n’est souligner la bêtise (Fekir), l’avidité (le prêtre interprété par Elie Semoun) ou peut-être pour faire plaisir à l’un des acteurs phares (l’apparition de Julie Vignali, compagne à la ville de Kad Merad).Photo du film LE DOUDOU
Tout comme Je Vais mieux parle à tous ceux qui ont mal au dos, LE DOUDOU parlera à bien des parents et enfants traumatisés par la perte d’un doudou. Mais on ne peut pas faire un film sur cet objet transitionnel et tellement sécurisant pour un enfant, sans évoquer le sujet plus profond et plus intime de la paternité. Tout ce qu’elle représente pour Michel et encore pas grand chose pour Sofiane. Car chercher un doudou pour un autre, même si au départ c’est pour gagner une récompense, c’est déjà se soucier un peu de cet autre, c’est apprendre à être en empathie avec sa famille. Chercher un doudou, c’est paradoxalement grandir un peu et devenir un être responsable. Et c’est ce que va découvrir Sofiane: l’attachement par procuration à une petite fille et la modification de son regard sur sa propre vie. Car les deux héros vont aussi se transformer et se bonifier au contact l’un de l’autre. Jolie surprise, LE DOUDOU se révèle donc une comédie familiale pleine de tendresse et un véritable feel good movie.

Sylvie-Noëlle

Votre avis ?

LE DOUDOU, une bouffée de tendresse - Critique
Titre original : Le doudou
Réalisation : Philippe Mechelen, Julien Hervé
Scénario : Philippe Mechelen, Julien Hervé, Nessim Chikhaoui
Acteurs principaux : Kad Merad, Malik Bentahla, Romain Lancry, David Salles
Date de sortie : 20 juin 2018
Durée : 1h26 min
3.0Tendre
Avis des lecteurs 0 Avis

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifications :