Photo du film THE FALL GUY
Crédits : Universal Studios.

THE FALL GUY, the bonne surprise – Critique

Nous souhaitons recueillir votre avis sur votre façon de nous lire. Merci de prendre 2 minutes de votre temps en cliquant ici !


Note des lecteurs0 Note
3

Les bonnes surprises nous attendent toujours au tournant. Alors que le genre du film d’action pullule de « créations » fainéantes et se ressemblant toutes (l’exemple récent du Salaire de la peur version Netflix pour ne citer que ça) en partie à cause de lui, David Leitch surprend et revient avec un film plus sincère et réussi que ce à quoi on pouvait s’attendre… Pouce en l’air, comme ferait son cascadeur principal.

Ce bon David

Car, pour ceux qui ne le sauraient pas (et c’est « normal », puisque c’est un métier de l’ombre et c’est précisément le thème du film !) David Leitch était avant toute chose un cascadeur et coordinateur de cascades. Il était notamment une doublure régulière de Brad Pitt et a officié sur bon nombre de productions depuis la fin des années 90. Il a ensuite cofondé la boite 87Eleven Productions en 1997 (désormais 87North Productions) et a connu la renommée mondiale avec Chad Stahelski en co-réalisant John Wick en 2014, actionner racé et stylisé qui a tout simplement donné un nouveau visage au film d’action et engendré tout un sous-genre à lui tout seul. Sauf que depuis qu’il s’est rendu compte qu’il passerait bien derrière la caméra (et l’ambition est tout à fait louable puisqu’apparemment le premier John Wick est né de l’envie de mettre en valeur le travail des cascadeur pas assez mis en lumière et souvent saccagé), le bougre n’a jamais réalisé de vrais bons films. Pendant que son comparse poursuivait la saga seul avec certes des défauts mais de vraies envies et tentatives (John Wick 4 par exemple, le plus audacieux, est attaquable sur plusieurs points, mais demeure passionnant sur autant d’autres), Leitch se contentait d’enquiller des blockbusters plutôt satisfaisants mais surtout frimeurs et assez faciles alors qu’ils disposaient de postulats de départs à même d’exciter tout amateur de castagne qui se respecte. Atomic Blonde, Deadpool 2, Hobbs and Shaw et Bullet Train sont effet des divertissements plutôt agréables, mais qui se révélaient assez couillons, déjà, et surtout plutôt faciles et frimeurs malgré tout leur potentiel – en témoigne le dernier en date, Bullet Train. Pourtant porté par l’immense Brad Pitt, il synthétise peut-être à lui tout seul tout le problème qu’avait le cinéma de Leitch: un point de départ excitant, de l’expérience et des moyens, pour finalement un film qui prend la pose et multiplie les rebondissements faciles reliés ensemble non pas par une harmonie cohérente mais par des clichés et effets de frime (le tout emballé par des effets numériques pas très heureux). Sauf que l’ancien cascadeur, cette fois, a choisi de raconter frontalement son métier de cœur, et parvient grâce à ça à enfin se débarrasser de certains effets lourdauds pour trouver un sujet et faire un film sincère et véritablement plaisant.

RG
Gosling est un des rares acteurs à pouvoir aller loin sans tomber dans le ridicule. ©Universal Pictures

Ryan Gosling, Emily Blunt et Taylor Swift

Et, pour ce film qui s’inspire de la série L’homme qui tombe à pic (The Fall Guy) des années 80, Leitch choisit donc de suivre un cascadeur de cinéma et tient sa meilleure idée en le faisant interpréter par Ryan Gosling. Beau gosse taillé bien comme il faut (« Fuck! It’s like you’re photoshopped! » comme disait Emma Stone dans Crazy, Stupid, Love), blond charmeur aux multiples talents, Gosling est surtout un formidable acteur qui prouve encore une fois à quel point il est à l’aise dans le domaine comique. Si c’est bien sûr ses rôles d’anti-héros mutiques et mystérieux, de Drive à Blade Runner 2049 en passant par The Place Beyond The Pines qui ont d’abord propulsé et façonné sa carrière, le canadien a régalé le public (et peut-être encore plus le public plus cinéphile) de son talent pour la comédie, dessiné par une remarquable maîtrise du comique de geste (il faut le voir gesticuler, tomber ou crier dans The Nice Guys), d’un talent pour faire partir sa voix dans les aigus comme personne d’autre ou encore d’une propension à jouer les mecs un peu loosers mais jamais ridicules et toujours très drôles. De The Nice Guys justement, à Barbie, en passant par Crazy, Stupid, Love donc et même La La Land et The Big Short, Ryan Gosling a montré maintes fois qu’il était doué pour faire rire et, fait rare, sans jamais tomber dans le ridicule. Car à cela s’ajoute un autre élément encore présent ici, sa capacité (voire son goût) à jouer des mecs un peu maladroits et malchanceux mais toujours humains et attachants. C’est ce qui donne toute sa petite âme au film, l’acteur se montrant une nouvelle fois capable du meilleur, comme si l’homme lui-même explorait une facette personnelle à travers ces rôles, et une des icônes les plus sexy et « virile » – si tant est que ce mot ait encore du sens – d’Hollywood de continuer de rappeler qu’un homme peut montrer ses failles. Et puis, comment résister à un Ryan Gosling qui pleure sur du Taylor Swift ? Impossible, à l’image du personnage d’Emily Blunt séduite, l’actrice illuminant une nouvelle fois l’écran de tout son charme et son talent, et leurs roucoulades de constituer – en dehors de ses cascades bien sûr – la meilleure chose d’un film autrement simple mais plutôt bien réalisé (contrairement au récent Tout sauf toi par exemple, qui restait aussi plat que les abdos de Glenn Powell).

The Fall Guy 1
Un film avec des vraies cascades dedans. ©Universal

ACTION !

Mais donc, trêve de bavardages, qu’en est-il de la castagne, de la marave, de la baston? Parce que c’est bien sûr ce qu’on est tous venu voir, notre Coca dans une main et un popcorn dans l’autre (c’était café et M&M’s pour l’auteur de ces lignes) et heureusement le contrat est plutôt rempli de ce côté-là. Comme on l’a dit, David Leitch est animé d’une vraie sincérité en faisant ce film pensé comme une déclaration d’amour à toute une partie essentielle mais pourtant laissée dans l’ombre de la fabrication d’un film. Et c’est ainsi qu’on est heureux de voir l’homme plus « assagi et inspiré » dès l’ouverture du film, tournée en un plan-séquence le long duquel on suit notre héros de sa caravane jusqu’au lieu précis où il va filmer sa scène. Alors que l’exercice en question – pourtant formidable accomplissement cinématographique – a vu sa force d’évocation pas mal piétinée par des individus peu scrupuleux depuis quelques années, il est ici joliment utilisé par le réalisateur qui suit Gosling progresser à travers un plateau, sans esbroufe mais avec une efficacité qui fait plaisir à voir, tout en montrant l’envers du décor. Il conservera cette application tout le long du film, le long-métrage ne souffrant jamais de scènes sur-découpées où tout est illisible, et bénéficiera même d’idées appréciables, comme la scène du split-screen, maligne. L’autre bonne surprise que l’auteur de ces lignes fut très étonné de constater est également que l’ultra-violence pourtant désormais à la mode n’est pas au rendez-vous ici (mode que lui-même a pourtant lancé avec les John Wick !). Si les peignées sont échangées avec enthousiasme, Leitch a décidé de remiser les habituelles pratiques de mutilation de l’autre performées à échelle globale et dans des proportions tarantinesques au placard. Alors, ça castagne comme il faut rassurons-nous, mais il est quand même particulièrement agréable de se rappeler qu’on n’a pas besoin de trucider les gens pour s’éclater, le film se reposant surtout sur la construction de ses cascades, ses chorégraphies et l’humour imparable de Gosling. Les grosses séquences bénéficiant de suffisamment de recherches et de travail assez remarquable pour satisfaire – entre celle à la plage durant laquelle le cascadeur Logan Holladay a battu le record de tonneaux jusque-là détenu par Adam Kirley sur Casino Royale (8,5 contre 7) ou, la meilleure du film, qui voit Colt Seavers (Gosling) et son chien se battre en pick-up ou autre camion poubelle dans les rues de Sydney – le plaisir et les mandales sont évidemment là.

On sera même d’avis de dire que l’humour est plutôt bien dosé (les références à d’autres films font cette fois rire et ne sont pas lourdes selon la personne qui vous parle) et que les antagonistes n’ont pas vraiment le temps d’être trop lourds (même si Aaron Taylor Johnson et Hannah Waddingham – oui, c’est elle dans la très jolie Ted Lasso – n’ont rien d’intéressant à défendre).

Et si THE FALL GUY demeure jamais marquant ou surprenant, il n’en reste pas moins une jolie surprise, et une création agréable et exécutée avec suffisamment de sincérité, au point de nous faire rêver d’une vie de cascadeur, sur les tournages, avec tout ces passionnés payés à faire des films…

Simon BEAUCHAMPS

Auteur·rice

Nos dernières bandes-annonces

Rédacteur
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x