tout sauf toi,tout sauf toi film,tout sauf toi cinema,tout sauf toi bande annonce,tout sauf toi musique,tout sauf toi avis,tout sauf toi avis film,tout sauf toi critique,film tout sauf toi critique
Crédits : CTMG

TOUT SAUF TOI, tout sauf ça ? – Critique

Nous souhaitons recueillir votre avis sur votre façon de nous lire. Merci de prendre 2 minutes de votre temps en cliquant ici !


TOUT SAUF TOI est le parfait exemple du plaisir coupable. On n’est pas spécialement fier d’aller voir ce film, on espère ne croiser personne dans les couloirs sombres du cinéma, parce qu’on sait que ce n’est pas le prochain David Lynch. Mais alors pourquoi diable on s’installe dans la salle ?

Justement parce qu’on sait que ce n’est pas le prochain David Lynch : la comédie romantique est un des genres cinématographiques les plus codifiés, suivant un protocole à la lettre, ce qui nous promet une expérience de spectateur sans prise de risque. C’est rassurant. Une honnêteté sans épreuve. Impossible d’être déçu. On va avoir le droit à beaucoup d’amour, de joie et d’aventures qui se terminent bien. De l’espoir donc. C’est franc, sincère, honnête.
Les co-stars Gwen Powell et Sydney Sweeney (actrice qui se fait une véritable place à Hollywood, après avoir percé grâce à son rôle bien plus trouble et profond de Cassie dans la série Euphoria) ont répondu aux centaines d’interview en dévoilant presque la fin, puisque le happy ending est un des attendus de la romcom. Autre case cochée ? Le surjeu de leur complicité lors de l’énorme promotion du film (assortie au budget), qui laisse entendre qu’ils sont peut-être ensemble dans la vraie vie, comme beaucoup d’autres d’acteurs à l’affiche de comédies romantiques l’ont fait avant eux. Ce fameux “couple à la ville comme à l’écran” plaît toujours, puisque le public ne demande qu’à y croire.
On vous propose, pour une fois, exceptionnellement, de vous mettre directement le synopsis trouvé sur Wikipedia, non par paresse, mais parce qu’on ne fera pas mieux moi-même : Bea et Ben éprouvent du mépris chacun envers l’autre et n’arrivent pas à s’éloigner l’un de l’autre lors de leurs vacances à Sydney. Simple comme bonjour. La promesse d’une comédie romantique bien cliché, qui ne sort pas des clous.
Et la promesse est tenue, tous les ingrédients sont réunis : corps sculptés et bronzés. Dents blanches. Rires éclatants. Ils sont beaux, et assortis au lieu : l’Australie. Une villa immense à la décoration sans faute, sans âme, sans prise de risque. Des paysages à couper le souffle et l’océan à perte de vue. Bien sûr, la fameuse invitation à un mariage à l’autre bout du monde. Et puis les passages obligés : l’acte romantique de sauvetage de la princesse, la chanson signature (vintage et virale pour les réseaux, en l’occurrence « Unwritten » de Natasha Bedingfield), le happy ending. Tout y est. Ce n’est pas subtil, les relations humaines sont clichés, les répliques sont attendues et les plans et mouvements de caméras sont bien calibrés. Mais comme tous les ingrédients sont réunis, en bonne quantité, alors la recette est réussie. TOUT SAUF TOI fonctionne.

Photo du film TOUT SAUF TOI
Crédits : CTMG

Le réalisateur Will Gluck ne cache pas s’inscrire dans une lignée déjà existante, il s’est d’ailleurs (très) librement inspiré de la pièce de William Shakespeare, « Beaucoup de bruit pour rien ». Une des scènes principales parodie Titanic (1998), de James Cameron, mère des comédies romantiques actuelles (aux USA et globalement en pop culture, Titanic est à la comédie romantique ce que Taylor Swift est à la chanson d’amour), dans laquelle les deux héros recréent la scène de Leonardo DiCaprio et Kate Winslet à l’avant du bateau. Plus subtile, bien que ce soit un bien grand mot pour évoquer ce film, on note la référence au cultissime Orgueil et Préjugés (2005), réalisé par Joe Wright, adapté du roman de Jane Austen. Le postulat de départ est la relation d’amour / haine ; l’héroïne entend une conversation entre le héros et son ami, dans laquelle il la critique, guidé par sa fierté et non ses sentiments. C’est littéralement l’intrigue d’Orgueil et Préjugés. On espère donc que c’est un clin d’œil à une œuvre fondatrice de la romance, et non pas un pur plagiat. 
Le film suit en tout cas la mécanique habituelle des comédies, huilée à la perfection, dont la méthode fonctionnait au théâtre bien avant que le cinéma existe. Par exemple, ce rôle d’entremetteurs que jouent les personnages secondaires dans TOUT SAUF TOI, manipulant les héros pour influencer leur histoire d’amour, était déjà une figure type de la commedia dell’arte du XVIe siècle en Italie, sous le nom d’Arlequin. Ce valet comique, indispensable à l’intrigue, a été repris dans de nombreuses pièces de Molière, Marivaux puis Feydeau. Ce dernier est d’ailleurs un des auteurs qui a installé l’art du vaudeville, avec un comique de situation, des gags visuels à profusion. Les concours de circonstances excentriques s’enchaînent naturellement au théâtre, tout comme dans un film américain. Le réalisateur n’a rien inventé, il s’appuie sur une méthode qui a fait ses preuves et l’a simplement modernisé. 
Le hic, c’est qu’il a oublié d’actualiser un des principaux ingrédients de la comédie romantique : la toxicité. On retrouve donc l’homme viril, ayant du mal à s’ouvrir, enchaînant les relations sans lendemain, séduisant la fille maladroite qui n’a pas l’habitude, innocente, perdue. Avec, occupant tout le temps d’écran, 100% de corps sportifs culpabilisants et 98% de problèmes superficiels. Et surtout, l’ingrédient malheureusement central : l’injonction du mariage, comme véritable fin en soi, puisque le couple est un objectif et le célibat est un poids (voire une honte). 
Cette comédie romantique est peut-être un peu moins problématique que d’autres, mais elle l’est encore trop en 2024. Ce qui compte c’est d’y aller en pleine conscience, sans naïveté, ni condescendance. Avec le recul nécessaire sur le manque de réalisme d’une romcom. 

Agathe ROSA

Note des lecteurs1 Note
2.5

Nos dernières bandes-annonces

Rédactrice
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x