Charles Barker, un vétéran du FBI aux méthodes peu orthodoxes, est chargé de former son partenaire. En parallèle, il fait l’objet d’une enquête des services internes du FBI…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Saison : 1
Nombre d’épisodes : 13
Format : 42 minutes
Date de 1ère diffusion FR : 16 septembre 2009
Création : Michael Dinner
Avec Patrick Swayze, Travis Fimmel, Larry Gilliard Jr
Bande-Annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Crée par Michael Dinner, The Beast restera gravé dans les mémoires comme la dernière apparition à l’écran du défunt Patrick Swayze. Déjà bien malade, l’acteur a tout fait pour terminer honorablement cette série et n’a pas sombré dans les pathos pour que l’on se souvienne de lui comme un homme fébrile et au bord de la rupture. Digne jusqu’à la fin et avec un mental à toute épreuve, l’acteur nous livre une très belle prestation et l’on se souviendra de lui comme un acteur impliqué dans ses rôles qui n’hésite pas à donner de sa personne pour augmenter la crédibilité de ses personnages.

Maintenant, comme The Beast ne saurait se résumer à cette simple présence de l’acteur, qu’en est-il du reste ? Et bien sans pour autant être un chef-d’œuvre en matière de série policière, The Beast n’a rien à envier et ses concurrents.

Retraçant le parcours d’une jeune recrue (Travis Fimmel) sous la tutelle d’un vieux de la vielle (Patrick Swayze) qui ne fait pas dans la dentelle, la série nous ouvre les portes d’un milieu qui n’a jamais cessé d’interroger et de magnétiser les esprits, un milieu porté à son apogée par des personnalités comme Mike Newell et son chef-d’œuvre Donnie Brasco, l’infiltration. Chaque nouvel épisode est l’occasion d’infiltrer un nouveau milieu (mafia russe, irlandaise…) dans des domaines bien différents : proxénétisme, trafic d’armes, drogue, complot militaire… Alors si tous cela n’a rien de nouveau, l’ensemble est suffisamment dynamique et bien ficelé pour se laisser agréablement regarder.

Vient ensuite le cas des acteurs. Là où l’on aurait pu penser qu’un acteur comme Travis Fimmel allait se faire manger par le charisme de Patrick Swayze et pouvait saboter à lui seul la crédibilité de la série avec un bagage d’acteur très limité (sa carrière se résume pour le moment à la série Jane Et Tarzan et au long-métrage Soumission), le jeune australien se débrouille plutôt bien avec un côté jeune loup solitaire qui colle parfaitement avec l’atmosphère de la série. L’acteur se défend plus qu’honorablement et très peu de choses (notamment dues à son manque d’expérience dans le métier) sont à lui reprocher.

Au final, The Beast, si l’on laisse de côté le côté mélancolique qui a pu nous pousser à le voir, est une agréable surprise dans la mesure ou il remplit parfaitement son rôle de divertissement. Sans temps mort, l’intrigue avance est se dévoile au compte-goutte et c’est avec un certain regret que nous la voyons se terminer dans un dernier épisode qui promettait beaucoup pour l’arrivée d’une deuxième saison qui ne verra jamais le jour. Dommage. The Beast : pas à graver dans les mémoires mais assurément un outsider qui se défend honorablement.

Print Friendly, PDF & Email

1
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
411 web canada usa Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
411 web canada usa
Invité
411 web canada usa

Peut pas entendre de voir la season 2 The beast

[critique série] The Beast – Saison 1

1