Chanteur mythique qui inventa la soul music et qui était surnommé “The Genius”, Ray Charles fait parti de ces chanteurs qui traversent les époques en laissant une empreinte indélébile dans les mémoires de toutes les générations confondues. Avoir un biopic sur lui était donc incontournable.

Réalisé par Taylor Hackford a qui l’on doit des métrages comme L’Échange (celui avec Russell Crowe), L’Associé Du Diable ou encore Les Princes De La Ville, Ray est un méticuleux biopic réalisé de manière intelligente qui lève le voile sur l’Homme derrière la légende et non le contraire. Là où certains auraient passé sous silence certains épisodes tendancieux de sa vie, Taylor Hackford a préféré mettre le légendaire crooner a nu pour que le spectateur puisse se faire sa propre opinion sur lui. Ainsi donc, Ray Charles nous apparaît avec ce qu’il a de plus bon, de plus charitable mais également toutes ses faiblesses, tous ses mauvais côtés notamment avec ce qu’il a fait endurer à son épouse. Cela n’aura que pour seule et unique incidence de renforcer ce côté humain que peu connaissent réellement.

Photo (1) du film RAY

“Un biopic d’une rare qualité qui nous entraîne avec une énergie débordante dans une course à la postérité enivrante et pleine de revanche sur la vie.”

Pour interpréter une légende comme Ray Charles, il fallait un acteur caméléon capable de matérialiser à l’écran le quotidien d’un crooner handicapé depuis l’enfance. Bien que peu de réalisateurs n’auraient pas osé miser un kopeck sur un acteur plus reconnu pour sa “belle gueule” que son talent véritable (à part Collatéral, l’acteur n’a jamais réellement brillé à l’écran), Taylor Hackford a fait confiance à Jamie Foxx est grand bien lui en a pris car l’acteur livre ce qui reste à ce jour sa meilleure prestation (avec peut-être Le Soliste). Choix couillu donc mais au combien légitime quand on regarde sa prestation. Magnétique du début à la fin, Jamie Foxx a réussi à insuffler un souffle de vie presque divin à cette légende. Cette cessité qu’il a depuis l’enfance est plus que crédible dans sa manière d’aborder la vie ne serait-ce que pour traverser un trottoir.

A cela s’ajoute une mise en scène tantôt pleine de charme et de paillettes quand la musique devient envoûtante, tantôt pleine de noirceur et de sobriété quand la légende redescend subitement sur terre. Petit bémol du côté des seconds rôles qui hormis une ou deux belles prestations (Kerry Washington et Regina King) l’ensemble du casting fait plus office de figurant qu’autre chose. Quoiqu’il en soit, Ray reste un biopic d’une rare qualité qui nous entraîne avec une énergie débordante dans une course à la postérité enivrante et pleine de revanche sur la vie.

Photo (2) du film RAY

Wesley Bodin

Votre avis ?

[critique] Ray
4.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis