Barbara, héroïne du film au titre éponyme, est la figure centrale de ce thriller allemand. Personnage campé par une hiératique, mystérieuse et imperturbable, il côtoie un registre qui n’est pas étranger à l’actrice (dans GOLD, elle incarnait une chercheuse d’or implacable). , actrice fétiche du réalisateur , est quasiment présente à chaque plan. Pour les raisons du scénario et le contexte politique où prend place cette histoire, la caméra suit Barbara comme elle traquerait une bête dans sa nouvelle vie d’exilée en province d’Allemagne de l’Est, entre l’hôpital où elle est médecin et son appartement. Toujours sur ses gardes, un rien l’effraie, même la sonnette de son appartement, montrant la tension omniprésente et la menace quotidienne que font planer les autorités.

Nous sommes en 1980. La dictature à l’Est, en RDA, sévit et passer à l’Ouest relève de l’exploit. Barbara tente de préparer son évasion aidée par son amant qui lui vit à l’ouest. Le film montre bien cette fracture qui impose au commun des mortels d’agir comme des hors la loi même quand il s’agit de sentiments. Barbara et son amant, Jörg, sont obligés de se retrouver dans des lieux improbables et impersonnels pour échapper au régime, comme l’illustre la scène dans la forêt. Ce lieu sans frontière naturellement ouvert mais caché symbolise comme un sol où la trêve est provisoirement possible, là où ailleurs un mur se dresse contre les hommes.

Barbara vit constamment dans le non-dit, le silence, la peur d’être découverte dans ses activités. On la sent asphyxiée et elle dit parfois avoir envie de prendre l’air. Ses trajets à vélo ou une scène de fuite par la mer sont comme des échappées, des bouffées d’air possibles dans cette apnée permanente et usante tissée par les non-dits. La mise en scène impersonnelle, froide et minimaliste, quasi inquiétante de Christian Petzold rend bien compte de l’austérité du régime où les êtres sont comme dépossédés de leur âme. Rien de gai ne semble pouvoir arriver. L’hôpital est austère à souhait et l’appartement de Barbara est comme un blaukos où elle se terre apeurée. La présence d’un piano ou encore le « journal d’un médecin de campagne », livre offert par son collègue, sont les seuls objets poétiques et personnels du décor…

Photo du film BARBARA

« Il flotte comme une attente permanente dans Barbara, un certain ennui rendant bien la position de ces personnages qui trament dans l’ombre leur départ. »

Les rapports entre les personnages du film sont flous, mal définis. Le collègue de Barbara, André, médecin comme elle, se rapproche d’elle sans jamais que l’histoire ne bascule. Est-il un espion ? La question reste ouverte. Redoublant de bons sentiments, on a plutôt tendance à croire à un amour naissant mais la caméra épie Barbara toujours et encore. Aucun climat de confiance ne semble envisageable face à une telle défiance des êtres entre eux.
On sent malgré tout l’entraide et la fraternité des médecins envers deux malades. Des liens se tissent dans la douleur et la solitude universelles.
Il flotte comme une attente permanente dans Barbara, un certain ennui rendant bien la position de ces personnages qui trament dans l’ombre leur départ. Il ne faut pas s’attendre à un film d’action ou de verbiage incessant. Le temps paraît long et les silences sont nombreux à l’image du régime en place.

LE DVD

Le DVD offre un bonus vidéo avec une présentation du film (25 mn) et « Dans les pas de Barbara », un entretien avec Christian Petzold, le réalisateur, et Nina Hoss (24 mn).

Côté photographie, le choix est à l’épuration : décor minimaliste et choix d’un lieu isolé dans une ville provinciale d’Allemagne de l’Est créent une atmosphère hostile et peu chaleureuse bien sentie et réaliste.  La musique, inexistante, laisse la part belle aux silences, aux échanges concis entre les protagonistes, aux bruits du quotidien sans fioritures, captant cette intériorité contenue de l’héroïne.

CASTING
Titre original :
Réalisation : Christian Petzold
Scénario : Christian Petzold
Acteurs principaux : Nina Hoss, , , , , , ,
Pays d’origine : Allemagne
• Sortie : 16 octobre 2012 (dvd)
Durée : 1h45mn
Distributeur : Arcadès
Synopsis : Eté 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Tandis que son amant Jörg, qui vit à l’Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l’attention que lui porte André, le médecin-chef de l’hôpital. La confiance professionnelle qu’il lui accorde, ses attentions, son sourire… Est-il amoureux d’elle ? Est-il chargé de l’espionner ?
BANDE-ANNONCE