BENEDICT CUMBERBATCH stars in THE IMITATION GAME

[BIOPICS] CES ANGLAIS SONT FORMIDABLES !

La Grande-Bretagne entretient une relation cinématographique particulière avec les personnages importants de son histoire, qu’ils soient brillants scientifiques ou monarques. Depuis une dizaine d’année, on a ainsi vu trois films biographiques (biopics) consacrés à des figures emblématiques de l’histoire anglaise qui ont influencé le monde entier : THE QUEEN (Stephen Frears, 2006), focalisé sur la Reine Elisabeth II au moment de la mort de Lady Diana, LE DISCOURS D’UN ROI (Tom Hooper, 2010), retraçant une partie de la vie du père de l’actuelle reine, Georges VI, et enfin THE IMITATION GAME (Mortem Tyldum, 2015) premier biopic dédié au mathématicien Alan Turing, père de l’informatique et héros de la Seconde Guerre mondiale.

LA SELECTION DE PAULINE

Une énergie impressionante

Tout trois sont de bonne facture visuelle, agréables à voir, et l’humour, toujours présent mais sans lourdeur, rappelle que l’esprit anglais, quelque soit la situation, dramatique ou non, résiste en toute circonstance. Si LE DISCOURS DU ROI et THE IMITATION GAME ont une image calme, posée et très bien élaborée, la prise de vue de THE QUEEN est plus contemporaine, avec une image plus inspirée des images de télévision, qui colle parfaitement avec son sujet. Quoiqu’il en soit, ces biopics ne frappent pas par l’originalité de leur photographie. Néanmoins, tous ont en commun une énergie étonnante, nous emportent complètement dans le sillage de ces personnalités si fortes et marquantes, qui ont toutes, à un moment de leur vie, changé ou marqué le cours de l’histoire. Alan Turing (Benedict Cumberbatch), en cassant le code allemand Enigma, a permis ni plus ni moins aux alliés de gagner la Seconde Guerre mondiale, tandis que George VI (Colin Firth), par son engagement et sa lutte permanente contre lui-même (et son bégaiement) a emmené toute une génération galvanisé dans ce conflit. Pour ces deux hommes, une réaction extraordinaire répond à une situation extraordinaire. Qu’il fasse preuve d’un courage surhumain lors de conflit ou qu’il trouve une force incroyable face à l’adversité, qu’elle soit extérieure ou intérieure (le bégaiement pour George VI, le refus des autorités de financer ses recherches pour Alan Turing), le « héros » britannique est montré dans LE DISCOURS D’UN ROI et THE IMITATION GAME comme une figure emblématique capable de surmonter les épreuves les plus rudes.

Colin Firth
Colin Firth

De puissants interprètes

THE QUEEN ne revient pas sur la participation exemplaire d’Elisabeth II (Helen Mirren) à l’effort de guerre. Stephen Frears se démarque des deux autres réalisateurs en s’attachant à un moment difficile de la vie de la souveraine, au moment de la mort de la Princesse de Galles, et à sa complexe relation avec son Premier Ministre de l’époque, Tony Blair (Michael Sheen). La mise en scène de Stephen Frears montre une vision critique quoique bienveillante de cette période. Cette réflexion, on le sent, est atténuée, voire absente dans les deux autres biopics. Cela n’enlève cependant rien à la qualité du DISCOURS D’UN ROI ou de THE IMITATION GAME, car les faits abordés dans ces deux films sont plus éloignés de nous, ne portent pas – plus ? – à débat. Alors que la sympathie des spectateurs est déjà acquise pour les personnages masculins du DISCOURS D’UN ROI ou de THE IMITATION GAME, la figure royale de THE QUEEN est beaucoup plus complexe et ambiguë. L’immense talent du réalisateur anglais et d’Helen Mirren a été de parvenir à nous montrer l’humanité et les faiblesses de cette femme, d’abord plutôt froid et distant. THE QUEEN insiste sur le protocole mais aussi la pression qui entourent tous les faits et gestes de la reine. Difficile pour elle de se laisser aller, de montrer ses sentiments. L’empathie provient alors de ces « restrictions » si indissociables de sa fonction. Sa réaction à la mort de Lady Di, personne que la reine n’affectionnait guère, est floue mais en phase avec les conventions liées à son rang : elle doit réagir sans savoir comment.

the-queen-helen-mirren-frears
Helen Mirren

En cela, l’interprétation d’Helen Mirren rejoint celle de Colin Firth. Tous deux parviennent à rendre le dépassement de leur personnage par une réalité qui leur échappe parfaitement humain et remporte notre sympathie. L’interprétation de Colin Firth joue avec la rectitude due au rang du personnage mais laisse exploser ses découragements, ses peurs, dans quelques séquences bouleversantes, en dehors du fameux discours. Helen Mirren quant à la elle parvient à faire ressentir les faiblesses passagères par de fines variations dans ses mouvements, dans sa posture. Ce rôle reste, au cinéma, l’un de ses plus grands ! Benedict Cumberbatch, quant à lui, a su puiser dans la biographie d’Alan Turing les détails qui lui ont permis de proposer une interprétation sans faille, d’une grande sensibilité. Il affirme par ce rôle sa propension à incarner parfaitement n’importe quel personnage. Force est donc de constater le charisme des trois interprètes dont nous parlons, profondément anglais et de générations différentes. Ces rôles, reconnus dans le monde entier, ont pour chacun marqué leur carrière, jusqu’à la distinction suprême qu’est l’Oscar (Helen Mirren en 2007, Colin Firth en 2012, nomination pour Benedict Cumberbatch en 2015).

THE QUEEN , LE DISCOURS D’UN ROI et THE IMITATION GAME paraissent essentiels pour comprendre le british spirit et apprécier la qualité d’interprétation de leurs acteurs principaux, qui ont su s’immerger, jusque dans les détails les plus physiques, dans leur rôle. Là encore, cela montre la détermination et la capacité de ces comédiens anglais, si talentueux et convaincus. Ils démontrent s’il est encore temps de le prouver, que l’histoire de la Grande-Bretagne est pétrie de grandes personnalités, forgeant ainsi un héritage commun fort, puissant et fédérateur.

Les trois films sont disponibles en DVD et Blu-ray (en import anglais pour le Blu-ray de THE QUEEN  ), ce qui permettra au spectateur de les apprécier sans attendre !

suivre @CarnetsCritique

INFORMATIONS

Titre original : The Queen
Réalisation : Stephen Frears
Scénario : Peter Morgan
Acteurs principaux : Helen Mirren, Michael Sheen, James Cromwell, Alex Jennings
Pays d’origine : Royaume-Uni
Sortie : 18 octobre 2006
Durée : 1h39min
Distributeur : Pathé Distribution
Synopsis : Dimanche 31 août 1997. La princesse Diana meurt des suites d’un accident de voiture survenu sous le pont de l’Alma à Paris. Si cette disparition plonge la planète dans la stupeur, elle provoque en Grande-Bretagne un désarroi sans précédent…ainsi que chez la souveraine.

Titre original : The King’s Speech
Réalisation : Tom Hooper
Scénario : Taylor Sheridan
Acteurs principaux : Colin Firth, Helena Boham Carter, Geoffrey Rush, Guy Pearce
Pays d’origine : Royaume-Uni
Sortie : 2 février 2011
Durée : 1h58min
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Synopsis : D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI suite à l’abdication de son frère Edouard VIII D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme  et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage…
Titre original : The Imitation Game
Réalisation :   Morten Tyldum
Scénario :  Graham Moore, D’après l’oeuvre de Andrew Hodges
Acteurs principaux :  Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode
Pays d’origine : Angleterre, U.S.A.
Sortie : 28 janvier 2015
Durée :  1h55min
Distributeur : Studio Canal
Synopsis : 1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
POURQUOI JE VIS, un hommage décevant à Grégory Lemarchal – Critique