[critique] Dream House

Affiche du film DREAM HOUSE

Editeur à succès, Will Atenton quitte son emploi à New York pour déménager avec sa femme et ses enfants dans une ville pittoresque de Nouvelle Angleterre. En s’installant, ils découvrent que leur maison de rêve a été le théâtre du meurtre d’une mère et ses deux enfants. Toute la ville pense que l’auteur n’est autre que le père qui a survécu aux siens.

Note de l’Auteur

[rating:5/10]

Date de sortie : 5 octobre 2011
Réalisé par Jim Sheridan
Film américain
Avec Daniel Craig, Naomi Watts, Rachel Weisz
Durée : 1h 31min
Titre original : Dream House
Bande-Annonce :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9zSRP09LqMc[/youtube]

Critique du film Dream House réalisé par Jim Sheridan avec Daniel Craig, Naomi Watts, Rachel Weisz

Avec un scénario mystérieux et un premier quart d’heure qui l’est tout autant, Dream House avait de quoi susciter notre intérêt. Durant son entière première partie, Jim Sheridan a réussi à nous transporter dans le flou total. A aucun moment on ne sait si l’on va tomber dans le film fantastique ou continuer à dériver dans un thriller captivant regorgeant de mystères. Sur ce point précis, Dream House est une belle réussite durant un peu plus de quarante cinq minutes.

Seulement voilà, la deuxième moitié ne fera qu’abréger un bonheur pourtant croissant. Succulente, cette levée de rideau quant à l’origine du mal être de cette famille arrive beaucoup trop vite à mon goût. Le couperet tombe est ce qui aurait pu être une formidable conclusion lors d’un final qui aurait pour le coup gagné en intensité dramatique laissera place à une longue suite d’événements attendus. Fort heureusement, Daniel Craig sauve les meubles en livrant une prestation plus qu’honorable.

Photo (1) du film DREAM HOUSE

[pullquote]Un film loin d’être mauvais car on ne s’ennuie pas une seule seconde durant l’heure et demie mais terriblement frustrant quand on pense à ce qu’il aurait pu être sans certaines sorties de route handicapantes.[/pullquote]

Outre une construction un peu hasardeuse et trop rapide pour réellement étonner, ce qui me chagrine le plus avec Dream House c’est de savoir qu’une personne comme Jim Sheridan est derrière la caméra. Accusateur féroce et fervent défenseur d’une Irlande souillée par l’envahisseur anglais, le réalisateur a donné naissance à quelques-uns des plus grands drames de l’histoire du cinéma. My Left Foot, Au Nom Du Père, The Boxer, The Field ont tous contribué à sa renommée internationale. Puis vint le film transitoire, In America, qui a déclenché un long et interminable passage à vide. Réussir Ou Mourir, biopic sur 50 Cent, manquait de peps, Brothers bénéficiait d’un Tobey Maguire plus mauvais que jamais et Dream House se retrouve entaché par une construction narrative mal venue. Sachant que Jim Sheridan a encore sous le coude deux autres projets pour le moment flou, il y a de quoi s’attendre au pire. Espérons que le pauvre homme n’est plus toute sa tête, au moins il serait en partie pardonnable.

Parenthèse fermée, Dream House apparaît comme un film loin d’être mauvais car on ne s’ennuie pas une seule seconde durant l’heure et demie mais terriblement frustrant quand on pense à ce qu’il aurait pu être sans certaines sorties de route handicapantes. Frustrant est sans doute le mot qui nous reviendra souvent à l’esprit. Dommage…

Photo (2) du film DREAM HOUSE

Critique du film Dream House réalisé par Jim Sheridan avec Daniel Craig, Naomi Watts, Rachel Weisz

Écoutez-nous !

Soutenez-nous !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
Un avis sur cet article ?x