[critique] Hypnose

Affiche du film Hypnose

Tom Witzky, ouvrier dans la banlieue de Chicago, mène une vie de père de famille tout à fait ordinaire. Lors d’une soirée entre amis, Tom accepte, par jeu, une séance d’hypnose. Plus tard dans la nuit, il est assailli par des visions, des rêves troublants. De jour en jour, il voit toujours davantage de choses qu’il est incapable d’expliquer, entend des voix qu’il ne peut ignorer. Inexorablement, sa vie bascule. Bientôt, les visions de Tom deviennent réalité. Il voit sa famille en danger, il voit la mort…

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Date de sortie : 3 mai 2000
Réalisé par David Koepp
Film américain
Avec Kevin Bacon, Kevin Dunn, Illeana Douglas
Durée : 1h40min
Titre original : Stir of Echoes
Bande-Annonce :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x9otqa_hypnose-bande-annonce-fr_shortfilms[/dailymotion]

Voguant sur le succès des présences surnaturelles venant taquiner les mortels, le film de David Koepp arrive encore aujourd’hui, malgré ses onze années au compteur, à tirer son épingle du jeu.

Loin des gros clichés hollywoodiens en la matière qui ne font que reprendre ce qui a été fait sur le continent asiatique et ce de manière bien plus percutante, Hypnose prend, comme son nom l’indique, comme point de départ un procédé auquel bien des personnes ont du mal à adhérer : l’hypnose. Le personnage de Tom, interprété par Kevin Bacon, fait également partie de ceux qui n’y croient pas un seul instant. Dès lors, ces réactions deviennent crédibles et chacun d’entre nous pourra se reconnaître dans cette histoire somme toute banale qui pourrait arriver à n’importe qui.

Jouant également finement sur les apparitions de l’esprit tourmenté, Hypnose bénéficie d’une mise en scène très sobre qui pousse le spectateur à se demander pourquoi cet esprit tente de communiquer avec le personnage campé par Kevin Bacon et non à attendre la prochaine apparition visant uniquement à le faire sursauter. C’est d’ailleurs la principale qualité du film : rétrograder la présence surnaturelle au second plan pour s’intéresser aux répercussions que peut avoir un tel changement dans la vie d’un couple sans histoire découvrant que le petit quartier tranquille dans lequel ils viennent d’emménager regorge de secrets très lourds.

Photo (1) du film Hypnose

Et qui de mieux qu’un acteur de la trempe de Kevin Bacon pouvait incarner à merveille ce mari d’abord dubitatif mais très vite dépassé par les événements ? L’acteur aux multiples facettes est, comme à l’accoutumée, excellent et très crédible. Son faciès inquiétant et dérangeant donne un frisson supplémentaire à ce film nerveux et trouble. Si bien que les autres protagonistes de ce thriller horrifique, pourtant pas mauvais, se retrouvent loin derrière lui, presque en tant que figurants, à l’exception faite du jeune fils de la famille brillamment interprété par David Cope.[pullquote]La principale qualité du film : rétrograder la présence surnaturelle au second plan pour s’intéresser aux répercussions que peut avoir un tel changement dans la vie d’un couple sans histoire.[/pullquote]

La photographie n’est pas en mal non plus et laisse apparaître (surtout sur la version Blu-ray) une très belle colorimétrie avec ces tons rouges criards et ce dégradé de noir conférant à l’ambiance environnante un côté fermé propice à réveiller en nous une claustrophobie bien enfouie.

Au final, on comprend aisément pourquoi un film comme Hypnose n’a pas trouvé son public car pas assez punchy, pas assez grandiloquent, un peu radin en chair de poule. Mais néanmoins il faut le prendre comme il est, un thriller horrifique qui laisse l’intrigue au premier plan et qui se sert du surnaturel comme support et non comme principal pilier comme beaucoup d’autres films. Dès lors que nous avons compris cela, Hypnose apparaît comme un film bien ficelé.

Photo (2) du film Hypnose

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
LE DIABLE TOUT LE TEMPS, (très) longue descente aux enfers – Critique