LES PROIES, survival efficace – Critique

Dernière mise à jour:

En compétition dans de nombreux festivals, c’est avec une bonne réputation que LES PROIES débarque sur les écrans français. Malgré une diffusion assez confidentielle, le film remporte un bon succès d’estime.

La scène d’introduction présente Quim, un homme parti rejoindre son ex pour la reconquérir, et Bea, une jeune femme avec des penchants de kleptomane. Après une étreinte à la sauvette dans les toilettes d’une station-service, Quim s’aperçoit que la jeune femme en a profité pour le délester de son portefeuille. Sans argent et sans papiers, il reprend la route et devient la cible de tirs. Blessé, Quim erre dans la forêt et retrouve Bea par hasard, et tous deux tentent d’échapper à cette chasse à l’homme dont ils sont les proies.

Vivant un véritable cauchemar champêtre, les deux protagonistes deviennent des proies apeurées devant fuir leurs mystérieux poursuivants sans pitié. L’envie de survivre, dopée par la peur, transforme un être humain, faisant apparaître des facettes de sa personnalité jusqu’ici ignorées. Dans des situations extrêmes, rares sont ceux qui ont un comportement héroïque, quitte à s’en repentir toute sa vie. L’instinct de survie prévaut privilégiant l’individualisme.
LES PROIES est un thriller haletant plongeant le spectateur dans une ambiance claustrophobique, ceci étant accentué par la mise en scène du réalisateur s’attachant à nous plonger au cœur de l’action.

Le réalisateur a pris également le parti de filmer certaines scènes comme un jeu vidéo, rendant hommage à un genre très populaire, le FPS (First Person Shooter) qui permet de comprendre la façon dont les chasseurs perçoivent leur chasse.
Le twist permettant d’identifier les agresseurs renforcent ce choix de mise en scène. Bien que discutable, ce twist change radicalement le ton du film le faisant sombrer dans le drame.

LES PROIES est un survival efficace dans les deux tiers du métrage. Je trouve regrettable que le twist, occupant le dernier tiers du métrage, plombe le côté thriller du film pour sombrer dans le drame. Lopez-Gallego est doué pour livrer un suspense insoutenable et plonger le spectateur dans une chasse à l’homme glaçante et captivante et sa direction d’acteurs est excellente. Ces dernières années, l’Espagne nous a fait découvrir quelques réalisateurs (Jaume Balagueró, Nacho Cerda, Paco Plaza, …) qui ont le talent de véhiculer une certaine peur dans leurs oeuvres et d’insuffler un souffle nouveau au genre horrifique.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
NEVER RARELY SOMETIMES ALWAYS, not a Girl, not yet a Woman – Critique