Après avoir échappé de peu à la mort, Lisbeth Salander se retrouve immobilisée à l’hôpital, dans l’incapacité d’agir… De nombreux chefs d’accusation pèsent toujours sur elle et la font placer en isolement par la police, dans une chambre jouxtant celle de son père, qui la hait et qui n’est guère en meilleur état qu’elle… A l’extérieur, Mikael Blomkvist continue de mener l’enquête sans pouvoir avoir le moindre contact avec Lisbeth. Il ne tarde pas à mettre à jour certaines activités souterraines menées par les services secrets. Ce qui pourrait déstabiliser les hautes sphères de l’État mais surtout blanchir Lisbeth une bonne fois pour toutes.

Note de l’Auteur

[rating:7/10]


Date de sortie : 28 juillet 2010
Réalisé par Daniel Alfredson
Film suédois
Avec Michael Nyqvist, Noomi Rapace, Lena Endre
Durée : 2h 27
Bande-Annonce : [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdgw8z_millenium-3-la-reine-dans-le-palais_shortfilms[/dailymotion]

Troisième et dernier volet des aventures de notre chère Lisbeth qui est au plus mal (rappelons qu’à la fin de Millénium 2, la pauvre morfle sévère !), cette Reine Dans Le Palais Des Courants D’Air met en exergue la convalescence de Lisbeth et le procès durant lequel elle sera graciée ou non de ses actes.

Si le rythme pourra paraître très lent à certains et donc gâcher quelque peu la finalité de cette trilogie (2h30 qui paraitront une éternité si l’on n’est pas emballé par l’ensemble), ce troisième volet a le mérite de rehausser le niveau laissé bien bas avec un second volet raté sur de nombreux points. Ici pas de désagréables impressions d’être devant une série télévisée, ni de mise en scène saccadée, les séquences s’imbriquent très bien entre elles et dévoilent un fil conducteur maitrisé de part en part. L’ambiance est finement travaillée et le procès final, bien qu’un peu trop téléphoné, tient toutes ses promesses et nous dévoile une Lisbeth punk percée jusqu’au nombril et ornée d’une très belle crête. Sacré personnage !

En parlant de personnages, ceux-ci sont une nouvelle fois bien exploités, nous réservent quelques surprises et la relation entre Lisbeth et Mikael, pleine de sous-entendus et de regards furtifs, a le mérite de ne tomber dans aucuns stéréotypes qui auraient été malvenus. Noomi Rapace, bien que moins présente que dans les précédents volets, donne une convenance à cette hackeuse écorchée vive en pleine crise contre la figure paternaliste. Elle est LA révélation du film et l’on ne voit pas quelle autre actrice, aussi douée soit-elle, pourrait la remplacer. Tout en elle respire Lisbeth, de son visage androgyne, à son magnétisme naturel en passant par son physique, elle fait sensation à chacune de ses apparitions, écrasant sans le vouloir ses partenaires qui pour le coup ont bien du mal à se démarquer malgré une interprétation honorable pour chacun.

Au final, plus posé et moins rythmé que ses ainés, ce troisième et dernier volet de Millénium voit la conclusion de cette intrigue aboutir comme elle a commencé, avec sagesse. Pas besoin de tout évoquer, de tout dire pour exploiter au maximum le filon du thriller policier, Daniel Alfredson nous prouve qu’avec un peu d’huile de coude au niveau de la mise en scène et des acteurs charismatiques, de longs silences valent mieux que de grand discours. Désormais, David Fincher a la lourde responsabilité de nous proposer une adaptation aussi bien mais suffisamment différente pour ne pas être qu’un simple copier-coller. Faisons-lui confiance pour y parvenir de la plus belle des manières.

[critique] Millénium 3 – La Reine Dans Le Palais Des Courants D’Air

0