À l’occasion de sa sortie en coffret DVD et Blu-ray (le 27 juin), retour sur la cinquième et ultime saison d’Hero Corp.

En l’espace de cinq saisons, HERO CORP a su se créer une fan base solide. Un public présent durant près de dix ans, qui a vu l’aventure s’achever avec une dernière saison de huit épisodes (sept de 25 minutes et un dernier de 50 minutes), diffusée sur France 4 à partir du 24 mai 2017, et en coffret DVD et Blu-ray un mois après. Sorte de cadeau ultime adressé aux fans, dont certains avaient apporté leur contribution lors d’une opération de crowdfounding, qui se voient crédités dans un générique dédié. À la fin de la quatrième saison (previously comme disent les Américains) nos super-héros arrivaient à bout du maire de Montréal et devenaient les dirigeants protecteurs du monde. Mais contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, John et ses amis, devenus de véritables célébrités, sans but et désabusées, ne sont pas aux bouts de leur peine. Car derrière l’image de paix se cache en réalité une société totalitaire, qui se révélera aux protagonistes au fil des épisodes.

Déjà dans la saison 4, Simon Astier avait fait preuve d’une certaine richesse en jouant avec les genres le temps de quelques épisodes. Il poursuit dans la même optique, avec une ambiance qui s’éloigne du style gothique de la saison précédente pour adopter une ambiance à la Mad Max (principalement le 3), mais évoque également le mythe de Frankenstein, et touche à la science-fiction en s’envolant jusque sur la lune. Sans oublier une nouvelle incursion musicale avec Tété, ou une parodie des soap-opéra ringards, avec leurs fameux doublages français plus qu’approximatifs.

Hero Corp

© Calt production / Nicolas Auproux

De la variation dans le style, mais pas forcément dans le ton avec cette cinquième saison. Bien que plus sombre (depuis le début, la série évolue dans ce sens), Simon Astier garde la même approche tragicomique qui a fait le succès d’HERO CORP. Ceci, permettant d’aborder avec finesse la construction terminée de son héros, John, qui se voit dans cette saison délaissée de tout questionnement. Mais alors que la saison se développe sur seulement huit épisodes, et en retrouvant le format 25 min, HERO CORP se montre, dans un premier temps, poussif. Semblant parfois s’éterniser sur des détails, avant qu’un retournement de situations très concis ne vienne conclure les épisodes de manière paradoxalement hâtive, provoquant par la même occasion des incohérences étranges (le retour de Klaus) et un final expédié. Une part scénaristique un peu décevante donc, où les facilités permettent de faire avancer une intrigue qui ne tient finalement qu’à peu de choses, et délaisse un peu trop la psychologie de ses personnages.

Néanmoins, HERO CORP parvient à retrouver son rythme au fil des épisodes et à provoquer le même plaisir. Ne cherchant pas à en faire trop dans les gags (la part humoristique est finalement bien en retrait), la série fait preuve d’une vraie maturité dans ce qu’elle développe, tout en s’appuyant sur la qualité de ses comédiens. Si les trop rares interventions d’Émilie Arthapignet restent les plus jouissives (capable de lâcher un « bah sucez-vous » sans jamais tomber dans le vulgaire), l’hystérie d’Antoine Gouy permet de dynamiser l’ensemble. Les habituels Alban Lenoir (et son célèbre « Pinage !»), Étienne Fague (Mique) et Sébastien Lalanne (Doug) tiennent l’ensemble avec maîtrise, se laissant mener par leur leader, Simon Astier, évidemment. Une belle bande de Hero-copains, qui aura offert son lot d’originalité dans le paysage audiovisuel français. Dommage que les adieux se soient fait de manière aussi hâtive.

Pierre Siclier

Votre avis ?

[CRITIQUE] HERO CORP - SAISON 5
Diffusion : 24 mai au 7 juin 2017 (en DVD/BR le 27 juin)
Créateur : Simon Astier
Acteurs principaux : Simon Astier, Alban Lenoir, Étienne Fague
Diffuseur : France 4
Format : 7x26min et 1x50min
3.0Note finale
Avis des lecteurs 11 Avis