Un couple de scénaristes anglais, qui remporte un beau succès en Grande-Bretagne depuis quatre ans, se laisse convaincre de traverser l’Atlantique pour adapter leur série aux Etats-Unis. Leurs premiers pas dans l’industrie de la télévision américaine, dirigée par des financiers et des investisseurs, se révèlent bien plus compliqués qu’ils ne l’avaient prévu. Et comme si cela ne suffisait pas : ils sont forcés de remplacer leur acteur principal par un certain… !

Note de l’Auteur

[rating:7/10]

Saison : 1
Format : 46mn
Date de 1ère diffusion aux U.S.A : 9 janvier 2011
Nombre d’épisodes : 7
Création : ,
Avec Matt LeBlanc, Kathleen Rose Perkins,

• Bande-annonce :

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes that need only url

Le festival de Deauville n’est plus à présenter et continue d’être une référence pour des films américains de qualité. S’y rajoute depuis 2010, au sein de ce grand festival, une section consacrée aux séries TV. C’est donc avec plaisir que nous avons cette année encore retrouvé cet évènement : « Deauville saison 2 ». Les festivaliers y auront eu la chance d’y découvrir de nouvelles séries en exclusivité telle que , des Masterclass avec ou , ou encore des débats autour de l’écriture de séries.

C’est dans ce cadre là que nous découvrons au cinéma du Casino, une série originale puisqu’elle traite de l’écriture des séries TV aux Etats-Unis. L’un de ses créateurs, David Crane, n’en est pas à son tir d’essai puisqu’il est à l’origine de la très célèbre série Friends. Pour compléter les retrouvailles, Matt LeBlanc tient l’un des rôles principaux d’. Ainsi, cette nouvelle série use régulièrement de références à Joey. Les fans encore nostalgique du sitcom pourront apprécier ces allusions bien qu’ ne soit pas aussi hilarant que Friends. Matt LeBlanc y joue de plus son propre rôle… ou est-ce le rôle de Joey qu’il incarne? L’ambigüité mérite d’être posée puisque Joey était dans Friends un acteur (certes, raté) et que Matt Leblanc dans reste extrêmement fidèle à Joey.

Mais revenons plutôt à la série: elle met en scène un couple de scénaristes britanniques, Sean et Beverly, qui se voient propulser à L.A. suite au succès de leur série en Angleterre. Ce couple doit (ré)écrire leur scénario pour l’Amérique. Rien d’étonnant, les Etats-Unis adorent les remakes de films ou de séries (, , , etc.). Une fois le contexte posé, la série (Episodes) démarre et le plaisir de la comédie est délicieux. Elle ne cesse de porter un regard critique et moqueur envers le système de production télévisuel américain. La série s’ouvre sur une dispute de couple entre nos deux scénaristes: L.A. en est la cause et la série nous dévoile ainsi les pièges dans lesquels ils sont tombés… surtout Sean. Dès le départ, il est le personnage le plus motivé par cette aventure. Il est celui qui adhère aisément au système de la chaîne, qui sympathise le plus avec l’équipe de tournage ou encore qui trahit des secrets, etc.

[pullquote]Si cette douce caricature est appréciable au début de la série, elle peut s’avérer agaçante au fil des épisodes. Cela dit, la série reste élégante.[/pullquote]

Les américains ne sont pas épargnés par la série. Le directeur de la chaîne est peint comme un requin qui achète le succès sans regarder la « marchandise ». Quant aux autres employés, l’hypocrisie et l’enthousiasme constant rythment leur journée. Les raccourcis sont nombreux: accepter de rencontrer un acteur potentiel « par courtoisie » est l’équivalent, pour eux, d’une signature indélébile. Ces personnages fonctionnent admirablement. Ils sont drôles et charismatiques. Si cette douce caricature est appréciable au début de la série, elle peut s’avérer agaçante au fil des épisodes. Cela dit, la série reste élégante (peut-être grâce à nos personnages britanniques) et ne tombe pas dans la boutade facile.

Le décalage est donc immense entre les acheteurs américains et les créateurs britanniques. Autant dire qu’Episodes se moque par conséquent du système dans lequel elle évolue. Mais qu’importe, la série fonctionne et semble pour l’instant connaître un certain succès aux Etats-Unis malgré le pied de nez qu’elle fait à ses propres financeurs. Mais attention, vous êtres aussi prévenu: cette série se regarde en V.O. L’humour de cette série né souvent de la confrontation des accents. elle perdrait dès lors en subtilité avec un doublage français! D’autant plus que l’accent britannique reste toujours agréable à écouter.

Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
  S’abonner  
Me notifier des