Ingrid Bergman poursuit son aventure cinématographique avec dans DOLLAR (1938), une autre adaptation d’une pièce de Hjalmar Bergman, après Les Swedenhielm. Dans ce film, l’actrice montre une toute autre personnalité en interprétant une femme jalouse, peste et au fort tempérament. Elle tient enfin l’affiche du film, aux côtés de trois acteurs et deux actrices. Le physique de ces dernières s’avère relativement proche de celui d’Ingrid Bergman ; des femmes grandes et blondes habillées de longues robes noirs. Pourtant, Ingrid Bergman parvient à se distinguer et à accaparer l’attention du spectateur. Grâce à Molander d’une part, qui dans certains détails de ses costumes la rend plus singulière. Et d’autre part grâce au caractère de son personnage qui n’a pas sa langue dans sa poche.

Dans DOLLAR, qui raconte l’histoire de trois couples qui remettent en cause la fidélité de leur partenaires respectifs, elle interprète Julia, compagne de Kurt. Le micmac général se résume ainsi : Sussi soupçonne Louis d’aimer Julia (et réciproquement), qui elle, imagine Kurt préférer Katia à elle, tandis que le compagnon de cette dernière, Ludvig, se montre particulièrement proche de Sussi. Une série de croisements amoureux entre amis pour le moins complexes, justifiés par des facilités scénaristiques.

Photo du film DOLLAR

Bien que le scénario de DOLLAR soit relativement brouillon et doté de certaines facilités dans sa conclusion, Molander et – tout deux scénaristes du film – ont le mérite de proposer une vraie profondeur aux personnages. Une psychologie forte et des antécédents qui permettent de comprendre pourquoi chaque couple bat de l’aile. On apprendra en effet que Louis et Sussi, depuis la perte de leur jeune enfant, ne sont plus les mêmes. Ou que Kurt et Julia dorment depuis longtemps dans des chambres séparées et s’agressent à longueur de journée. C’est le couple le plus au bord du gouffre mais dont l’évolution du film révèlera une simple difficulté à communiquer sainement.
Enfin, derrière ces problèmes de couples, le film pose le problème du rapport à l’argent – évidence du titre. Une dette de jeux de Louis mènera Julia à lui prêter de l’argent, tandis que Kurt éprouvera des difficultés dans ses investissements boursiers. DOLLAR montre ainsi une série de malentendus, de doutes et un certain manque de confiance envers son partenaire, liés au domaine financier.

« Ingrid Bergman parvient à se distinguer et à accaparer l’attention du spectateur. »

Dans ce qui est toutefois une gentille comédie-romantique-dramatique – dont la part comique reste tout de même très effacée -, Molander se contente finalement d’assez peu. Sans être particulièrement marquant dans aucun point, DOLLAR a au moins le mérite de divertir agréablement. Le réalisateur, à défaut d’offrir une vraie proposition de mise en scène, privilégie le jeu de ses acteurs pour porter son film. Ces derniers disposent d’une certaine liberté dans leurs mouvements – de la même manière que dans Les Swedenhielm. Et finalement à ce jeu c’est bien Ingrid Bergman qui s’en sort le mieux. Avec le caractère explosif de son personnage, l’actrice se déplace constamment dans tout l’espace qui lui est offert et Molander la suit attentivement avec sa caméra. Son expérience dans le théâtre, qui précède DOLLAR, se fait sentir. Elle surprend dans l’énergie dégagée et sa manière de passer d’une colère à une forme d’ironie dans les méchancetés gratuites qu’elle peut envoyer à chacun. Dans ces dialogues de jeune effrontée, Ingrid Bergman nous montre tout un potentiel comique, qu’on ne verra au final qu’assez peu dans sa carrière.

Suivre @PSiclier

INFORMATIONS

DVD du film DOLLAR

Titre original :
Réalisation : Gustaf Molander
Scénario : Gustaf Molander, Stina Bergman
Acteurs principaux : Ingrid Bergman, , ,
Pays d’origine : Suède
Sortie : 1938 – sortie DVD 4 novembre 2015
Durée : 1h15
Editeur : M6 Vidéo
Synopsis : Trois couples mariés partent au ski ensemble. Lors d’une excursion en montagne, une américaine trouble l’équilibre du groupe, causant conflits et jalousies.
Nombre de disque(s) : 1 (en coffret 9 DVD)
Format image : 1.37 – compatible 16/9 – DVD 5 – PAL
Couleur : noir et blanc remasterisé
Format son : Version originale 2.0
Sous-titres : Français
Compléments :

BANDE-ANNONCE