Fuyant ses échecs personnels, Robert est venu s’installer dans une petite ville. Il trouve un étrange dérivatif à sa solitude en épiant quotidiennement une jeune femme de son quartier. Mais lorsque Jenny le surprend, sa vie bascule…

Note de l’Auteur

[rating:4/10]

Date de sortie : 19 août 2009
Réalisé par Jamie Thraves
Film américain, anglais
Avec Julia Stiles, Paddy Considine, Karl Pruner
Durée : 1h39min
Titre original : Cry Of The Owl
Bande-Annonce (VO) :

Le slogan annonce : “Un thriller haletant dans la lignée de Fenêtre Secrète. Sauf que voilà, il y a un peu tromperie sur la marchandise.
Le thriller est bel et bien présent sauf qu’il met un temps fou à s’installer. La lenteur de l’action au début du film est telle qu’on en arrive à trouver le temps long, pas très bon démarrage. Haletant est par défaut synonyme d’oppression et encore une fois pas grand chose d’étouffant, on pourrait cependant davantage parler d’un suspense malheureusement digne d’un téléfilm diffusé les après-midi.
Et si on pense que Paddy Considine est relativement bon dans ce film, la ressemblance ou la carrure – de près ou de loin – avec Johnny Depp s’arrête là. Ce dernier est dix fois plus crédible dans son rôle que peut l’être le premier rôle du Cri Du Hibou. Nous ne ferons pas l’affront de parler du scénario ou du suspense du film de David Koepp.
Dommage pour cette adaptation du roman de Patricia Highsmith à qui l’on doit, entre autres, les oeuvres de L’Inconnu Du Nord-Express, L’Ami Américain ou Le Talentueux Mr. Ripley.

Le point de départ est bon : Un homme en plein divorce, subissant donc une certaine pression et un certain bouleversement mental, se voit dépérir de jour en jour jusqu’à ce qu’il trouve un passe-temps un peu curieux, jouer au voyeur auprès d’une femme non loin de sa maison.
Le fait que cette dernière le surprend un soir pourrait donner maintes suites toutes plus bonnes les unes que les autres sauf que voilà, cette suite-ci ne prend pas trop.
Non pas que la réalisation du film soit mauvaise, non pas que les acteurs soient mauvais – Paddy Considine est d’ailleurs très bon dans ce rôle et Julia Stiles a quelque chose d’envoûtant – mais le déroulement même de l’action nous fait décrocher assez vite malgré l’intérêt d’un script qui aurait pu être arrangé d’une autre manière afin de rendre le tout un peu plus crédible.
On se plaît à constater que ce remake du film du même nom de Claude Chabrol – avec Christophe Malavoy et Mathilda May – en serait presque une pâle copie. Presque.

On souhaiterait, on aimerait tant rentrer davantage dans le jeu, prendre parti pour cet homme qui subit tant d’injustices, tant de tracas dans un si court laps de temps. Sauf qu’il y a quelque chose qui ne va pas.
On sort du film finalement assez fatigué et avec un léger regret de le voir se terminer de cette manière alors qu’il y avait bien plus à dire. A quand Le Cri Du Hibou 2 ?
Trêve de plaisanteries, Jamie Thraves réalise ici un film qui n’aboutit à rien de transcendant et dont l’angoisse et le suspense frisent avec le zéro. Ce qui est dommage car encore une fois l’idée de départ était là, les acteurs étaient présents également – le duo Paddy Considine / Julia Stiles s’était déjà rencontré dans La Vengeance Dans La Peau en 2007 – restait le plus compliqué : en faire un long-métrage digne de ce nom. Raté.