Présenté parmi les séances spéciales du dernier Festival de Cannes, LES GENS DU MONDE est de ces documentaires qui ont une véritable valeur, une utilité sans conteste. Et ce, peu importe son bord politique et/ou la presse qu’on lit. Si bien évidemment, le nouveau film de Yves Jeuland (LE PRESIDENT, PARIS A TOUT PRIX) pose un regard fort sympathique sur la rédaction du journal Le Monde (qui fête cette année ses 70 ans), le tout n’est pas pour autant dénué d’analyse ou d’esprit critique. En suivant pendant plusieurs semaines le service politique au moment de la dernière élection présidentielle, le documentaire met en avant la proximité avec les politiques des journalistes, mais également l’importance plus que croissante des réseaux sociaux dans nos vies et la nécessité d’être rapide à un moment où il serait parfois plus préférable de prendre son temps avant de balancer une info.

Pour marquer cette dualité, le réalisateur nous montre à voir deux générations de journalistes. Didier Pourquery, Raphaëlle Bacqué, Ariane Chemin et Arnaud Leparmentier incarnent ici une vision du journalisme plus old school, plus réfléchie, où chaque mot imprimé ou diffusé sur Internet est pensé, pesé. Où être journaliste rime avec profonde réflexion car, au-delà de l’information qui sera donnée aux lecteurs, il y a la volonté de suivre une ligne éditoriale, de respecter ses valeurs personnelles et en même temps de faire son travail, d’enquêter. Face à cela, Caroline Monnet, David Renault d’Allonnes et plus particulièrement Thomas Wieder et Nabil Wakim incarnent une forme de journalisme plus jeune. Celle qui est davantage connectée, qui vit quotidiennement avec les réseaux sociaux, qui a conscience de l’impact possible d’un simple tweet, qui connaît la valeur d’une photo postée pour le Live. Bref, une génération certainement plus proche de nous mais qui a le même souci d’efficacité que l’autre.

Unifrance

Unifrance

Avec la campagne présidentielle de 2012 comme fond, Yves Jeuland dresse le portrait d’un métier sujet à de profondes mutations, à de véritables réflexions. Principalement à cause de la baisse des ventes de l’édition papier. Une chose soulignée par l’un des journalistes qui affirme, et à juste titre: « Dans ma génération, personne n’achète Le Monde (papier). Personne, personne, personne. » De ce fait, LES GENS DU MONDE permet de représenter l’émergence d’un journalisme web de toute aussi bonne qualité, mais malheureusement encore trop sous-estimé. Et ce journalisme est visible ici et là grâce à la personne de Nabil Wakim qui, grâce à des phrases souvent lancées à la volée, prouve à tous qu’être jeune et continuellement connecté ne signifie pas que l’on fait un travail moins abouti ou réfléchi.

”Un documentaire fort intéressant et pertinent, tant dans sa forme que son propos.”

Sur la forme, c’est avant tout le montage qui donne du sens au film. Entre les scènes en extérieur, sur le terrain, et celles dans les couloirs et autres open space du boulevard Auguste Blanqui, le spectateur a droit à tout le spectre du journal, à une grande partie de son processus de fabrication. Rien ou presque ne lui est caché. Même pas les conversations téléphoniques un poil absurdes, les réunions où chacun exprime sa pensée sur la dernière Une ou encore les remarques à peine murmurées mais fortement éclairantes sur « qu’est-ce qu’être journaliste aujourd’hui? » On regrettera bien évidemment le fait que le film ne montre que le service politique du journal de Hubert Beuve-Méry bien que, scénaristiquement parlant, cela ait un sens certain.

Unifrance

Unifrance

Sans se lancer dans de grandes réflexions théoriques sur le journalisme et l’art d’enquêter au 21ème siècle, LES GENS DU MONDE est un documentaire fort intéressant et pertinent, tant dans sa forme que son propos. Sans porter de jugement sur telle ou telle figure politique ou journaliste, il montre à voir une manière de penser propre à un journal mondialement reconnu. Ni plus, ni moins. Et a ceux qui soulèveraient le manque de rythme du tout, nous leur répondrons qu’être journaliste n’a jamais signifié foncer tête baissée à la recherche d’une info ou d’un bon papier, dans le but de donner de longues scènes de course-poursuite.

CASTING
Titre original : Les Gens du Monde
Réalisation : Yves Jeuland
Scénario : Yves Jeuland
Acteurs principaux : Didier Pourquery, Abel Mestre, Thomas Wieder, Raphaëlle Bacqué, Ariane Chemin et Arnaud Leparmentier, Caroline Monnet, David Renault d’Allonnes, Nabil Wakim
Pays d’origine : France
Sortie : 10 SEPTEMBRE 2014
Durée : 1h22mn
Distributeur : Rezo Films
Synopsis : Alors que la presse doit faire face aux grands bouleversements que représentent l’arrivée des blogs, tweets et autres révolutions du web, ce film propose une plongée au coeur du travail des journalistes du service politique du Monde, lors de la campagne électorale de 2012. Dans la rédaction comme sur le terrain, nous assistons ainsi aux débats qui traversent le grand quotidien du soir. Spectateurs privilégiés des oppositions et des tensions de la rédaction, nous partageons aussi l’enthousiasme et les fous rires des journalistes, la fatigue et les doutes, le quotidien du quotidien. Le portrait d’un métier en profonde mutation dans un des titres les plus prestigieux de la presse mondiale, qui s’apprête à fêter ses soixante-dix ans.
BANDE-ANNONCE