C

élèbre comic book ayant engendré pas moins de 4 séries télévisées (dont une live) et une série de 5 films composés d’une trilogie live, d’un film et téléfilm d’animation, les fameuses TORTUES NINJA sont aujourd’hui les nouvelles victimes de la tout aussi connue «fièvre du remake» qui sévit dangereusement à Hollywood et qui ne semble pas prête de s’arrêter. Reboot de la franchise ciné amorcée en 1990 par Steve Barron, ce 6e film intitulé NINJA TURTLES a été réalisé par le sud-africain Jonathan Liebesman (WORLD INVASION – BATTLE LOS ANGELES) et produit entre autres par Michael Bay (TRANSFORMERS 4).

Comics, cinéma, télévision, tout le monde a fini par succomber aux charmes des Tortues Ninja et ce peu importe le support choisi. Comme l’a expliqué le réalisateur, ce reboot avait vocation de satisfaire les fans de la première heure tout en attirant un nouveau public. Les chiffres du box-office semblent confirmer cette volonté puisque le film est parvenu à cumuler outre-Atlantique près de 118 millions de dollars en seulement deux semaines d’exploitation. Un véritable succès commercial qui en revanche a été accueilli froidement par la critique. Et pour avoir visionné le film à notre tour, on a fini par comprendre pourquoi.

Tout d’abord le scénario n’est clairement pas à la hauteur, aucun effort n’a réellement été fourni afin d’apporter un véritable second souffle aux aventures des Tortues Ninja. Bien que le film tente de nous éclairer sur leurs origines et de leur lien prématuré avec April O’Neil (Megan Fox, aussi omniprésente que superficielle), l’ensemble reste plutôt convenu, cède à pas mal de facilités et se retrouve donc incapable de proposer quelque chose de vraiment fulgurant. Et le plus rageant dans l’affaire est que le script est signé de la plume d’André Nemec et Josh Appelbaum, autrement dit les scénaristes de MISSION IMPOSSIBLE – PROTOCOLE FANTÔME !

On ne s’attendait bien évidemment pas à un thriller d’espionnage sophistiqué avec NINJA TURTLES, mais il était pleinement légitime d’attendre une aventure beaucoup plus prenante et aboutie. En réalité, le seul élément qui parvient quelque peu à sauver le scénario est son humour qui fait mouche grâce a ses répliques et situations cocasses, ses références cinéphiles et à la pop-culture et surtout au personnage de Michelangelo qui est LA star du film.
La fratrie reptile en elle-même n’a rien perdu de son capital sympathie et l’on finit très facilement par s’attacher au déjanté Mikey, au rebelle Raphael, au geek Donatello et au sage Leonardo même si ce dernier est injustement en retrait alors qu’il est censé être le leader du groupe. Bien recrées grâce a des effets spéciaux réussis et bénéficiant chacun d’un trait de caractère clairement identifiable, ces deniers nous promettent (sou)rires et moments de bravoure.

© Paramount Pictures France

© Paramount Pictures France

Quand un blockbuster bénéficie d’une histoire inconsistante ou clichée, il réside un petit espoir, celui que le réalisateur rehausse le niveau grâce à un spectacle visuel de qualité. Et même sur ce point là le défi n’est pas totalement relevé. En effet malgré une séquence ludique et dynamique sur une (très) longue montagne enneigée, Jonathan Liebesman éprouve de sérieux problèmes à mettre en scène l’action. L’équipe de tournage dit s’être inspiré des films THE RAID et FIST OF LEGEND pour concevoir les scènes d’action. Autrement dit deux longs-métrages qui nous ont asséné en pleine face quelques unes des meilleures scènes d’arts martiaux vues au cinéma, ce qui est loin mais alors très loin d’être le cas pour NINJA TURTLES qui propose plutôt aux spectateurs des affrontements mollassons et courts de surcroît. On a cette sale impression d’avoir affaire à un film PG qui s’auto-censurerait et couperait court à de belles tentatives de peur de demeurer trop violent, notamment en rendant l’ensemble un peu brouillon.

” Une sympathique déception ”

De par la mise en scène de Liebesman, le rendu visuel du film est terriblement vidéo-ludique. En abusant de petits plans-séquences, de dutch angles ou encore de ralentis, la majorité des scènes d’action du film ressemblent à des cinématiques de jeu-vidéo où pour faire passer le temps, le réalisateur bougerait le joystick dans tous les sens histoire de patienter et découvrir le niveau sous différents angles de vues. Sauf que ce n’est pas une manette qu’il possède entre les mains mais bien une caméra qui malheureusement se dandine un peu trop et comme dit plus haut, les techniques des personnages ne sont pas complètement maîtrisées. Quelques plans vraiment bien pensés et autres minis-combos intéressants finissent éclipsés par la caméra en roue libre du réalisateur. Terminons en évoquant l’adversaire emblématique de nos tortues, j’ai nommé l’impitoyable Shredder. Reboot oblige ce dernier possède une nouvelle armure dernier cri, sorte de croisement entre l’Autobot Drift et le Samouraï d’Argent avec option couteau-suisse. Ça à l’air chelou dit comme ça mais le lascar dégage beaucoup de classe il faut l’avouer. Un bad guy visuellement stylé à défaut cependant d’être menaçant, oppressant ou charismatique. L’impression de surpuissance est vite éclipsée lorsqu’on le voit à l’action car il lui manque des combos à lui aussi.

© Paramount Pictures France

© Paramount Pictures France

Une sympathique déception. Voila comment l’on qualifiera ce NINJA TURTLES: écrit avec paresse et filmé avec un étrange déchaînement, le film aura tout de même eu le mérite de nous amuser franchement et de nous rappeler à quel point on tient à ces petites carapaces. A défaut de nous avoir brutalement dégoûté des Tortues Ninja, on a plutôt envie de revisionner leur vieille série TV, en souvenir du bon vieux temps. Mais vu le succès commercial de ce reboot, une suite est d’ores-et-déjà prévue pour sortir aux Etats-Unis pour le 3 juin 2016. L’honneur sera t-il sauvé ? Wait and see…

CASTING
Titre original : Teenage Mutant Ninja Turtles
Réalisation : Jonathan Liebesmann
Scénario : Josh Appelbaum, André Nemec, Evan Daugherty
Acteurs principaux : Megan Fox, Will Arnett, Alan Ritchson, Noel Fisher, Johnny Knoxville, Jeremy Howard, Tohoru Masamune
Pays d’origine : Etats-Unis
Sortie : 15 octobre 2014
Durée : 1h40
Distributeur : Paramount Pictures France
Synopsis : Tenez-vous prêts : quatre héros de légende vont bientôt faire parler d’eux à New York…
Leonardo, le leader, Michelangelo, le beau gosse, Raphael, le rebelle et Donatello, le cerveau, vont tout faire pour défendre la ville de New York, prise entre les griffes de Shredder. Entre deux dégustations de pizzas (sans anchois, bien sûr) et un entraînement intense aux arts martiaux, prodigué par leur maître Splinter, ils vont accomplir leur destin, aidés par la courageuse reporter, April O’Neil.
BANDE-ANNONCE
Print Friendly, PDF & Email

2
Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Bastien Recent comment authors
  S'abonner  
Récents Anciens Populaires
Notifications :
Bastien
Invité
Bastien

Salut,

Je suis certain que ce nouveau film fera un carton dès sa sortie. Rien qu’à
la bande-annonce, on s’aperçoit qu’un gros travail a été fait.

Au revoir

Bastien
Invité
Bastien

Salut,

Je suis certain que ce nouveau film fera un carton dès sa sortie. Rien qu’à
la bande-annonce, on s’aperçoit qu’un gros travail a été fait.

Au revoir

[critique] NINJA TURTLES

2