Bientôt 3 ans que la loi sur le mariage pour tous a été promulguée. Cette grande avancée de la société a été entourée de vifs débats qui ont divisé la France pendant presque un an. LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON, documentaire d’Etienne Chaillou et Mathias Théry en salle le 6 avril, revient sur cette période houleuse avec un éclairage inédit à la fois extrêmement ludique et drôle.

Pour leur documentaire, Etienne Chaillou et Mathias Théry ont pu compter sur une alliée de poids. En effet Mathias Théry n’est autre que le fils d’Irène Théry, sociologue renommée et spécialisée dans la famille. Alors que les débats font rage dans le pays, cette dernière est amenée à partager son expertise, que ce soit avec le gouvernement ou sur les plateaux télés. C’est donc naturellement que le duo de réalisateurs entreprend de la suivre et d’en faire le personnage central de leur documentaire en gestation. Au moment où ils s’engagent dans cette voie, ils n’ont aucune idée de la bataille que l’adoption du mariage pour tous va être. Le film retrace donc 9 mois de combat, de la promesse de François Hollande aux premiers mariages homosexuels.
Un documentaire d’utilité publique qui mériterait d’être vu par le plus grande nombre, ne serait-ce que pour la portée historique du fait qu’il traite et dont on regrette la distribution dans seulement une poignée de salles, pour le moment.

photo la Sociologue et l'Ourson

© Quark Productions

Le premier bon point de LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON réside dans le fait de présenter le documentaire plus de deux ans après les événements et d’avoir ainsi pu prendre le recul nécessaire au traitement des faits. Une mise en perspective renforcée par le deuxième très bon point du documentaire : sa mise en scène. Comme l’expliquait Mathias Théry lors d’une avant-première, les explications de sa mère n’étaient jamais aussi limpides que quand ils avaient une conversation mère-fils et non sociologue-réalisateur. Etienne Chaillou et Mathias Théry ont alors l’idée d’enregistrer ces discussions téléphoniques et d’en faire la bande son du documentaire. Les propos sont eux illustrés à l’aide d’oursons et de jouets, donnant lieu à une pantomime touchante et terriblement efficace. On retiendra particulièrement l’illustration émouvante de la vie des aïeux d’Irène Théry ou encore la reconstitution des débats de l’Assemblée.

Sur le papier cela peut paraître incongru mais le pari des réalisateurs est remporté haut la main. Car ce procédé n’amenuise en rien la cause, et va même jusqu’à en impacter plus efficacement le spectateur. Mariage hétéro, homo, filiation, adoption, PMA, GPA, tout y passe sans qu’on ait le temps de s’ennuyer. L’utilisation de ces scénettes animées rythme efficacement le film et ajoute une touche d’humour non négligeable. Pour autant, ici pas de décrédibilisation en vue, bien au contraire. Ces oursons font corps avec le propos et illustrent simplement les faits de l’histoire qui nous est racontée. L’histoire de l’évolution de notre société à travers les mutations du mariage et du rapport à la famille, et cela depuis plusieurs générations. LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON rappelle ainsi, à ceux qui l’auraient oublié, que le mariage tel qu’on le conçoit au XXIème siècle n’a aucun rapport avec celui célébré au XIX siècle.

“Les propos sont eux illustrés à l’aide d’oursons et de jouets, donnant lieu à une pantomime touchante et terriblement efficace.”

Grâce au talent des marionnettistes, Irène Théry devient donc un ourson (tout comme son fils et son mari), les journalistes, des oiseaux, et Christiane Taubira, une tigresse… Cet ingénieux stratagème donne ainsi plus de clarté aux événements car en dépossédant les protagonistes de leur représentation physique, Etienne Chaillou et Mathias Théry dépassionne le débat pour ne laisser à entendre que l’essentiel. Le tout est entrecoupé de séquences « réelles » et emblématiques du débat, filmées tant sur les plateaux de télévision, qu’à l’Assemblée Nationale ou même dans les manifestations d’opposants, Frigide Barjot en tête.

Pourtant cela serait très réducteur de ne résumer LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON qu’à un documentaire montrant les affrontements autour de la loi du mariage pour tous ; car ce qui touche également, c’est que ce film retraçant une avancée historique, est aussi et avant tout une histoire de famille et par là même une histoire d’amour. Au travers des images c’est bien de l’amour et beaucoup de respect que l’on sent, notamment dans les échanges mère-fils. Un bel hommage que Mathias Théry rend à sa mère et à son travail. Une façon quelque part de ramener le débat au cœur d’un sentiment qu’il n’aurait jamais dû quitter : l’amour.

Fanny Dutriez

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?

INFORMATIONS

la sociologue et l'ourson

Titre original : LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON
Réalisation : Etienne Chaillou, Mathias Thery
Scénario : –
Voix : Irène Théry
Pays d’origine : Français
Sortie : 6 avril 2016
Durée : 1h18min
Distributeur : Docks 66
Synopsis : De septembre 2012 à mai 2013, la France s’enflamme sur le projet de loi du Mariage pour tous. Pendant ces neuf mois de gestation législative, Ia sociologue Irène Théry raconte à son fils les enjeux du débat. De ces récits nait un cinéma d’ours en peluches, de jouets, de bouts de cartons. Portrait intime et feuilleton national, ce film nous fait redécouvrir ce que nous pensions tous connaître parfaitement : la famille.

BANDE-ANNONCE

Laisser un commentaire

Please Login to comment
avatar
  S'abonner  
Notifications :

[CRITIQUE] LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON

0