adapte ses classiques en film live-action, ce n’est plus un secret. Après Maléfique, Cendrillon, Le Livre de la Jungle, La Belle et Bête, Peter et Eliott le Dragon, Dumbo, Aladdin, c’est au tour de la plus célèbre des sirènes de se voir adapter à l’écran.

Chacun son tour. Disney remet au goût du jour ses plus grands films d’animation. Alors que le Roi Lion (Jon Favreau) sort en salles dans quelques jours et que le Mulan de Niki Caro vient de dévoiler sa première bande-annonce, c’est désormais le 28e classique d’animation de la firme aux grandes oreilles qui a droit à nouveau souffle.

LA PETITE SIRÈNE (1989) de Ron Clements et John Musker est donc le prochain sur la (longue) liste des futurs projets en production. Réalisé par – qui s’est déjà occupé du Retour de Mary Poppins (2018) et de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence (2011) -, le film est prévu en salles pour 2020. L’histoire, inspirée du conte de Hans Christian Andersen de 1836, on la connait tous : une jeune sirène du nom d’Ariel se voit interdire par son père, l’accès à un monde inconnu. Le monde des humains. Malheureusement, la petite sirène va croiser la route d’Ursula avec qui elle va passer un irréfléchi et diabolique pacte. Conte d’Andersen qui, avait à l’origine droit à une autre version en live-action produite Universal et réalisé par Sofia Coppola. Une version plus sombre qui fût annulée après quelques tests. Le rendu des réelles images sous-marines étant trop difficiles à obtenir et ne correspondant pas forcément aux attentes de la production.

Walt Disney Pictures - Rich Polk/Getty Images for The Recording Academy

Walt Disney Pictures – Rich Polk/Getty Images for The Recording Academy

Mais qui pour interpréter cette iconique princesse de Disney ? La réponse apportée depuis peu par la production américaine agite les réseaux sociaux. La chanteuse de R&B noire américaine , 19 ans, va incarner la princesse Ariel dans cette prochaine adaptation en prise de vues réelles. Petite protégée de Beyoncé (qui interprète la voix off de Nala dans la version originale du Roi Lion), la jeune fille a tapé dans l’œil du réalisateur qui a loué son «rare mélange de caractère, de cœur, de jeunesse, d’innocence et d’épaisseur, sans compter une voix ravissante».

L’encre coule depuis l’annonce de l’actrice choisie. Alors que Disney avait déjà dû « foncer la peau » de la princesse Tiana dans Ralph 2.0 l’an dernier suite à de vives critiques, c’est désormais toute une polémique qui s’articule autour de la nouvelle sirène. Selon certains internautes, une actrice noire ne peut interpréter ce personnage sous peine de casser le mythe du dessin animé d’origine. Des réflexions pratiquement voir totalement racistes au point que le hashtag #NotMyAriel est rapidement monté dans les tendances sur Twitter. Face à ces attaques, la jeune chanteuse a pu néanmoins compter sur le soutien de nombreux internautes et personnalités comme Mariah Carey ou Halle Berry.

Les mémoires sont courtes. Halle Bailey n’est pas la première femme noire à incarner une princesse Disney, puisqu’en 1997 déjà, Disney avait choisi la chanteuse Brandy pour jouer le rôle de Cendrillon dans le La légende de Cendrillon de Robert Iscove. Espérons que la polémique s’essouffle vite, de tels débats ne devraient même pas avoir lieu en 2019.

Quant au reste du casting, on sait déjà que dernièrement à l’affiche de Ma Vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan prêtera sa voix à Polochon et que l’actrice doublera la mouette Eureka. Si certaines rumeurs ont d’ailleurs annoncé comme favorite pour le rôle de la méchante Ursula après son succès avec A Star Is Born l’an passé, c’est désormais le nom de qui semble le plus probable pour devenir la célèbre sorcière aux tentacules de pieuvre.

Concluons sur les mots de Disney, qui par l’intermédiaire de sa chaîne Freeform, répond au mauvais buzz suite à l’annonce du casting : « Si, après tout ce que l’on a dit, vous ne pouvez pas vous faire à l’idée que le choix de la sensationnelle, incroyable, talentueuse et magnifique Halle Bailey est un mauvais choix de casting parce qu’elle « ne ressemble pas à celle du dessin animé », oh… nous avons une mauvaise nouvelle pour vous. »

Robin Goffin