Voici le palmarès complet des César 2009, qui s’est tenu hier soir :

Meilleur film : Séraphine de Martin Provost
Meilleure actrice : pour Séraphine de Martin Provost
Meilleur acteur : Vincent Cassel pour Mesrine de Jean-François Richet
Meilleur réalisateur : Jean-François Richet, Mesrine

Meilleur Espoir Féminin : Déborah François pour
Meilleur Espoir Masculin : pour Le Premier Jour Du Reste De Ta Vie
Meilleure actrice dans un second rôle : dans Il Y A Longtemps Que Je T’Aime
Meilleur acteur dans un second rôle : dans

Meilleur film étranger : Valse Avec Bachir d’Ari Folman (Israël)
Meilleur Premier Film : Il Y A Longtemps Que Je T’Aime de
Meilleur Film Documentaire : Les Plages D’Agnès réalisé par Agnès Varda
Meilleure Adaptation : , , Robin Campillo pour Entre Les Murs de Laurent Cantet
Meilleur Scénario Original : Martin Provost, Marc Abdelnour pour Séraphine de Martin Provost
Meilleur Court-Métrage : Les Miettes réalisé par
Meilleur Montage : Sophie Reine pour Le Premier Jour Du Reste De Ta Vie
Meilleur Son : Jean Minodo, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loïc Prian, François Groult et Hervé Buirette pour Mesrine
Meilleurs Costumes : Madeline Fontaine pour Séraphine
Meilleure Photo : Laurent Brunet pour Séraphine
Meilleure Musique Ecrite pour Un Film : Michael Galasso pour Séraphine
Meilleurs Décors : Thierry François pour Séraphine

César d’honneur :

1
Laisser votre avis

Veuillez vous connecter pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
eFBe Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Le plus récent Le plus ancien Le plus populaire
Me notifier des
eFBe
Invité

En dehors du palmarès, ce qui a retenu mon attention, particulièrement, c’était l’absence heureuse de récompense pour « Bienvenue chez les Ch’tis ».
Je n’ai rien contre les comédies populaires, mais réclamer une nomination en s’appuyant sur le nombre d’entrée ou les recettes engrangées par le film montre l’absolue incompréhension du réalisateur : les césars ne récompensent pas des films rentables, mais de bons films. BCLCh’tis n’en fait pas partie.