ALICE IN BORDERLAND, le Tokyo infernal 2.0 – Critique

Jouer ou mourir, bienvenue dans l’univers quelque peu glaçant de la nouvelle production Netflix, Alice in Borderland. Série haletante et innovante, cette adaptation du manga populaire du même nom créé par Haro Asō se distingue clairement sur la plateforme américaine et n’a pas uniquement convaincu que les fans du livre…

Pas facile de se faire une place dans une ville comme Tokyo en étant jeune et sans forcément beaucoup d’ambition. Arisu, Karube et Chôta semblent oublier leurs problèmes seulement lorsqu’ils sont réunis. C’est en s’amusant comme des enfants, en plein centre de la ville de Tokyo, qu’ils vont basculer dans un monde secondaire, un Tokyo parallèle totalement désert.

Bonjour les joueurs, le jeu va bientôt débuter. Tel est le message affiché sur les écrans géants présents dans la ville à la tombée de la nuit. Ainsi commence pour les trois amis une série de jeux macabres, unique moyen de vivre dans cette arène numérique infernale.

Si le nom de la série est tiré d’ Alice aux pays des merveilles, dont les scénaristes ont distillé quelques références discrètes, ce monde n’a rien d’idyllique et féerique. Le Borderland est un monde sadique et extrême qui laisse place à l’excentricité, la violence, la luxure. Certains joueurs voient dans cet univers une possibilité de recommencer une nouvelle vie, inverser la hiérarchie et de faire souffrir au lieu de souffrir. Car dans une réalité dystopique comme celle-ci, difficile de rester soi-même et de ne pas finir malsain comme le sont les jeux auxquels doivent participer les joueurs.

“ La vie est un long jeu pathétique auquel jouer est inévitable.”

                                                                                              Haro Asō

Malgré le genre alliant suspense, action et horreur pouvant en dissuader certains, l’ensemble est très bien ficelé. Les jeux sont autant interactifs pour les joueurs que pour les spectateurs qui y prennent part, découvrent en même temps que les personnages, les énigmes, les défis à relever et les solutions. De ce fait, cette immersion totale crée une dynamique incessante tout au long des épisodes, non sans apporter tensions et questionnements autour de ce monde mystérieux. On est captivés et on veut poursuivre l’aventure avec les joueurs, qui eux n’ont pas le choix, contrairement à nous.

Quel plaisir de découvrir une série non remodelée à la sauce américaine. Après un bref regard sur le descriptif de la série, on pourrait se dire : encore un énième produit pour ados, qui reprend simplement les fondements de Hunger Games ou même de Battle Royale, une série pour laquelle Netflix recycle sa même recette. Heureusement, les Japonais ont très souvent l’habitude de surprendre et passer outre ces codes dans leur cinéma et aussi dans leurs séries. Car finalement, en trouvant un équilibre entre réalisme et fantastique, sentimentalisme et perversion, on obtient un objet sériel réussi et très addictif. Seul éventuel petit bémol, on pourrait reprocher un jeu des acteurs parfois exagéré qui peut déplaire, surtout chez les non adeptes du cinéma japonais.

A l’image de la bande dessinée Seuls dont l’adaptation au cinéma reste bien fade, les personnages de ALICE IN BORDERLAND évoluent dans un monde identique à celui dans lequel ils ont vécu auparavant. Identique mais vide. Un Tokyo désert, visuellement impressionnant, dont on découvre toutes les facettes par les décors, les lieux et les différentes arènes de jeux. Cette culture japonaise se retrouve également via les personnages et surtout leurs histoires, leurs vies antérieures, plus ou moins ancrées dans les traditions du pays. Et ainsi, en découvrant les personnages plus en profondeur, on les comprend, on s’y attache plus ou moins et on se dit finalement qu’il y a une bonne raison à ce qu’ils se retrouvent dans ce monde d’expiation.

Erreurs, traumatismes, solitude, addiction, les personnages donnent à la série une portée presque existentielle. ALICE IN BORDERLAND offre un abord psychologique de ses personnages principaux. Quête d’identité et quête de soi-même, ce monde peut interroger sur la condition Humaine. Une exploration anthropologique dans laquelle les personnages testent leur volonté de vivre. Quoi qu’il en soit, ces théories et questions restent en suspens. Mais en exhibant amour, amitié, confiance et remords, il est certain que le Borderland est un monde qui dépasse le statut simpliste d’arène de divertissement où la violence est gratuite. On espère simplement que la prochaine saison nous donnera davantage de réponses…

Paul GREARD

Votre avis ?

Note lecteurs0 Note
Titre original : 今際の国のアリス, Imawa no kuni no Arisue
Créateur.rice.s : Haro Asō
Acteurs : Kento Yamazaki, Tao Tsuchiya, Tsuyoshi Abe, Yûki Morinaga, Keita Machida, Ayame Misaki
Date de sortie : Décembre 2020
Durée des épisodes : 50 minutes
4
Réussi

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
Ryan Gosling et Chris Evans devant la caméra des frères Russo pour Netflix