Dans un coin reculé de la campagne anglaise vivent un fermier, son chien Bitzer, un troupeau de moutons et trois cochons. Dans un décor fabriqué en mousse et en plastique, c’est la vie débridée de cette petite communauté, que l’on suit au travers de la série SHAUN LE MOUTON (en anglais, Shaun The Sheep). Chaque épisode amène son lot de problèmes technologiques (quad, éolienne, ordinateur) ou fermiers (tonte, lavage, problèmes vétérinaires). On se régale des confrontations entre les différents animaux, du bouc affamé au taureau fou. Tout est prétexte à loufoqueries et situations rocambolesques inimaginables. En leur prêtant des caractéristiques humaines (bricolage, espionnage, sport, etc…) les ovidés paraissent souvent plus doués et intelligents que leur maître. On peut alors, à notre grande surprise, s’identifier…à des moutons !

shaun-the-sheep-hd-wallpaper-5

Shaun est le leader incontesté du troupeau: c’est le seul qui possède une intelligence digne de ce nom ! Précédemment aperçu dans le court métrage Rasé de près (Nick Park, 1995), il est le cerveau de la bande, entre McGyver, James Bond et Ronaldo. Son esprit s’oppose à celui des autres moutons, beaucoup plus basic. Le fermier est quant à lui ridicule, bourru, presque aveugle (il porte sur le nez des « culs de bouteille » !). Son chien Bitzer se retrouve souvent responsable du troupeau. Dépassé par les évènements, il finit toujours –ou presque- par s’en remettre à Shaun pour trouver les solutions aux problèmes qui s’accumulent, dans une avalanche de catastrophes tordantes. On rit. Petits ou grands, on est fascinés par les prouesses techniques (tout est fait en pâte à modeler, filmé image par image), par les gags et tribulations. On jubilera des références aussi bien au western, au film d’horreur ou à l’espionnage qu’aux films muets. Sans parole, les épisodes développent un comique accessible à tous, même aux plus petits. Les réalisateurs parviennent avec brio à détourner et modifier les références pour en faire un univers très original et profondément drôle. Au fil des saisons, les détails s’affinent, les mouvements des personnages deviennent de plus en plus fluides. La technique est approfondie et n’offre plus aucune limite à l’imagination des réalisateurs.

« Tout est prétexte à loufoqueries et situations rocambolesques inimaginables. SHAUN LE MOUTON est une série d’animation au langage universel. « 

Nick Park, créateur de Wallace et Gromit, est le producteur et créateur de la série. Produite aux studios Aardman et diffusée sur la chaîne CBBC en Angleterre et en France sur TF1 puis sur France Télévisions, elle compte 4 saisons pour un total de 80 épisodes, d’ environ 6 minutes chacun. Chaque épisode est un brillant petit court métrage et possède son scénario propre. Le suspense est maintenu, la créativité constante. Jamais de redite, aucun dialogue, mais des borborygmes et des bruitages qui dégagent une fantaisie extraordinaire. La musique soutient systématiquement l’action et varie beaucoup, passant facilement du hard-rock aux airs traditionnels écossais.

SHAUN LE MOUTON est une série d’animation loufoque au langage universel, dans laquelle la langue n’est pas essentielle. On comprend tout. Elle est d’ailleurs distribuée dans au moins 38 pays. Jamais on aurait imaginé aimer autant les moutons !

Vous pouvez trouver les premières saisons en France aux éditions StudioCanal ou en import éditées par 2entertain.

                                                                                                  Pauline R.

INFORMATIONS

Shaun.The.Sheep.101.WS.PDTV.XviDOCaRaTUH000933D23W15D44D

Saisons : 4
Nombre d’épisodes : 80
Format : 6 minutes
Date de 1ère diffusion UK : 5 mars 2007 (CBBC)
Date de 1ère diffusion FR : 29 août 2007 (TF1)
Titre original : Shaun The Sheep
Création :  Nick Park et Georges Mickael
Avec (voix):  John B. Sparkes, Justin Fletcher, Richard Weber

BANDE-ANNONCE

[CRITIQUE SÉRIE] SHAUN LE MOUTON

0