© StudioCanal

ELLE L’ADORE – Critique

Dernière mise à jour:

A la fin de la projection du premier long-métrage de Jeanne Herry, une question s’impose à nous : ELLE L’ADORE est-il une comédie ou un thriller ? Les touches comiques sont-elles là pour égayer une histoire de meurtre ou est-ce plutôt l’inverse ? Eh bien pour tout vous dire, je n’ai pas encore trouvé la réponse tant les deux genres se confondent et s’imbriquent l’un dans l’autre.

Car oui, si ELLE L’ADORE fait le récit d’une enquête policière aux nombreux rebondissements, aussi bien à l’intérieur de l’affaire qu’à l’extérieur, on ne peut pas ne pas évoquer la singularité de son scénario. L’humour, ELLE L’ADORE mise tout sur l’humour. Si l’enquête policière est rondement menée, les dialogues savoureux, les quiproquos, les incohérences des récits et la mise-en-scène font de ce film une véritable réussite.

En effet, pendant 1h44 la réalisatrice alterne séquences émotions et suspense pendant lesquelles on ne sait jamais ce qui va arriver aux deux héros mais on ne peut s’empêcher d’imaginer le pire. Et tout à coup, sans que l’on ne sache pourquoi, Muriel (interprétée par la ravissante et incroyable Sandrine Kiberlain, LES GAMINS, LES INFIDELES) change complètement l’atmosphère avec une blague, une histoire délirante ou une action complètement incompréhensible. Et il devient alors impossible de ne pas rire, de ne pas se demander « Pourquoi, mais pourquoi fait-elle, dit-elle cela ou réagit-elle de la sorte? » Bref, le film doit beaucoup au talent de son interprète principale qui, face à un Laurent Lafitte (16 ANS OU PRESQUE, DE L’AUTRE COTE DU PERIPH) en plein cauchemar, épate et impressionne. Le scénario oscille constamment entre comique de situation, actes confus et suspense propre au polar. Et par chance, la réalisatrice et scénariste, Jeanne Herry, ne s’égare jamais, ne perd pas le fil de l’enquête, n’abuse pas des gags, ne vire pas dans l’absurde. Le dosage est bon, voire parfait, le rythme soutenu et les deux acteurs principaux absolument époustouflants.

Photo du film ELLE L'ADORE
© StudioCanal

Et comme si cela ne suffisait pas, la réalisatrice peut compter sur des seconds rôles qui ne font absolument pas office de remplissage à l’espace dramatique mais apportent une plus-value incomparable au film. A commencer par Pascal Demolon (JAMAIS LE PREMIER SOIR, L’EX DE MA VIE) qui excelle dans son rôle d’enquêteur au bord du burnout, tant sa relation avec Coline (Olivia Côte, UNE RENCONTRE, LES GAZELLES) lui empoisonne la vie. Le tout donne lieu à des scènes tantôt caustiques tantôt tragiques qui nous rappellent sans cesse que, si l’on rit beaucoup devant ELLE L’ADORE, l’histoire principale (celle d’un meurtre) n’en est pas moins quelque chose de sérieux et de grave.

Bien plus drôle et réfléchi que MATCH POINT !

Notre critique de MATCH POINT

En faisant s’opposer deux univers différents (le banal des gens célèbres et l’envie de surprenant des gens lambda), ELLE L’ADORE joue beaucoup sur les contrastes. Qu’il s’agisse de la vérité et du mensonge, de ce qui bien et ce qui est mauvais, ou encore de ce qui doit être révélé et de ce qui doit être inventé. Autant de nuances, de teintes qui viennent égayer l’enquête, amenant au passage une réflexion sur la rançon de la gloire, les changements liés à la célébrité et la recherche d’extraordinaire propre à chacun. A aucun moment le film ne se veut moralisateur ou « correct ». Si le spectateur sait que couvrir un meurtre est mal, il en vient tout de même à espérer qu’aucun des deux protagonistes ne se fera coincer par la police. Est-ce alors bien d’espérer qu’un meurtrier et sa complice s’en sortent parce qu’ils nous paraissent attachants? Difficile de se prononcer.

Photo du film ELLE L'ADORE
© StudioCanal

Grâce à des interprètes au talent déjà reconnu, à un scénario d’une inventivité effarante et une mise-en-scène sérieuse et aboutie, ELLE L’ADORE est un thriller comme on en voit rarement. Si la comparaison avec MATCH POINT de Woody Allen est juste, ELLE L’ADORE s’avère beaucoup plus drôle et réfléchi. En d’autres termes, nous sommes complètement conquis par le premier long-métrage de Jeanne Herry.

 

Mise en scène
Scénario
Casting
Photographie
Musique
Note lecteurs4 Notes
4

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Plus d'articles
ANTIGONE, une relecture moderne du mythe de Sophocle – Critique