Après la mort de sa meilleure amie, une jeune femme tombe en dépression, mais une découverte surprenante au sujet du mari de son amie va lui redonner goût à la vie : pour combler l’absence de la disparue, le jeune veuf commence à se travestir. C’est ainsi qu’une quête sur l’identité commence. »

Voilà donc le synopsis du 15ème long-métrage de François Ozon, l’homme derrière le récent Jeune et Jolie et les plus anciens Potiche et Huit Femmes. Il convient de préciser dès maintenant qu’en adaptant le roman Une amie qui vous veut du bien de Ruth Rendell, le réalisateur de 46 ans a pris quelques libertés. Ainsi, alors que le roman se veut anormalement sombre, UNE NOUVELLE AMIE oscille entre le gouffre hitchcockien et une luminosité pop. Explications.

Avec UNE NOUVELLE AMIE, François Ozon reconnaît ne pas avoir pas voulu faire un film militant et/ou pro mariage gay, mais que sans le vouloir, celui-ci a pris une dimension hautement politique. Mais pour bien le comprendre, il est préférable de voir le film jusqu’au bout… Car de prime abord, UNE NOUVELLE AMIE résonne comme un hymne à la tolérance. Un homme, David (Romain Duris, Casse-Tête Chinois, L’Écume des Jours), tente de surmonter son deuil et d’élever du mieux qu’il peut sa fille. Pour y parvenir, il en vient à se travestir. Ce que Claire (Anaïs Demoustier, Quay D’Orsay, Situation Amoureuse : C’est Compliqué) découvre par hasard. Et alors que le film aurait pu virer vers la comédie burlesque, François Ozon s’en est tenu un minimum au roman de Ruth Rendell et a foncé tête baissée dans un mélodrame sans queue ni tête, avec une touche de drame social. En effet, au fur et à mesure que David se travestit en Virginia, on remarque qu’il devient Virginia. Alors qu’au début, cela relevait surtout du jeu, du tour de passe-passe pour calmer sa fille, il devient évident que David n’est pas un homme qui aime s’habiller en femme, mais plus simplement un homme qui se cherche, à un moment où il devrait déjà s’être trouvé.

JeuxActu

JeuxActu

Alors que le processus de « transformation » de David est engagé, on remarque, et ce sans s’y attendre à aucun moment, qu’ UNE NOUVELLE AMIE ne traite pas uniquement de la quête d’identité de David: Claire se cherche également. Si la possibilité qu’elle soit homosexuelle était sous-entendue dans la première partie du film, son mariage plus que solide avec Gilles (Raphaël Personnaz, La Stratégie de la Poussette, Quay d’Orsay) nous avait découragé. Mais au contact de Virginia, le désir qu’elle éprouvait pour Laura (Isild Le Besco, Adolphe, L’Intouchable), sa meilleure amie décédée, semble ressurgir. De ce fait, alors que nous la percevions comme jusque-là comme neutre, comme notre guide, notre ancre dans le récit, ses désirs la rendent instable, incertaine. Certaines questions sont rapidement soulevées: était-elle amoureuse de Laura? Est-elle amoureuse de Virginia ou est-ce David qui l’excite? Et plus encore, est-elle vraiment amoureuse de Gilles? Des questions auxquelles le film répond lentement mais sûrement. Pour notre plus grand plaisir, mais non sans nous perdre à plusieurs reprises.

”Romain Duris tient ici son plus grand rôle !”

Véritable chassé-croisé des sentiments et des désirs de chaque personnage, UNE NOUVELLE AMIE sent bon le pari un peu trop audacieux. En voulant retranscrire la quête d’identité propre à ses personnages principaux, François Ozon s’égare en effet dans les méandres de la question/théorie du genre. En mêlant sentiments, désirs et sexualité, UNE NOUVELLE AMIE désarçonne et brusque le spectateur qui, forcément, ne sait plus où se mettre pendant certaines scènes. S’il est plus que certain que François Ozon a travaillé son scénario, le résultat est, par moments, tordu, compliqué voire carrément confus. Si certains verront dans la conclusion une fin plus qu’abradabrante, force est de constater que le réalisateur et scénariste a su, comme il le souhaitait, sortir son film d’une réalité physique et tangible. A tel point que l’on ne sait plus si le sourire sur nos lèvres est dû au caractère complètement « WTF? » de l’ensemble ou si l’on est simplement satisfait.

Au niveau de la technique, il y a finalement peu de choses à redire sur UNE NOUVELLE AMIE. La mise-en-scène est soignée, les décors canadiens apportent une dimension universelle à l’histoire. Celle-ci ne se déroule pas à un endroit précis, dans une banlieue précise mais ici et ailleurs, partout et nulle part à la fois. Un choix judicieux quand on pense à la portée sociale d’un tel film. Quant au casting, celui-ci s’approche de la perfection. Romain Duris est absolument brillant en homme qui se cherche et profondément touchant en Virginia qui se trouve enfin. A tel point que l’on peut déjà lui prédire une nomination à la prochaine cérémonie des César tant sa prestation est intense et juste. Face à lui, Anaïs Demoustier et Raphaël Personnaz s’en sortent à merveille. Jamais dans le surjeu ou dans la pantomime. Ce qui n’est pas rien quand on sait la difficulté qu’il peut y avoir à jouer des rôles aussi complexes que les leur. On notera enfin le jeu sur les couleurs automnales et la bande originale qui fait se croiser Katy Perry, Nicole Croisille ou encore Amanda Lear.

Allociné

Allociné

En faisant le récit de deux êtres qui se cherchent et finissent par se trouver, UNE NOUVELLE AMIE fait preuve d’une pudeur relative. Oui « relative », car ce que nous appellerons la scène du gland se situe entre absurde et grotesque et dénoterait presque avec l’ensemble du film. En oscillant constamment entre joie, bonheur et incompréhension, le nouveau film de François Ozon déroute et devrait ferait beaucoup parler de lui dans les semaines qui viennent. Pour les bonnes raisons (son propos, son casting, sa photographie) on l’espère.

CASTING
Titre original : Une nouvelle amie
Réalisation : François Ozon
Scénario : François Ozon
Acteurs principaux : Romain Duris, Raphaël Personnaz, Anaïs Demoustier, Isild Le Besco
Pays d’origine : France
Sortie : 5 NOVEMBRE 2014
Durée : 1h45mn
Distributeur : Mars Distribution
Synopsis : Après la mort de sa meilleure amie, une jeune femme tombe en dépression, mais une découverte surprenante au sujet du mari de son amie va lui redonner goût à la vie : pour combler l’absence de la disparue, le jeune veuf commence à se travestir. C’est ainsi qu’une quête sur l’identité commence.
BANDE-ANNONCE

[critique] UNE NOUVELLE AMIE

1